800px-Mrap-roms
Crédits photo (creative commons) : Trace

Gitans, Tziganes, Manouches, Romanichels, Bohémiens, et aujourd'hui "Roms", les termes pour désigner ce peuple sont aussi flous que la définition que l'on s'en fait. Une chose est sûre, les Roms sont l'une des dernières ethnies dont on peut ouvertement se moquer (avec les Chinois) quand on fait du stand-up. Le fait de pointer du doigt ces gens dont on ignore copieusement l'Histoire est une des grande tradition européenne à laquelle la France a apporté sa pierre avec des mesures aussi discriminatoires qu’irrationnelles. Petite sélection des plus spectaculaires :

  1. 1666 : les Bohémiens aux galères
    Louis XIV n'était pas homme à se laisser emmerder par la multiplication des vagabonds. Il ordonne que tous les Bohémiens mâles soient envoyés aux galères sans autre forme de procès et que leurs femmes soient rasées. Tous les nobles qui leur viendraient en aide verraient leurs biens confisqués. Allez hop, problème réglé.
  2. 1802 : arrestation des Bohémiens du Pays Basque
    En ce 1er frimaire de l'An XI, Boniface de Castellane, préfet des Basses-Pyrénées, décide de prendre les choses en main, "considérant que la plupart des criminels condamnés à mort ou aux fers dans l'étendue du département, appartiennent à cette horde dangereuse", et ordonne l'arrestation de tous les "Bohémiens", parce qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Comme dans Minority Report. Pour ne pas emmerder les Espagnols, le plan est de les expédier fissa en Lousiane. Des soucis géopolitiques empêche de mener à bien ce projet, les Roms sont donc employés sur place, construction de routes et de canaux, les femmes et les enfants sont parqués dans des "dépôts de mendicité".
  3. 1907 : les fiches des Brigades du Tigres
    L'oeuvre débutée en 1895 consistait à recenser les tziganes dans tous les départements français. La création des brigades mobiles de Clémenceau, les "Brigades du Tigre", permettront de les ficher consciencieusement.
  4. 1912 : obligation de se munir d'un "carnet anthropométrique d’identité"
    Si le procédé existe toujours, sous forme d'un Livret de Circulation, le document institué peu avant la Première Guerre Mondiale prend soin de préciser tout un ensemble de caractéristiques physiques permettant une classification raciale un peu dérangeante et de quoi alimenter les théories eugénistes, très tendances à l'époque.
  5. 1939 : les expulsions départementales
    La France n'est pas encore sous occupation allemande, mais le Préfet d'Indre et Loire demande à sa gendarmerie de virer tout ce qui ressemble à un nomade de son département. Les voisins du Maine et Loire prennent du coup la même décision un mois après. Progressivement, toutes les collectivités du coin, Vienne, Deux-Sèvres, Haute-Vienne, Charente, Dordogne et Corrèze vont se refiler le bébé. C'est quand même bien pratique la guerre...
  6. 1940 : les Tziganes nomades sont "assignés à résidence"
    Sous le pretexte d'une chasse à l'espion, les nomades se voient contraints de se sédentariser. Et pour ceux qui n'y parviennent pas, une ordonnance applicable dans la France occupée propose de les interner dans des camps, sous la surveillance de policiers français.

    Tampon_du_camp_de_Montreuil-Bellay
    Crédits photo (creative commons) : Teofilo
  7. 2005 : taxe d'habitation sur les caravanes
    Depuis septembre, une directive permet de faire appel aux forces de police pour faire dégager un campement jugé illégal, et en novembre la taxe d'habitation concerne aussi les caravanes. La caravane est donc un logement décent au regard de la loi française, mais pas question de prétendre aux allocations-logement. On voudrait faire chier à tout prix les populations nomades, on ne s'y prendrait pas autrement.
  8. 2010 : mesures d'éloignement des Roms de France
    Si 95% des Roms sont de nationalité française, rien n'empêche de faire un peu de bruit en expulsant les autres, vers des pays, la Roumanie et la Bulgarie, ayant rejoint l'Union Européenne en 2007. Ces ressortissants sont en droit d'aller et venir, mais n'ont pas automatiquement le droit de travailler, la meilleure combinaison pour se créer des problèmes et stigmatiser, une fois de plus, un groupe particulier.

Et vous, vous avez votre Livret de Circulation ?

Source : wikipedia