On les retrouve en ville, le matin, la journée, le soir, elles s’emparent peu à peu de nos rues, de nos trottoirs, de nos vies. Les cadres dynamiques les adorent, les urgentistes les détestent. Depuis hier vous ne les retrouverez plus que sur les routes de France, le trottoir leur est devenu interdit. Leur vitesse ne pourra pas dépasser les 20km/h, on vous parle évidemment des trottinettes électriques. Encore plus surprenant que ces bijoux de technologie, la disparité de ses usagers, à la fois chiants et dangereux mais on les tolère (on a pas vraiment le choix).

1. Le couple d'adolescents écervelé qui aime pour la première fois

Ils mangent une glace pour deux en été, s’enroulent dans la même écharpe en hiver, puis un beau jour décident d’arpenter les rues de Paris à deux sur une trottinette. C’est le romantisme moderne, l’équivalent d’une ballade à vélo version 2019. Ça pourrait être beau mais c’est exaspérant parce qu’ils rient niaisement en se ramassant sur le trottoir, rigolent toujours en se relevant, leur amour sent l’acné et l’eau précieuse, les rêves et l’espoir. C’est bête à souhait.

2. Celui à contre-sens sur la piste cyclable

Élu roi du « jmen balek du code de la route » il dit globalement merde aux lois et à l’autorité. Pour lui son plaisir doit être satisfait immédiatement, faisant fi de la terreur qu’il sème au passage, il est à contre-sens de l’autoroute de la vie.

3. Le mec en costume qui travaille dans une banque et ne sent pas du tout ridicule avec son petit casque

Autant il trouve nuls les mecs qui portent un jean avec une veste (parce que le casual c’est imprécis, on sait pas bien si on est classe ou decontrac’, c’est chiant), autant le port d’un casque qui lui donne l’air d’un Play Mobil, malgré son costume, aucun problème. Comme tous les gars en costard il a un petit air hautain en relevant le port de son menton quand il passe devant toi.

4. Celui qu'en a rien à foutre de ta gueule

Il slalome entre les passants tel un snowboardeur accompli, il a l’impression de faire attention à toi, sauf que passer à 2cm d’une personne, c’est pas de la sécurité.

5. Celui qui a fait débrider sa trottinette et rêve secrètement d'une moto

Victime de son destin avorté, celui d’être un motard parcourant les autoroutes de France en écoutant du Johnny sur sa Harley, il trompe la réalité en ayant débridé sa trot jusqu’à 50km/h. De temps en temps il se perd en pensées, songeant à son rêve déchu, mais plus rien ne saurait être comme avant depuis la mort de Johnny.

6. Celle en contradiction avec ses idées écolos mais bon, ça lui permet de faire ses courses bio en 10mn seulement

On appelle ça la « dissonance cognitive », c’est quand un comportement est en contradiction avec nos idées et croyances mais qu’on le fait quand même parce qu’en fait on a pas vraiment de convictions. Rassurez-vous ça ne concerne pas qu’elle mais l’humanité entière, un exemple bien concret : quand vous achetez un produit industriel de merde, vous savez que c’est mal pour votre santé, la planète, mais c’est trop bon sa mère

7. Celui qui a fait réparer sa trottinette et marche seul, perdu sans son engin

Il pourrait passer pour un passant lambda mais tu le reconnais à sa mine déconfite. Son bébé est en réparation et il doit marcher comme tous ces ploucs de piéton à nouveau. Il a mal, il vit le martyr mais souffre en silence.

8. Celle qui ne remet pas parallèle sa trottinette électrique quand elle la range

Tu ne comprends pas qu’elle puisse repartir sereinement en ayant laissé son engin de la sorte. Ton côté maniaco-dépressif te donne envie de la remettre correctement à sa place ainsi que les 30 autres qui suivent. C’est dur mais tu te contiens.

9. Celui qui assume pas

Il a bien critiqué les gens qui en faisaient avec ses potes, puis un jour il s’est laissé convaincre d’essayer, juste comme ça. Depuis il est complètement accro mais doit le cacher à son entourage, pour préserver son honneur. Il s’en sépare en avance avant d’arriver au travail pour bien faire croire à tout le monde qu’il va au boulot à pieds. Il a l’impression de trahir sa trot’ adorée, mais il n’a pas le choix.

10. La quinca qui se sent un peu jeune sur sa trot'

Elle a l’impression d’embrasser la technologie en s’adonnant à un mode de déplacement un peu « djeuns ». Elle se compare fièrement aux autres usagers et adore constater qu’il y a très peu de gens de son âge, encore moins de femmes, qui roulent en trot. Elle espère que ça la rapprochera de ses enfants en crise d’ado mais elle continue de mettre des points après avoir envoyé « Ok ».

On les préfère quand même à ceux qui font de l’hoverboard.