Alors comme ça on aime les espions ? On aime les agents doubles ? On aime les mystères, les secrets ? On aime les coups dans le dos, les whiskys empoisonnés dans les bars d’hôtel, les manteaux en fourrure sous la neige sibérienne et les indicateurs avec qui l’on fait l’amour discrètement en pensant que la mort s’est drôlement rapprochée depuis qu’on a accepté cette mission ? On aime rendez-vous avec X ? Alors vous allez aimer ces musées.

1. Le musée du KGB de Prague

Tenu par un dingo-dingue qu’on imagine probablement nostalgique de l’URSS, le musée du KGB de Prague présente une collection accessible en visite guidée de centaines d’items authentiques liés à l’espionnage soviétique : caméras espions, étuis à cigarettes abritant une arme à feu, couteaux utilisés par la Tcheka pendant le siège de Stalingrad, uniformes, Ak-47, mais aussi des objets ayant appartenu aux anciens patrons du NKVD et du KGB… Une heure et demie dans une ambiance étrange et pas dénuée d’intérêt, y compris sur le plan historique.

?? ??? ??? ????? ? ????)))

A post shared by @ romario_agro777 on

2. L'International Spy Museum de Washington

Depuis 15 ans, ce musée dédié à l’espionnage alterne entre l’anecdotique et la grande histoire : on y voit à la fois des pistolets dissimulés dans des rouges à lèvres et la machine Enigma ayant permis de casser le code nazi ; on y découvre à la fois la biographie de grands espions dont l’action a marqué l’histoire de la guerre froide et des programmes interactifs plus marrants sur l’apprentissage du métier d’agent. Un musée relativement incontournable pour toute personne qui souhaite mettre en place une double vie ou s’engager auprès des services secrets est-allemands même si la RDA a disparu depuis 30 ans.

3. Le musée de l'espionnage de Berlin

Véritable nid d’espion pendant la guerre froide, Berlin accueille depuis quelques années un musée entièrement dédié à l’histoire de l’espionnage. Si le XX° siècle s’y taille la part du lion, on peut y voir des messages codés envoyés par Jules César et d’autres documents plus historiques avec une muséographie de qualité. Le musée couvre aussi les techniques d’espionnage moderne, industriel et informatique et évoque jusqu’aux cas d’Edward Snowden ou Julian Assange.

4. Le musée de la CIA

Autant vous le dire tout de suite : déso, mais vous ne pourrez pas y rentrer. Ce musée secret, réservé aux agent de la Compagnie et où la presse n’a que rarement été convié, expose à la fois des pièces rares ayant servi lors d’opérations réelles (la traque de Ben Laden ou la Baie des cochons, pour ne citer que ces deux événements) et des documents déclassifiés. Le musée se veut avant tout un laboratoire d’idées pour les agents en poste. Ce que je ne suis pas, donc inutile de dire que je rapporte les choses sans les avoir vues de mes yeux.

#ciamuseum #osamabinladen

A post shared by NOSTALGIA (@cactus_viper) on

5. Le musée secret de Nankin

Il n’est pas secret pour tout le monde, mais pour les étrangers, oui : seuls les Chinois ont le droit de pénétrer dans ce lieu qui regroupe des gadgets en tout genre utilisés par les services secrets chinois. Le musée se veut aussi un hommage aux soldats de l’ombre de la République populaire de Chine depuis l’arrivée des Maoïstes au pouvoir jusqu’au XXI° siècle. Evidemment, on est dans l’hagiographie et quand on connaît un peu la muséographie chinoise, on peut penser que les explications ne sont pas terribles. Mais ça rend tout de même pas mal curieux.

6. Le complexe mémorial de Tuskulenai à Vilnius

Pas un musée à proprement parler, mais le complexe se situe à l’endroit même où les partisans lituaniens ont été torturés et abattus par le KGB au lendemain de la Seconde guerre mondiale. On n’y voit donc pas de gadget, mais on peut visiter les lieux utilisés autrefois par les services secrets soviétiques pour mener à bien leurs travaux pas très propres. Autant le dire tout de suite : c’est abominable.

7. Le Spy Museum finlandais

Sans doute plus folklorique que les autres, le Spy Museum de Finlande a le mérite d’être le tout premier musée du genre à avoir été créé dans le monde, il y a plus de 20 ans. C’est que la Finlande a longtemps été un territoire stratégique entre l’Est et l’Ouest et la patrie d’accueil des réfugiés soviétiques qui fuyaient le régime. Le musée, situé à Tampere, fait la part belle à l’imagerie populaire attachée aux espions, entre femmes fatales, gadgets jamesbondesques et ambiance de lumières tamisées.

A post shared by @seracss on

8. Le Spy Museum de New York

Ouvert le mois dernier, Skyscape est divisé en deux parties : une première plus historique qui revient comme souvent sur l’histoire de l’espionnage et une seconde interactive dans laquelle les visiteurs peuvent se confronter à des situations réelles vécues par des agents et essayer de les résoudre, comme dans un escape game. On peut même passer les tests d’entrée (remaniés par un ancien chef du MI6) des services d’espionnage afin de déterminer quel rôle nous aurait le mieux convenu dans une organisation secrète.

9. Le London Film Museum

On sort totalement du contexte de la réalité avec ce musée dédié aux franchises cinématographiques anglaises et tout naturellement à James Bond. Une expo permet de voir tous les gadgets, décors et outils utilisés pour la réalisation des films de l’agent secret qui baise, picole et change de tête tous les 5 films, ainsi qu’une mise en perspective de la vie de Ian Fleming, son créateur. C’est anecdotique, mais c’est marrant.

10. Le musée 007 de Nybro, en Suède

Au milieu de nulle part, un passionné de James Bond s’est amusé à amasser une collection barrée depuis les années 1960 et raconte à la fois sa passion pour l’agent secret le plus célèbre du monde et d’une certaine manière une histoire de la perception de l’espionnage par les foules au XX° siècle. Les méchants qui s’opposent à Bond évoluent, leurs objectifs aussi, et c’est un miroir déformant de la réalité géopolitique du monde qui se lit à travers l’évolution de la franchise. Charmant.

Je suis un agent double à la solde de BuzzFeed.