L’étude date un peu (2009), mais elle est très amusante. Le Telegraph a interrogé ses lecteurs pour savoir quels étaient les films qu’ils faisaient le plus souvent semblant d’avoir vus, c’est-à-dire ceux pour lesquels ils auraient eu trop la teu-hon d’avouer qu’ils avaient fait l’impasse. Et le premier, et bah c’est Le Parrain. Et c’est bien dommage pour ces lecteurs, parce que c’est le meilleur film du monde.

1. Le Parrain

Et même la trilogie. Les mecs doivent donc imaginer ça comme un énième film de mafia avec des méchants, des gentils et des fusillades sans savoir à quel point c’est le meilleur film sur l’héritage familial jamais réalisé et sans doute la trilogie la meilleure de tous les temps, chaque film occupant une place sur le podium des meilleurs films de tous les temps.

Comment bien faire semblant : Tu savais que Marlon Brando avait des oranges dans la bouche pour faire Parrain ?

2. Dirty Dancing

Alors là, on comprend moins l’intérêt de faire semblant de l’avoir vu. Ou alors, sans doute, pour ne pas se taper le récit de l’histoire quand quelqu’un évoque le film. Allez savoir.

Comment bien faire semblant : Tu savais que Patrick Swayze et Jennifer Grey pouvaient pas se saquer au début du tournage ?

3. Les Evadés

Bon je l’ai pas vu alors je vais pas faire semblant. Mais c’est vrai que le film a pris une toute autre notoriété depuis qu’il est devenu le film le mieux noté de l’histoire sur IMDB sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ca doit être bien, sans doute.

Comment bien faire semblant : Tu savais que c’était le film le mieux noté sur IMDB ?

4. Rocky

Et c’est une connerie, parce que moi qui ne l’avais pas vu avant assez tard, j’ai été impressionné de découvrir qu’en fait, et bah c’était un petit film indépendant sur la misère humaine. C’est mortel, Rocky.

Comment bien faire semblant : Tu savais que Stallone avait écrit le scénario et tout et tout ?

5. Autant en emporte le vent

Il faut reconnaître que ça a vieilli et que les jeunes filles n’ont plus de posters de Clark Gable dans leur chambre, de nos jours. Il n’empêche que ça reste un classique, ne serait-ce que pour la réplique finale et pour la peinture rance du Sud des Etats-Unis.

Comment bien faire semblant : Tu savais que le film était sorti en France deux ans après sa sortie officielle aux Etats-Unis à cause de la guerre ?

6. Citizen Kane

Le classique des classiques, « Orson Welles a tout inventé », tout ça tout ça. Le problème de Citizen Kane, c’est que c’est comme le pilote d’une série que tu as prise en cours de route : une fois que tu connais les personnages, ça t’énerve qu’on te les représente. Et bah Citizen Kane a peut-être inventé plein de trucs, mais comme maintenant on les connait, ces trucs…

Comment bien faire semblant : Tu savais que c’était inspiré de la vie d’un vrai magnat des médias qui a porté plainte ensuite ?

7. Taxi Driver

Révélation De Niro, guerre du vietnam et néonoir. « You’re talking to me » et tout le toutim. Classique absolu, évidemment, surtout si on aime les taxis.

Comment bien faire semblant : Tu savais que Jodie Foster joue dedans alors qu’elle avait que 13 ans ?

8. La Vie est belle

Le premier, hein, celui de Capra façon conte de Noël et pas celui de Begnini façon Begnini fait du Begnini. Idéal pour chasser le spleen – je pleurais, petit, devant la beauté de ce film. Mais en grandissant, on trouve ça un peu concon, quand même.

Comment bien faire semblant : Cary Grant et Henry Fonda ont failli avoir le rôle. Mais finalement c’est James Stewart qui l’a décroché.

9. Les Affranchis

Le film de mafia par excellence qui fixera pour les siècles des siècles le style de Scorcese. Sans Affranchis, pas de Casino. De Niro est incroyable.

Comment bien faire semblant : Rien que connaître le nom de Ray Liotta peut faire l’affaire.

10. La Grande Evasion

Steve MacQueen essaie de s’échapper, on le met au frigo, il réessaie de s’échapper, on le remet au frigo, il réessaie de… Un hommage à la Grande illusion de Renoir – en un peu plus divertissant.

Comment bien faire semblant : La scène de moto à la fin où Mac Queen saute les barbelés… Et bah c’est lui qui a tenu à la faire, contre l’avis de l’assurance !

Autant les voir, finalement.

Source : Slate, The Telegraph