Certains films ont coûté très cher en production et marketing, mais ont largement couvert leur budget en cartonnant au box-office. Pour d'autres, en revanche, les moyens n'ont pas suffi, et il n'est pas excessif de dire qu'ils ont fait un gros bide, en plus de s'endetter pour deux siècles. En route pour le meilleur du pire...

  1. Le 13ème guerrier (de John McTiernan, 1999)
    Pertes : $183M (en tenant compte de l'inflation, idem pour les suivants)
    Le plus gros flop de l'histoire du cinéma. Cette adaptation de Michael Crichton, pas franchement mal foutue, pas franchement réussie non plus, n'a pas fait vibrer les foules. A noter que le personnage principal, joué par Antonio Banderas, s'appelle Ahmed Ibn Fahdlan Ibn Al Abbas Ibn Rashid Ibn Hamad. Essayez de le dire très vite plusieurs fois, c'est rigolo.

  2. L'Île aux Pirates (de Renny Harlin, 1995)
    Pertes : $137M
    Un budget de $166M pour des recettes de ... $27M. Le film aura fait couler la société de production Carolco Pictures qui avait pourtant quelques petits cartons à son actif (la série Rambo, Terminator 2, Cliffhanger, Total Recall, Basic Instinct, Stargate...)

  3. Milo sur Mars (de Simon Wells, 2011)
    Pertes : $136M
    Si quelqu'un a entendu parler de ce film d'animation en images de synthèse que Walt Disney Pictures doit planquer dans la boîte de la honte quelque part aux archives, elle ou il est prié-e de le faire savoir, merci.

  4. Final Fantasy : Les Créatures de l'esprit (de Hironobu Sakaguchi, 2001)
    Pertes : $136M
    Du point de vue technique, le film est une vraie baffe tant l'animation est belle (en tout cas, pour l'époque). Mais le budget a complètement explosé ($145M), et le film n'a pas trouvé son public ($85M). Cet échec commercial mettra en péril la société de jeu vidéo Square, qui sera contrainte de fusionner en 2003 avec Enix, son principal concurrent.

  5. Pluto Nash (de Ron Underwood, 2002)
    Pertes : $126M
    Ce film a été nommé dans 5 catégories aux Razzie Awards 2003 (l'équivalent de nos Gérard du Cinema), et faisait partie des 5 lauréats en 2005 dans la catégorie "pire film de ces 25 dernières années". Avec les moyens mis en oeuvre (un space-opéra poussif aux blagues lourdingues mené par Eddie Murphy période "j'ai faim"), ce film a tout fait pour mériter sa nomination.

  6. La Chute de l'empire romain (de Anthony Mann, 1964)
    Pertes : $126M
    Un péplum comme les américains savaient faire à l'époque, avec l'un des plus grands décors jamais bâtis pour un films : le forum romain (437 mètres de long, 251m de large, 7 mois de construction).

  7. Sahara (de Breck Eisner, 2005)
    Pertes : $121M
    Clive Clusser, l'auteur du livre à l'origine du film, a intenté un procès au producteur. Bonne ambiance, donc.

  8. Lone Ranger, naissance d'un héros (de Gore Verbinski, 2013)
    Pertes : $121M
    Il ne suffit pas de copier coller l'équipe de Pirate des Caraïbes pour refaire un carton. Après John Carter, Disney enchaîne les bides.

  9. La Porte du Paradis (de Michael Cimino, 1980)
    Pertes : $120M
    Plus grand flop de tous les temps à sa sortie, Michael Cimino devenu réalisateur maudit, naufrage de la United Artist, ce film est culte aujourd'hui. Mais pour être reconnu à sa juste valeur, que de dollars sacrifiés...

  10. RIPD : Brigade fantôme (de Robert Schwentke, 2013)
    Pertes : $116M
    En même temps, y'a écrit RIP dans le titre du film...

  11. Alamo (de John Lee Hancock, 2004)
    Pertes : $116M
    Un western avec Dennis Quaid et Billy Bob Thornton en Davy Crockett qui relate le siège de Fort Alamo au Texas en 1836. "You will never forget" sous-titrait l'affiche du film. Les producteurs apprécieront.

  12. Furtif (de Rob Cohen, 2005)
    Pertes : $115M de pertes
    Un gros raté, donc, mais qu'y avait-il à attendre du responsable de Fast and Furious et de XxX ?

  13. Potins mondains et Amnésies partielles (de Peter Chelsom, 2001)
    Pertes : $112M de pertes
    Récompensé par trois Razzie Awards, ce bide grand luxe aligne tout de même Warren Beatty, Diane Keaton, Andie McDowell, Nasstaja Kinski et Charlon Heston. Comme quoi, même avec un casting prestigieux, quand ça veut pas, ça veut pas...

  14. John Carter (de Andrew Stanton, 2012)
    Pertes : $110M de pertes
    Et de 2 Disney dans le top, 2 !

  15. Jack le chasseur de géants (de Bryan Singer, 2013)
    Pertes : $101M de pertes
    Il ne suffit pas d'avoir signé Usual Suspect et la série des X-Men pour garantir un succès au box-office.

Source et suite du classement : Wikipedia