Difficile d'échapper à la suprématie des deux poids-lourds de l'industrie : Marvel et DC Comics. Il existe pourtant un certain nombre de films, généralement à budget moindre, mettant en scène des super-héros super-indépendants des majors. Voici une revue de détail des plus marquants d'entre eux.

  1. Le plus rouge : Hellboy
    Le héros de Mike Mignola sévissant chez Dark Horse Comics en version papier, a eu la chance de se voir adapté sur grand écran par l'homme qui aurait voulu être marionnettiste, Guillermo del Toro, sous les traits de Ron Perlman qui avait quand même la tronche de l'emploi. L'occasion de croiser des ectoplasmes allemands, des assassins mécaniques, des elfes revanchards et des trolls qui ont peur des chats.

  2. Le plus animé : Les Indestructibles
    Le Pixar Millésime 2004 nous fait découvrir la vie des Parr, des Américains presque moyens, super-héros obligés de vivre cachés pour éviter une avalanche de procès, et dont le goût du père pour l'aventure va légèrement bouleverser le quotidien. Vous ne verrez plus les capes de la même façon...

  3. Le plus geek : Scott Pilgrim vs The World
    Le Canada n'a pas que Deadpool : il a aussi Scott Pilgrim, qui joue de la basse dans les pages de la BD éponyme publiée chez OniPress. Lorsque l'on est un geek, même un "mignon" comme Scott, et qu'on se retrouve avec une fille aussi canon que Ramona Flowers, c'est qu'il y'a un hic. En l'occurrence, la nécessité de vaincre tous les Ex maléfiques de la belle, qui vont du DJ au ninja en passant (horreur!) par le végétalien.

  4. Le plus psychotique : Super
    Frank a eu deux moments de gloire dans sa vie : lorsqu'il a aidé la police à arrêter un voleur, et lorsqu'il s'est marié. Mais lorsque sa femme le quitte pour un type louche, Dieu lui vient en aide, le poussant à devenir l'Eclair pourpre, un héros dont le seul pouvoir est sa haine viscérale de l'injustice: il sera impitoyable,en particulier pour ceux qui trichent dans les files d'attente. (Et qui ne méritent aucune indulgence).

  5. Le plus limité : Defendor
    Le Canada n'est décidément pas avare de Super-héros, puisque voici l'un de ses plus fiers représentants : Defendor, mélange de Batman et de Forrest Gump. Ou ce qui se passe lorsqu'un simplet pas franchement plein aux as décide de combattre le démoniaque "Captain Industry" en compagnie d'une prostituée fumeuse de crack. Un rôle de taille pour ce grand acteur injustement mésestimé qu'est Woody Harrelson.

  6. Le plus Willis (pardon) : Incassable
    M. Night Shyamalan dont les films deviennent intéressants cinq minutes avant la fin nous offre l'histoire de David Dunn, un type sans histoire qui apprend qu'il est-tenez-vous bien, tenez-vous mieux- Incassable ce qui lui permet entre autres de survivre à des accidents. Il est "révélé" sur sa condition de super-héros par son exact contraire, Elijah Price, un fan de comics atteint de la maladie des os de verre.

  7. Le plus mort mais en fait non : Spawn
    Le pauvre Spawn, né (enfin mort. Enfin né à nouveau. Oui bon on se comprend) sous la plume du génial McFarlane et édité chez Image, a lui aussi été victime de la malédiction qui toucha Batman (qui s'est aussi fait McFarlaniser à l'occasion; coïncidence? Je ne crois pas.) en 1997: l'adaptation merdique. Al Simmons a donc été éclipsé par le désastreux Batman et Robin. Un mal pour un bien, puisque le film Spawn est un effroyable nanar duquel le seul à sortir à peu près indemne est John Leguizamo en méchant.

  8. Le plus alcoolique : Hancock
    En terme de super-héros noirs de premier plan, il y a Black Panther, Rage, Spawn, Ororo (Tornade), le mutant Lucas Bishop et Nick Fury (qui n'en est pas vraiment un). Ces derniers étant relativement peu connus, Will Smith a préféré se faire fabriquer le sien sur mesure: voici donc Hancock, un clochard à la force surnaturelle, capable de voler ou d'arrêter des trains, et pire cauchemar de la municipalité de Los Angeles (les dommages et intérêts, vous comprenez), qui va se faire prendre en main par un spécialiste marketing afin de redorer, ou plutôt de dorer, son image.

  9. Le plus "qui ça ?" : Griff l'Invisible
    Griff l'Invisible, c'est ce film qui veut nous faire croire que Ryan Kwanten (Jason Stackhouse dans True Blood) peut jouer un mec au physique tellement négligeable qu'on en oublie sa présence. C'est aussi un film qui porte bien son nom de par chez nous, parce qu'il n'est jamais sorti en salles et que son DVD ne fait pas exactement la tête de gondole dans les grandes surfaces, malgré une jolie petite réputation dans les festivals indé.

  10. Le plus cul : Captain Orgazmo
    Ou "ce qui arrive lorsque vous laissez les créateurs de South Park créer un film de superhéros". Joe est un mormon malheureux car trop pauvre pour se marier avec sa fiancée. Il va donc se lancer dans le tournage de films pornographiques sous l'identité du Captain Orgazmo, un héros doté d'un Orgazmorayon capable de-comme son nom l'indique-déclencher des orgasmes. Voilà voilà.

  11. Bonus: le plus Bien de chez nous: Papy fait de la résistance
    Parce qu'en dehors des aventures de Superdupont, qui est resté au stade de BD, il n'y a pas vraiment de super-héros français. N'oublions donc pas Super Résistant.

Et aussi The Green Hornet, Ma superEx, DuffMan (dans le film The Simpsons)...

Tu ne sais pas quoi offrir pour la fête des pères ? On a déniché les trucs les plus cool :