Voilà 2 siècles que la musique est utilisée dans les campagnes électorales américaines. Avec le temps, le recours au 4ème art a pris de l'ampleur jusqu'à occuper aujourd'hui une place cruciale dans la course à la Maison-Blanche. Toutefois, l'équation n'est pas simple puisque les morceaux doivent à la fois valoriser le ou la candidat(e) tout en séduisant l'électorat. Petit tour d'horizon de la playlist de cette campagne 2016.

  1. Donald Trump
    A l'instar de son programme politique, le choix musical de Donald Trump est tout ce qu'il a de plus perturbant. De «Eye Of The Tiger» de Survivor à « Nessun Dorma » de Puccini, il y a à boire et à manger. Ces choix n'ont toutefois pas toujours été gagnants puisque nombre d'artistes se sont retournés contre lui, l'exhortant de ne plus utiliser leurs morceaux. Parmi eux : Adèle, REM, Aerosmith ou encore Neil Young, ce dernier ayant souligné au passage qu'il était un supporter de longue date de Bernie Sanders. Qu'à cela ne tienne, le milliardaire a donc créé sa propre chanson officielle dans laquelle les «Ennemis de la liberté» sont prévenus: ils seront «écrasés» et «descendus».
  2. Hillary Clinton
    Hillary Clinton est sans conteste la candidate qui a le plus et le mieux travaillé sur ses musiques de campagne. Conseillée par une agence spécialisée, elle a constitué « The official Hillary 2016 Playlist », 14 morceaux aux accents, pop, rock et latino prônant l'optimisme, la féminité et l'opiniâtreté. En outre, l'ancienne secrétaire d'État affiche le soutien d'artistes de renom comme 50 Cent, Beyoncé, Kanye West et Snoop Dogg. Mais sa plus grande supportrice reste Katy Perry qui lui a même proposé de lui écrire son hymne de campagne. Ce à quoi Hillary Clinton a répondu «Tu l'as déjà fait, continue de nous faire entendre ton Roar».
  3. Ted Cruz
    Depuis le 11 septembre 2001, Ted Cruz dit ne plus se reconnaître dans le rock. Résultat : il s'est découvert une nouvelle passion pour la country. Et pourtant, aujourd'hui il est officiellement soutenu par le groupe pop-rock chrétien Newsboys. A l'instar de son milliardaire de rival, le sénateur du Texas s'est lui aussi fait remonter les bretelles par quelques artistes. Explosions in the Sky s'est ainsi opposé à l'utilisation de son « Your Hand in Mine » dans l'un des clips de campagne du candidat. Même son de cloche du côté des rappeurs de Geto Boys qui n'ont pas digéré la parodie de leur chanson « It Feels Good to be a Gangsta » en « It Feels Good to be a Clinton » dans un autre clip.
  4. Bernie Sanders
    Bernie Sanders, lui aussi a sorti une playlist de campagne. On y retrouve notamment David Bowie, Simon & Garfunkel, Tracy Chapman et, évidemment, Neil Young qui lui a affiché son soutien. Killer Mike, Lil B, Jeff Tweedy ou encore les Red Hot Chili Peppers se sont eux aussi ralliés à sa cause. Par ailleurs, il est le seul candidat à avoir sorti un album. L'enregistrement, en compagnie de 30 musiciens du Vermont, remonte à 1987 quand il était alors maire de Burlington.
  5. John Kasich
    Contrairement à son adversaire texan, John Kasich est le plus rock des candidats. En sexagénaire qui se respecte, il est un inconditionnel d'AC/DC et de Pink Floyd. Il a d'ailleurs promis que, s'il était élu président, il ferait tout son possible pour réunir le groupe de David Gilmour. Rien d'extravagant toutefois dans le choix de ses musiques de campagne. Lors de l'annonce de sa candidature, on a ainsi pu entendre « This Town » d'O.A.R., « Seven Nation Army » des White Stripes ou encore U2 avec « A Beautiful Day ».

  6. Marco Rubio (out)
    C'est un peu le "djeun" de la bande ! Fan de hip-hop, il connaît ses classiques sur le bout des doigts. Il ne cache pas son admiration pour Eminem, Tupac, Nicki Minaj et Pitbull qui serait devenu un ami du Sénateur de la Floride. Son morceau préféré ? « Straight Outta Compton » de N.W.A. Autant d'artistes dont les textes ne font pas toujours l'unanimité auprès des électeurs et encore moins auprès de ses enfants. Du coup, pour sa campagne, le candidat a préféré jouer la carte de la sécurité avec des DJ comme Avicii ou Calvin Harris. Des choix qui n'ont pas toujours été gagnants comme lors de l'annonce de sa candidature. Marco Rubio avait alors utilisé « Something New » du groupe suédois Axwell & Ingrosso. Le duo, qui n'avait été consulté au préalable, a déclaré de pas vouloir être associé à un quelconque parti et a donc demandé au candidat de ne plus utiliser ses morceaux. Comme ses adversaires démocrates, lui aussi a créé une playlist de campagne.
  7. Ben Carson (out)
    Dans notre playlist de campagne, le choix de Ben Carson occupe pour ainsi dire la dernière place. En témoigne son spot radio interprété par le rappeur républicain chrétien Aspiring Mogul (). L'ancien neurochirurgien a vu dans ce genre musical le moyen de toucher les jeunes Afro-Américains. Un langage original qui s'est néanmoins heurté à un mur de scepticisme et d'incompréhension. Et pour cause, en avril 2015, l'homme avait sévèrement critiqué la culture hip-hop, l'accusant de détruire la communauté et les valeurs afro-américaines. Ajoutez à cela une qualité musicale plus que médiocre et vous obtenez ce qu'on appelle un bide.

  8. Martin O'Malley (out)
    C'est le mélomane de la bande. Si bien que, pour faire la sérénade aux électeurs, le candidat n'a pas hésité à mettre la main à la pâte. Leader du groupe de musique irlandaise O'Malley's March, il lui est ainsi arrivé d'emporter sa guitare jusque dans ses meetings. Dans l'Iowa il a ainsi offert à ses supporters une interprétation de « The Iowa Waltz » de Greg Brown. Dans son répertoire on retrouve aussi « This Land is Your Land » de Woody Guthrie, « I've Been Everywhere » de Johnny Cash et même « Bad Blood » de Taylor Swift. Pour la petite histoire, en septembre dernier, The Independent Journal a proposé à Martin O'Malley de chanter sur Wall Street afin de voir combien d'argent il pourrait récolter. Objectif : dénoncer le financement des campagnes. Résultat : 1,74$ et un paquet de bonbons.
  9. Jeb Bush (out)
    Défiant les pronostics, Jeb Bush n'a finalement pas fait long feu dans la course au bureau ovale. Toutefois, pendant sa courte campagne, on a pu entendre « Homegrown » du groupe de country Zac Brown Band, le genre musical préféré de l'ancien gouverneur de Floride. Il a été nettement moins bien inspiré lors de la diffusion de « The Workingman's Hymn » du finaliste de The Voice Joshua Davis. Ce dernier lui a demandé de plus utiliser son morceau, soulignant au passage qu'il s'agit d'une « chanson anti-Bush ».

"Ce qui est important, ce n'est pas ce qu'on est, c'est ce qu'on aime." John Cusack dans High Fidelity