À la manière des séquences ciné post générique, il existe une tendance musicale que seule la curiosité peut débusquer : les hidden tracks. Ces titres nichés le plus souvent quelques secondes (ou minutes pour les plus planqués) après le dernier morceau d’un disque n’ont guère les statuts d’œuvres majeures et pourtant quel délice de croire être le destinataire unique de cette chasse au trésor. À bas les playlist et les singles, back to basics, retour aux bons vieux vinyles (ça marche aussi avec les Cd !)

  1. The Beatles
    Si les Beatles trustent ce top avec Her Majesty, petite ritournelle cachée dans Abbey Road et destinée à la Reine d’Angleterre, ce que ce titre est considéré comme le premier hidden track de l’histoire. En Septembre 1969, les quatre garçons étaient déjà dans le vent.

  2. Nirvana
    Après s’être fait essorer les esgourdes par Nevermind avec 12 titres renversants, il faut patienter 10 minutes pour découvrir après le calme Something in the Way, Endless, nameless, un titre enragé qui clôt l’album comme il a commencé : dans le bruit et la fureur.

  3. Placebo
    Si le Hidden Track est rapidement devenu un jeu du chat et de la souris avec les fans, Placebo remporte sans mal la palme des cacheurs récidivistes. Leurs 3 premiers albums recèlent ainsi chacun une chanson cachée. HK Farewell dans Placebo :

    Evil Dildo dans Without you I’m nothing :

    Et Black Market Blood dans Black Market Music :

  4. Offspring
    En pleine décennie 90’ (la période foisonnante des hidden tracks), Offspring s’amuse à insérer à la fin de Smash, son 3e album (celui du succès), une version revisitée de ce qui deviendra un tube planétaire : Come out and Play. Le titre abandonne ici les guitares saturées pour s’orientaliser. Une revisitation des plus chatoyantes.

  5. Bloc Party
    Sorti en 2005, à l’heure où les hidden track ne sont plus vraiment à la mode, Silent Alarm de Bloc Party s’inscrit tout de même dans la lignée new wave des années 1980, d’où sans doute ce clin d’œil à une pratique d’une autre décennie. Avec Everytime is the last time, une plage instrumentale planante, les Anglais assument leurs influences avec panache.

  6. Lauryn Hill
    Les hommes n’ont pas le monopole des hidden tracks. En 1998, Lauryn Hill abandonne les Fugees pour un album solo : The Miseducation of Lauryn Hill. Elle y ajoute une reprise de Can’t take my eyes off of you non créditée. La chanson décroche l’année suivante une nomination aux Grammy, une première pour un titre caché.

  7. Jarvis Cocker
    Le leader de Pulp, Jarvis Cocker bat un record en 2006 pour son premier album solo : Jarvis. Il faut en effet attendre plus de 29 minutes pour écouter Running the World. Morceau pop, loin des habituelles instrumentales ou versions a cappella, le titre aurait sans mal pu sortir en single.

  8. Robbie Williams
    Restons au Royaume-Uni avec Robbie Williams qui, avec Life thru a Lens (1997), inaugure un nouveau genre d’hidden track : le poème. Avec Hello Sir, il répond à ses détracteurs qui ne voyaient en lui qu’un looser, surtout un professeur qui vraisemblablement ne croyait pas en son avenir de pop star. Revanche poétique donc.

  9. Marilyn Manson
    Avec son 2e album, Antechrist Superstar, Marilyn Manson accède à une notoriété mondiale. Il en profite pour glisser subtilement à la piste 99 (silence absolu de la piste 17 à la 98), Empty Sounds of Hate. Le titre clôt le disque mais intelligemment, il peut aussi être envisagé comme un prologue. Le début et la fin ne font plus qu’un grâce à ce chaînon musical.

  10. Muse
    Si le poème avait déjà été testé par Robbie Williams en 1997, il prend du galon avec Hullabaloo, sorte de best-of et live de Muse en 2002. Les Anglais invitent Tom Waits pour déclamer What He’s building en prologue du 2e disque. La voix caverneuse du vieux chanteur installe une ambiance vénéneuse que le titre Dead Star, qui s’enclenche immédiatement après, ne parvient pas à égaler. Quand l’hidden track surclasse la track list.

  11. (bonus) Ash
    Manifestement très contents d'avoir fini leur deuxième album avec le tubesque Kung Fu, les Irlandais de Ash ont, en guise de chanson cachée, décidé de laisser tourner le magnéto alors qu'ils étaient complètement beurrés. On y entend les musiciens pisser partout et gerber dans la bonne humeur. C'est particulier l'Irlande, quand même...

  12. Et vous, vous avez découvert des trucs étranges à la fin de vos CD ?

    Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :