Madame, Monsieur, désireux de m’insérer dans la vie politique de mon pays et doté d’une hypertrophie égotique tout à fait remarquable, je me permets de candidater au poste de dictateur publié sur le site Leadtheworldandkilleveryone.com (référence annonce n°72645). J’ai, au cours de mon parcours professionnel, déjà pu faire montre de mes penchants sanguinaires dans des postes de chéfaillons. Responsable des ressources humaines chez Croquettas SARL, j’ai ainsi mis mon talent pour le harcèlement à profit pour pousser au suicide Christine de la compta.

Souhaitant passer un cap et tout disposé à assassiner directement des personnes, je serais ravi de vous convaincre plus avant de mon enthousiasme et de ma motivation à l’occasion d’un entretien.

1. Saparmurat Niyazov (Turkménistan)

Saparmurat Niyazov, Président à vie du Turkménistan entre 1991 et 2006, était le plus grand zinzin de la zinzinerie. Après s’être autonommé Turkmenbashi, soit chef des ethnies turkmènes, il a travaillé à donner une identité au pays : la sienne. Les rues, les villes, les billets, le nom du mois d’avril, le mot pain, ont pris son nom ou celui de sa mère. Son visage devait apparaître obligatoirement sur toutes les horloges et toutes les montres. Ensuite, c’est genre des lois fabriquées façon cadavre exquis : les jeunes doivent mâcher des os plutôt que d’aller chez le dentiste, on interdit le port de la barbe et des cheveux longs, ainsi que l’enregistrement de musique et l’utilisation d’autoradios.


Crédits photo (creative commons) : User:Pruneau

2. Kim Jong Il (Corée du Nord)

La biographie officielle de feu-le mec dont tout le monde se fout sauf les Nord-Coréens sous peine d’être tués stipule que Kim-Jong-Il ne faisait ni pipi, ni caca, et qu’il contrôlait la météo. Il est peut-être mort d’une occlusion intestinale. En tous les cas, il était totalement zinzin, lui aussi, sans doute en raison de ses pouvoirs magiques. Tout en envoyant 200.000 mectons dans des camps de concentration, et alors que sa population crevait la dalle, il s’est fait construire une cave à vins avec des bouteilles de vin à mille balles pièce. Il avait aussi affrété un avion privé pour lui ramener des sushis du Japon. Moi je commande chez Sakura pour les sushis, c’est bon aussi.


Crédits photo (creative commons) : Great Brightstar

3. Amin Dada (Ouganda)

Un type capable de tuer entre 80 et 500.000 personnes en 8 ans de règne pour une population d’environ 20 millions d’habitants est a priori un peu dérangé.

Surtout quand le type se proclame « Roi d’Ecosse », « Conquérant de l’Empire britannique » et qu’il écrit des lettres d’amour à la Reine Elizabeth. Et qu’il décide qu’aucun asiatique ne peut plus fouler le sol ougandais parce qu’un jour, une nana d’origine asiatique lui a foutu un stop. Et qu’il y a des rumeurs comme quoi il mange ses ennemis. Ou les donne à manger aux crocodiles.

A priori un peu dérangé.


Crédits photo (creative commons) : Archives New Zealand

4. Nicolae Ceaucescu (Roumanie)

Outre se faire dézinguer en direct à la télé contre un mur, images enregistrée sur des VHS par-dessus un dessin animé Tex Avery intentionnellement et, en conséquence, dans nos cerveaux d’enfants par erreur, Ceaucescu était connu pour être numéro 1 mondial du jeu « je suis un déglingo ».

Pendant sa partie la plus célèbre de « Je suis un déglingo », il était directement passé en case « je me fais construire un sceptre en or et rubis » et avait réussi le tour de force de détruire 19 églises, 6 synagogues et 30.000 baraques pour se faire construire un palace à 10 milliards de dollars. Il avait gagné la partie.


Crédits photo (creative commons) : Kightlinger, Jack E., White House photo

5. Mouammar Kadhafi (Libye)

Ce qui est bien, quand on dirige un Etat pendant 40 ans et qu’on est toc toc, c’est qu’on a le temps de faire montre de toute sa panoplie de n’importe-quoi-tout-pour-la-déconne. Je fais n’importe quoi tout le temps, hop je viole les droits de l’homme, hop, je fais sauter un avion de la Pan Am parce que je suis à la fois un dictateur et un soutien des terroristes. Lundi : persécutions contre les Berbères, les Juifs, et les étrangers ; mardi : meurtre de 1270 prisonniers pour le fun ; mercredi : torture sur ma population ; jeudi : je raconte n’importe quoi à l’ONU ; vendredi : je dors dans une tente en déplacement à l’étranger. Week-end : repos (et potentiel financement de campagnes électorales loin de chez moi).

