Personne ne choisit son nom. Personne ne choisit le filet-o-fish non plus. Passé ce constat de la plus haute importance, il faut désormais se pencher sur le cas très particulier de ceux qui, malgré une grande carrière d’enflure, portent des noms plutôt rigolos. Le décalage est souvent déconcertant. En revanche, on a remarqué que leur tête vient de suite démentir leur nom. Moral de l’histoire : il faut se fier aux apparences.

1. Klaus Barbie

Surnommé « le boucher de Lyon » Barbie était en fait un nazi qui a torturé et tué beaucoup de monde. Rien à voir avec cette charmante poupée, qui, malgré un CV impressionnant, n’a pour le moment jamais travaillé pour la Gestapo. On attend donc avec impatience le film « Barbie princesse nazie ».


Crédits photo (creative commons) : Simplex2

2. Pol Pot

Ce n’est pas un nom sérieux pour un dictateur. Ce mélange entre pote, pom’ potes et poule au pot nous laisse perplexes. C’est plus un nom de doudou que celui d’un type qui a tué 1,7 millions de personnes.


Crédits photo (creative commons) : Unknown

3. Béla Kiss

Ce nom allie un bisou anglais à une chanson de Maître Gims. Malgré le charme exotique de son nom, Béla Kiss est en fait un tueur en série hongrois. On lui attribue le meurtre d’une bonne vingtaine de femmes et il n’a jamais été attrapé. On n’ira pas lui faire la bise.


Crédits photo (creative commons) : Unknown

4. Patrice Alègre

Allègre : adjectif, se dit de quelque chose de gai, joyeux. Patrice Alègre : cinq meurtres et six viols. Il y a comme un petit décalage.

5. Marcel Petiot

Le marcel est l’accessoire indispensable de toute personne nommée Kevin. Petiot est le surnom affectueux que l’on peut donner à un enfant. Mais non. Le charmant docteur Petiot assassinait des gens durant la seconde guerre mondiale. Ce qui dénote un manque flagrant de déontologie.


Crédits photo (creative commons) : Unknown

6. Albert Soleilland

Soleil land… Ce mot inspire un pays merveilleux, des princesses fées, un parc Disney… Crédibilité zéro pour celui qui a assassiné et violé une gamine de onze ans.


Crédits photo (creative commons) : Unknown

7. Gilles de Rais

On pense évidemment à Odile. L’homonymie avec une certaine partie du corps n’est pas non plus géniale : « Gilles de Rais du cul ». Pourtant, à ses heures perdues, Gilles tuait des enfants. Conclusion : ce n’est pas parce qu’on a un nom de merde qu’il faut faire de la merde.


Crédits photo (creative commons) : Anonymous

8. Maurice Papon

Monsieur Papon a tout de même été condamné pour complicité de crime contre l’humanité… Avoir un prénom de vieux et un nom de sirène de pompier n’empêche donc pas de collaborer avec l’Allemage nazie.


Crédits photo (creative commons) : François Vogin

Maintenant, les méchants, trouvez-vous de vrais noms.