C’est pas parce qu’on est connue qu’on est heureuse. A vrai dire, c’est même souvent le contraire. Il faut bien que les gens aient l’impression qu’il y a plus malheureux qu’eux pour continuer à vivre. Du coup, c’est plutôt rare que des gens vendent des disques en racontant comment leur liste de courses est meilleure que celle des autres. Le mieux, pour chanter la rupture amoureuse, c’est encore de la vivre. Et de prendre beaucoup BEAUCOUP de médicaments pour faire passer tout ça.

1. Dalida

En 1967, le deuxième mari de Dalida se tire une balle dans la tête. Quelques semaines plus tard, Dalida essaie de se suicider. Ensuite, elle rencontre un homme qui la met enceinte et l’oblige à avorter. Bon. On se remet doucement. Puis, en 1970, son ancien mari se tire une balle dans la tête. En 1983, son ancien compagnon se suicide au gaz. Et pendant ce temps-là, Dalida chantait du disco. Jusqu’à se suicider à son tour en 1987.

2. Adèle

Son deuxième album, 21, a été inspiré par sa rupture avec son mec bisexuel qui l’a quittée pour un homme. Son troisième album, 25, est une promenade sur le thème du temps qui passe, de la nostalgie et à la fin on va tous mourir, avec en sus une sorte de resucée d’Hier encore (Million years ago). Le truc c’est que, comme leurs noms l’indiquent, les albums d’Adèle correspondent à des âges de sa vie : on a un peu de mal, du coup, à donner du crédit à la dépression-le-temps-file d’une nana de 25 ans.  A ce rythme, elle va nous chanter la maison de retraite sur 29.

3. Taylor Swift

Bonjour l’imbroglio : Taylor Swift sortait avec Calvin Harris, qu’elle trompait avec Tom Hiddleston, et qu’elle aurait largué par téléphone. Ensuite, elle s’est mise pendant 3 mois avec Hiddleston et, là, on ne sait pas qui a quitté qui. Avant ça, il y avait eu Jake Gyllenhaal, Harry Styles et plein de gens je sais pas qui c’est. Et à chaque fois, Taylor Swift a profité de ses ruptures pour engranger du blé en s’en servant pour écrire des chansons. C’est un business, la tristesse.

4. Amy Winehouse

Toutes les chansons d’Amy Winehouse parlent de détresse amoureuse et/ou d’addiction à la drogue. Prenez le début de Back to black : « Il n’a pas pris le temps de regretter / Sa bite encore humide / Toujours la solution de facilité / Et moi bien défoncée / Les larmes sèches / Je me retrouve sans mon mec. »

On pourrait se moquer, mais elle a quand même fini par clamser dans la zone grise entre overdose et suicide. Du coup on salue l’honnêteté.

5. Barbara

Vous voulez foutre votre joie de vivre en l’air ? Vous avez le choix entre un film d’Ingmar Bergman et une chanson de Barbara. Barbara a été élue Miss Pluie tous les ans pendant 40 ans. L’aigle noir : viol par son père. Dis quand reviendras-tu ? Histoire d’amour compliquée. Nantes : mort de son père qui l’a violée. Drouot : souvenirs fugaces d’un amour d’antan (entre temps déporté). Joyeux Noël : histoire adultère mâtinée de culpabilité. On sait sa vie amoureuse assez secrète, mais Barbara a quand même trouvé l’occasion de sortir avec Reggiani à un moment. Un autre joyeux drille celui-là.

6. Katy Perry

Après s’être fait larguer par texto par Russel Brand, Katy Perry n’a plus eu la moindre nouvelle de son mari. Du coup, pour se venger, elle a parlé de la rupture sur son dernier album, Prism, dans la chanson By the grace of god. Comme si à chaque fois que j’avais un truc chiant dans la vie j’avais besoin d’en parler à tout le monde pour diffuser ma déprime. Ça va, là.

7. Witney Houston

Quand elle rencontre Bobby Brown en 1990, Witney Houston s’apprête à vivre 16 ans d’enfer. D’abord, ils se mettent d’accord pour trouver que la vie sous drogue c’est plus cool et sombrent tous les deux dans une dépendance maximale. Ensuite, pour faire bonne mesure à la vie nulle, ils font une fille pour transmettre le malheur et se battent l’un l’autre pour ajouter un peu de faits divers à tout ça. Du coup, pour se changer les idées entre deux sessions durailles à la maison, elle chantait des trucs tristes.

8. Françoise Hardy

Ouais ouais couple mythique avec Dutronc, ouais ouais. En plus de trimbaler sa mélancolie toute sa vie, Françoise Hardy s’est fait tromper et larguer par l’alcoolo de service et, comme elle n’arrivait pas à vivre sans lui, elle a fini par emménager au-dessus de chez eux pendant qu’il batifolait avec ses nouvelles femmes. A la vie, à la mort. Forcément, après, on s’intéresse à l’astrologie, on a des propos tendancieux, et on chante ça :

9. Judy Garland

L’expérience prouve qu’on peut être une adorable petite fille à l’écran et dériver vers la vie de la maxi merde. Exemple 1 : Romy Schneider, d’abord Sissi, puis malheureuse toute sa vie. Exemple 2 : Judy Garland, Dorothy dans Le magicien d’Oz puis malheureuse toute sa vie. Alcool, médicaments, tout le toutim. Elle s’est même immolée vivante avant un spectacle, devant son agent médusé. Mariée trois fois, malheureuse en permanence, elle a réussi à rendre des chansons gaies tristes juste par son regard désespéré.

10. Anaïs (Croze)

Anaïs ne fait que chanter sur ses emmerdes amoureuses. Mon coeur, mon amour, Christina, une chanson sur la fille qui lui a piqué son mec, etc. Ouais, il y a plus enthousiasmant et/ou plus triste, mais il fallait bien le finir ce top 10.

Ok il pleut, ok ma vie n’est pas géniale, mais je sais pas j’ai la pêche, je me dis que tout pourrait être pire. C’est peut-être l’effet du Xanax, tu me diras.