Quel plaisir inégalable d’être parent. Ce sentiment d’accomplissement, cette volonté de donner vie à un être humain et d’en faire une personne pleine de vertus. Pour tout ça, il faut savoir éduquer son polichinelle. Alors étant sans enfants envers et contre tous, je ne vais pas donner de leçons d’éducation, toutefois sachez que certains trucs qu’on pense nul s’avèrent en fait de très bons conseils pour dresser ton chiard.

1. Exposer les enfants à des produits a priori allergènes

Certains parents privent totalement leurs enfants de tous produits susceptibles de les rendre allergiques comme les cacahuètes, les œufs, les noisettes, le lait. Le problème c’est qu’en les privant de ces aliments, ils peuvent au contraire être ultra sensibles en les goûtant plus tard. Donc laissons les goûter à tout dès le plus jeune âge (sauf le miel qui contient une bactérie dangereuse pour les enfants de moins de un an), ça les mithridatisera.

Source photo : Giphy

2. Ne pas sur-réagir quand un enfant se tombe ou se fait une égratignure

Sauf bien sûr si ton enfant est tombé par la fenêtre du huitième étage et que son fémur ressort par son oreille, là D’ACCORD, il a le droit de pleurnicher et de demander un gros bisou réparateur. Sinon, c’est bien de ne pas lui faire croire qu’il est au bord de la mort quand le gars s’est juste cassé la gueule sur son lit comme une vieille merde.

3. Les laisser sciemment faire leurs propres erreurs

On a toujours tendance à vouloir leur dire quoi faire, leur donner le meilleur choix, mais il faut laisser un peu de place aux erreurs qui font évidemment partie de l’apprentissage de la vie. Ton fils veut tuer un camarade de classe avec une hache ? Qu’à cela ne tienne ! Ta fille est chaud patate pour se lancer dans la prostitution ? Roule ma poule ! Toussa toussa kwa.

Source photo : Giphy

4. Les inciter à travailler

Beaucoup de parents refusent à tout prix que leurs enfants ne commencent à travailler dans des jobs étudiants. Ça part d’un bon sentiment bien sûr, personne n’a envie d’envoyer sa progéniture se prostituer dans des boulots d’hôtesses d’accueil ou serveurs exploités. Et pourtant, les expériences de tafs pourris sont majeures, elles responsabilisent dès le plus jeune âge et servent toujours même si c’est pourri et nul.

5. Prétendre d'être ultra intéressé par leurs histoires d'enfants de moins de dix ans

Ouais je sais c’est sur. Quand le petit Mathis te raconte sa vie quotidienne de quatrième section, tu n’as pas forcément envie d’y prêter attention. Mais d’une part, c’est pas pire que tes propres histoires que tu racontes à la machine à café, d’autre part, si tu ne t’intéresses pas à la vie du morveux il prendra l’habitude de ne plus se confier à toi du tout, c’est là que le bât blesse.

Source photo : Giphy


6. Ne pas remplacer immédiatement un objet qu'ils auraient cassé ou perdu

T’as perdu ton téléphone ? Pas de souci mon chou, je t’en rachète un dans la foulée. Tu as pété ta chaîne hi-fi ? Mon dieu, j’en prends une autre immédiatement, tu ne saurai vivre sans. Malheur à vous si vous agissez de la sorte. C’est important de faire comprendre aux loupiots que tout n’est pas remplaçable dans la minute histoire de les sensibiliser très très très légèrement à l’anti-consumérisme.

7. Faire du bruit quand ils dorment

Alors que certains parents bien intentionnés seraient tentés de la mettre en veilleuse dès que leur poupon est plongé dans les bras de Morphée, eh bien c’est tout le contraire qu’il faudrait faire. OK on n’est pas obligé de gueuler comme des porcs sur du death metal un soir en semaine, mais faire du bruit pendant qu’un bébé dort, c’est le meilleur moyen de lui apprendre à s’endormir facilement.

Source photo : Giphy

8. Ne pas les forcer à finir leur assiette s'ils n'ont plus faim

Pour des raisons bien compréhensibles on veut toujours que le petit dernier finisse sa soupe, « parce que les p’tits Somaliens, y z’ont pas ça à manger eux ! ». Au delà de l’apprentissage du goût qu’il est nécessaire de forger en forçant un peu la découverte de différents aliments, si un enfant n’a plus faim, il ne faut pas l’obliger à finir son assiette. Sauf s’il n’a plus faim mais veut manger une côte de bœuf après. Là il se peut tout simplement que ton enfant soit en train de se foutre de ta gueule.

Source photo : Giphy

9. Accepter d'avoir tort quand leurs arguments sont justes

Encore un coup dur pour toi en tant qu’adulte face à un enfant ou un ado qui a raison. Et c’est bien facile d’avoir comme seul argument le fait qu’on est adulte et qu’on a forcément raison. Quand les arguments sont valables, il faut accepter d’avoir tort, c’est tout. Donc, ferme-la.

10. Ne pas leur interdire des bonbons

Attention, je n’ai pas dit qu’il fallait les gaver de gélatine, de burgers, de coca et de tout un tas de saloperies. Si on peut limiter les dégats au max, c’est super. Mais on a pu constater que les enfants radicalement privés de cochonneries n’en ingurgitaient que davantage à l’âge adulte. Le meilleur moyen de les éduquer à ce niveau c’est d’en accorder l’accès tout en expliquant que c’est pas indispensable.

Source photo : Giphy

Voilà, maintenant tu peux appliquer tous ces conseils et revenir me voir dans 15 ans si ton enfant est devenu un sociopathe dangereux.

Source :

Reddit

Tu ne sais pas quoi offrir pour la fête des mères ? On a déniché les trucs les plus cool :