Ah ça pour danser des slows à la boum du lycée y’a du monde, en revanche quand il s’agit d’écouter les paroles des chansons qui nous font sécréter de la salive, y’a plus personne ! En effet, c’est pas si souvent qu’on se penche sur ce que ça raconte tout ça, surtout quand ce n’est pas français (et qu’on est, des billes en engliche). Or certaines chansonnettes, l’air de rien, parlent de viol tranquillou pendant que nous, on se rapproche naïvement nos bouches pour profiter du rythme lascif et nous rouler un patin. Inconscient qu’on est.

1. "Darling faisons l'amour ce soir" des Poetic Lovers (1998)

OK c’est pas tout récent mais si tu ne marchais plus à quatre pattes en 98 tu as du te trémousser sur ce tube et danser avec Julien de la sixième B. Sauf que si on écoute bien c’est pas joli joli ce qui se raconte là-dedans :

Laisse moi juste pour cette soirée Te toucher te caresser Car la fureur de nos baisers Me fais vraiment vibrer Alors pourquoi me faire languir ? Oui pourquoi me retenir ? Sois sure que je saurais y faire Baby, je saurais te plaire…

Une belle éducation sexuelle pour nous autres âgés d’à peine 10 ans.

2. "Baby It's Cold Outside" de Dean Martin & Doris Day (1944)

On galope certes vers une chanson certainement plus éloignée de nos boums, j’en conviens. C’est toutefois une chanson culte écrite en 1944 (époque où les moeurs vis-à-vis des hommes très virils et des femmes toutes faibles n’étaient pas ultra progressistes) qui raconte ni plus ni moins comment un homme va trouver les arguments pour forcer une femme a rester chez lui histoire de se la mettre bien.

3. "Summer Nights" de Olivia Newton John & John Travolta (1978)

Globalement Grease n’est franchement pas le film le plus au top question féminisme. C’est quand même l’histoire d’une meuf qui se transforme en ultra-pouf pour séduire le premier demeuré venu. Bref, le plus gros tube du film en est une belle illustration. Danny Zuco raconte a ses potes son dernier été, naturellement les gars lui demandent s’il a ken, mais surtout si elle ne s’est pas trop débattue. SYMPA !

(Chœur des filles) Tell me more, tell me more, was it love at first sight ? (Chœur des garçons) Tell me more, tell me more, did she put up a fight ?

4. "Brown Sugar" des Rolling Stones (1971)

La chanson raconte l’histoire d’une esclave noire qui se fait violer par ses maîtres. On part déjà pas sur un truc ultra fun sur l’échelle du LOL. les paroles décrivent ainsi ce « bon goût » que vantent les charmants violeurs de la jeune femme. Parfait pour gérer son move sur le dance floor

Old coast slave ship bound for cotton fields Sold in a market down in New Orleans Scarred old slaver knows he’s doing alright Hear him with the women just around midnight Brown sugar how come you taste so good ? Brown sugar just like a young girl should

5. "Animals" de Maroon 5 (2014)

Là, on part sur un truc clairement ultra flippant qui dépasse l’entendement. Suffit de voir le clip pour capter que la chanson parle pas de conter fleurettes à une biche dans les près. Le chanteur se met dans la peau d’un voyeur taré qui s’est pris de passion pour une gonze pas dégueu et qui pelote la carcasse d’une vache dans une boucherie en fantasmant sur elle. Quant aux paroles, elles ne laissent aucun place au doute :

Baby, I’m preying on you tonight Hunt you down eat you alive Just like animals, animals, like animals-mals

6. "Blurred Lines" de Robin Thicke (2013)

Difficile de passer à côté de ce méga tube qu’on a tellement entendu l’été 2013 qu’on a fini par saigner notre cervelle par les oreilles. Entre le clip et les paroles le tube a clairement été accusé de faire l’apologie du viol. Pas étonnant quand on reprend le refrain de la chanson « I know you want it, You’re a good girl ». Cela étant dit, c’est vrai que les meufs du clip sont ultra bonnes et la musique ultra cool (n’hésitez pas à retrouver mes analyses féministes sur mon blog contradictions.skyblog.net).

7. "Father Figure" de George Michael

Un des plus gros méga tube de feu notre Georgie tant aimé, le clip a beau être cheap de la mort, les paroles sont sans détour puisqu’il y parle d’un amour qui pourrait être vu comme un crime. Tout ça ne nous empêche évidemment pas de kiffer grave la chanson. On est des perv’ toute façon.

I will be your father figure Put your tiny hand in mine I will be your preacher teacher (Be your daddy) Anything you have in mind I will be your father figure I have had enough of crime I will be the one who loves you Until the end of time That’s all I wanted But sometimes love can be mistaken For a crime

8. "Kill You" de Eminem (2000)

Le titre annonce la couleur faut dire. Dans cette charmante comptine pour enfant, le tout mignon Eminem parle de sa mamounette chérie qu’il menace de violer. Gênant les réunions de famille après ça. Allez tout le monde répète après moi pour la fête des mamans « Shut up slut, you’re causing too much chaos Just bend over and take it like a slut, OK Ma ? ».

9. "Run for Your Life" des Beatles (1965)

Pire encore que de parler de viol, la chanson parle carrément de meurtre. Bon ce n’est pas la plus connue de Mc Cartney et Lennon et c’est pas pour rien non plus que Lennon confie que c’est la chanson qu’il aime le moins. Too bad.

You better run for your life if you can, little girl Hide your head in the sand, little girl Catch you with another man That’s the end’a little girl

10. "He Hit Me (And It Felt Like a Kiss)" des Crystals (1962)

On termine enfin avec un bon tube des familles qui promeut joyeusement les violences faites aux femmes. Une chanson qui n’a rien à envier à n’importe quel rappeur rageux d’aujourd’hui, et le plus beau dans tout ça, c’est que ce sont des gonzes qui la chantent ! Bravo les meufs !

He hit me And it felt like a kiss He hit me And I knew he loved me

Heureusement qu’on n’est pas des génies en termes de décryptages de chansons.

Sources :

Cracked

TerraFemina