1458484_10151778826247638_623688950_n

Hier encore, on avait vingt ans (ou moins ou plus) et elle trônait là, dans nos salons, fidèle, imposante, avec sa grosse boîte noire et bleue façon futur high-tech Demolition Man. Avec elle, on caressait le temps sur tous ces jeux vidéo qui nous faisaient vivre la nuit sans compter sur nos jours qui fuyaient dans le temps. Retour sur quelques-uns de ceux qui ont marqué l’histoire de la Playstation 2. Et pour ceux qui veulent aller encore plus loin dans le jeu vidéo et découvrir la vie d'un joueur de PS4, la dernière console de Sony vous tend les bras, et il est inutile de résister.

Top partenaire [?]
  1. GTA San Andreas
    Loin de GTA 5 et de son unique ville, le troisième volet de la PS2 (après GTA 3 et Vice City) comportait l’état en entier ! Non seulement on pouvait écraser des gens à Los Santos, mais aussi à San Fierro (version locale de San Francisco) et à Las Venturas (Las Vegas). C’est en plus le seul GTA où à force de bouffer au KFC, on pouvait gagner un peu trop de poids. Et puis, c’est le seul avec Samuel L. Jackson dedans.

    GTA
  2. Metal Gear Solid 3: Snake Eater
    Il en fallait un. Et ça ne pouvait pas être le 2, trop de cinématiques et puis Raiden. Non, pas possible, il n’arrive pas à la cheville d’un Big Boss fumant son cigare comme Snake Plissken. Donc dans le 3, on garde la même recette à base d’infiltration que les deux premiers MGS mais on remplace les bases secrètes dans le froid ou dans l’eau par une jungle bourrée de soldats soviétiques.


    mgs
  3. God of War
    Du jeu qui fleure bon la testostérone. Un type qui gueule et qui veut cogner tout ce qui passe, que ce soit agressif ou geignard. Un seul mot d’ordre: massacre. Un concentré de colère qui s’abat sur tout le bestiaire de la mythologie grecque et même si c’est puissant, même si c’est un dieu de l’Olympe, ça mettra seulement un poil plus de temps à tomber. Mais ça finira par tomber. Sacré Kratos.


    godof
  4. Shadow of the Colossus
    Quand on se remémore un jeu, on pense souvent aux passages les plus ardus, avec des boss gigantesques qui prenaient une bonne moitié de l’écran. Shadow of the Colossus, part de ce principe: évacuer tout le moyennasse pour ne proposer QUE de la baston contre des boss titanesques. Et de la contemplation sur le chemin qui amène vers les colosses que l’on affronte à chaque fois de façon totalement différente. Un joli voyage.


    colosseum
  5. Gran Turismo 4
    Le meilleur jeu de vroum-vroum de tous les temps. Ni plus, ni moins. Pas uniquement pour le côté physique des voitures, technicité des circuits, ce genre de chose. Non. Il y a 700 bagnoles, du Concept Car le plus extravagant à la Citroën Xantia 3.0i V6 Exclusive. Une course entre une Renault Super 5 Maxi Turbo et une Peugeot 205 Rally à 180 km/h sur le Nürburgring, ça c’était bon.


    gran turismo
  6. Devil May Cry
    Vers 1999-2000, on pouvait découvrir parmi le line-up de la PS2 une vidéo de ce jeu. Alors quand on vient de la Playstation ou de la Nintendo 64 avec ces jeux qu’on ne considérait pas encore comme mollassons, ça mettait une sacrée tarte. Une fluidité dans le changement d’arme, des revolvers à l’épée en un seul bouton, des animations bluffantes, des monstres parfois par paquet de douze annihilables avec l’aisance du goéland sur son tas d’ordures. C’est bon, on rentre dans le XXIe siècle.


    devilmay
  7. Kingdom Hearts 2
    Qui dit console japonaise dit forcément RPG japonais, et si possible de chez SquareEnix. Et comme Final Fantasy s’est arrêté au septième volet, et que Dragon Quest a globalement boudé nos contrées, prenons l’excellent Kingdom Hearts II, un curieux mélange d’anime et de Disney. Le monde est basé sur Disney, avec des décors de Mulan ou le château de la Belle et la Bête, on peut aussi jouer Donald et Dingo, mais le tout est engoncé dans un carcan propre au Japon, une histoire sur le pouvoir de l’amitié, avec des personnages de Final Fantasy qui apparaissent au détour d’un assaut. Étonnamment, la mayonnaise prend.


    kingdom
  8. Pro Evolution Soccer 2
    À l’époque, la meilleure série, ce n’était pas FIFA, c’était PES. Là-dessus, le choix était indiscutable. D’accord, il n’y avait pas tous les noms de tous les joueurs du championnat monténégrin. D’accord, il y avait Christian Jeanpierre aux commentaires. Mais déjà, l’aversion généralisée pour Christian Jeanpierre, c’est bien plus récent que PES 2 et ensuite, le championnat monténégrin, personne n’y jouait. Et dans tous les cas, on s’en moquait parce que même pour les potes qui regardaient, c’était bien plus chouette de voir un match sur ce jeu qu’un match sur TF1. Limite, ça rabibochait avec le foot. Même si parfois, l’Allemagne ne défendait pas (ou autre excuse de mauvaise foi).


    pes
  9. Beyond Good and Evil
    Ok, le jeu est court. Mais quel jeu ! On y joue une photographe qui cherche à comprendre les agissements du gouvernement de sa colonie minière. Une belle aventure plongée dans un monde pas forcément vaste, mais blindé de détails à fouiller et où la curiosité est récompensée. La palme revient quand même aux personnages totalement cintrés. Du grand Michel Ancel !


    beyond
  10. Guitar Hero
    Pour la première fois de l’histoire, depuis la création du premier instrument de musique et du premier feu de camp pour aller avec, les musiciens n’ont plus le monopole du grattage de guitare qui ne sonne pas faux. Enfin presque. Parce qu’il fallait quand même se coltiner une guitare en plastique avec de gros boutons de couleurs. Et puis, ça se passait dans son salon. Bah oui, il y a rarement la télé autour des feux de camp. Bon, on n’avait pas forcément la classe à Slash avec une Gibson Les Paul mais on se marrait bien quand même à éviter les canards sur Ace of Spades de Mötörhead.


    guitar hero

Et on en oublie un paquet monstrueux qui aurait eu tout à fait leur place ici. Après, que vous ayez eu la chance d'avoir une PS2 ou non, le futur, c'est la PS4. Et la bonne nouvelle, c'est que ce futur est déjà là, tout prêt... Alors pour découvrir la vie d'un joueur de PS4, c'est facile, il vous suffit de cliquer sur ce lien. Ou sur celui-ci. Toujours pas convaincu ? Alors essayez celui-là, il ne vous décevra pas.

Source : SensCritique, Gamekult, Eclypsia, jeuxvideo