Kadhafun.


Crédits photo (creative commons) : U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Jesse B. Awalt/Released

6. Francois Duvalier (Haïti)

Il avait tout pour être sympa, François. Un type qui se fait surnommer Papa Doc, c’est a priori un mec bienveillant. Sauf que Duvalier, Président à vie d’Haïti entre 57 et 71, se vivait comme la réincarnation du Baron Samedi, l’esprit vaudou de la mort. Du coup, balèzos avec ses superpouvoirs de supervaudou, il s’est déclaré responsable de la mort de Kennedy, suite à sa prise de possession du corps de Lee Harvey Oswald à distance. Papa Doc avait aussi proposé sa propre version du Notre-Père qui êtes aux cieux et elle était tellement mortelle qu’il obligeait tout le monde à la réciter. Ah et sinon, il a massacré des milliers de gens. Et aussi des chiens, parce qu’il était convaincu que l’ex-président s’était réincarné en chien.


Crédits photo (creative commons) : Unknown

7. Rafael Trujillo (République dominicaine)

Trujillo en quelques chiffres : 50.000 morts. 18 ans de règne en deux fois (30-38, 42-52). Un fils de trois ans nommé colonel de l’armée.

Comme il était persuadé d’être Dieu, Trujillo avait fait écrire sur les façades des églises « Dieu au ciel, Trujillo sur terre ». Ah et sinon, les morts étaient liés à des « accidents » et les enfermements pour torture correspondaient à des « vacances ». T’as passé de bonnes vacances ? Oui, très, et toi ?


Crédits photo (creative commons) : McOleo

8. Jean-Bedel Bokassa (Centrafrique)

13 ans à la tête de la Centrafrique, dont quand même trois en tant qu’empereur, jusqu’à sa chute en 1979. Pour bien montrer c’est qui qui domine, Bokassa obligeait les élèves à porter un uniforme à son effigie et mettait en prison ceux qui ne le faisaient pas. Bokassa conservait les cadavres de ses ennemis politiques (tiens, comment étaient-ils morts ?) et demandait à les manger. Sa cérémonie de sacre coûta un truc comme 20 millions de dollars et le pays entra en récession. Ah et sinon, il se vivait comme le 13ème apôtre. Jean-Bedel, le treizième apôtre. AHAHAH.


Crédits photo (creative commons) : Makakaaaa

9. Mobutu Sese Seko (Zaïre)

Assez porté sur le meurtre et la torture, Mobutu était un mec à la cool qui pendait ses opposants politiques devant des foules en liesse (avec quand même des soldats pour vérifier qu’elles étaient bien en liesse). Mobutu s’est fait construire un aéroport pour pouvoir aller rapidou en Concorde faire des emplettes à Paris (c’est vrai que c’est là qu’on trouve les plus belles robes) alors que son pays était à l’agonie économique. Sa gueule était placardée partout et servait même d’introduction aux infos le soir. Sa gueule au milieu d’un fond Windows façon nuages sur ciel clair.


Crédits photo (creative commons) : Frank Hall

10. Francisco Macias Nguema (Guinée équatoriale)

Le seul rapport entre Francisco et Enrico, c’est le Macias. Sinon, c’était pas vraiment le mendiant de l’amour Nguema. Comme ses parents étaient des sorciers, Nguema, élu Président en 1968 a commencé par fermer tous les hôpitaux et les remplacer par des sorciers. Il a également interdit l’utilisation de lubrifiant dans une centrale électrique, en promettant que ses pouvoirs suffiraient à faire tourner la machine. Capitale sans électricité.

Nguema se défonçait à la weed et dînait avec des amis imaginaires. C’est probablement avec eux qu’il a décidé de changer la devise nationale de la Guinée au profit de la phrase : « Il n’existe d’autre Dieu que Macias Nguema ». Dieu est mort en 1979, ses pouvoirs magiques ne le protégeant manifestement pas tant que ça.


Crédits photo (creative commons) : Hayko

J’ai pas été pris au poste. Il me manquait de l’expérience en déité vivante. Bordel.


Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :