Ton enfant rentre à la maternelle à la rentrée, et l’école te fout déjà un peu la pression au sujet de sa propreté. Il est impératif qu’il ne porte plus de couches pour le mois de septembre, et bla-bla-bla. Alors oui, ça peut faire un peu flipper toute cette pression, surtout que ton môme ne semble pas trop prêt à quitter ses grosses couches, mais heureusement l’été est le moment parfait pour l’aider à aller sur le pot, en douceur.

1. Attendre le bon moment

On a tous une grand-mère ou une grande-tante qui adore clamer que ses enfants étaient propres à 10 mois (n’importe quoi). Sauf que non, y’a un âge à respecter avant de coller les fesses de ton bébé sur un pot, et il faut déjà qu’il sache faire deux trois trucs qui prouvent qu’il est prêt physiquement et mentalement, comme savoir monter les escaliers seuls, savoir enlever son pantalon, être capable de ne pas mouiller sa couche pendant quelques heures et savoir s’exprimer quand il a fait dans sa couche. En gros, c’est pas à 10 mois que tu fais tout ça hein.

2. Il fait chaud, laisse-le à poil

C’est l’été, le moment parfait pour porter le moins de fringues possible, et c’est même encore mieux si tu vis en maison et que ton môme a accès à l’extérieur. Vire-lui sa couche, laisse-le gambader, et rappelle lui que s’il a envie de faire pipi, c’est sur le pot. Il y aura des accidents mais on s’en fout.

3. Les bouquins, ça aide

« Petit ours Brun va sur le pot » ou n’importe quel bouquin qui parle de la propreté destiné aux enfants, y’en a toute une ribambelle. Le fait de les lire à ton môme peut vraiment l’aider à comprendre toute cette histoire de pot, en s’identifiant à un personnage qui fait la même chose que lui.

4. Ritualise les moments sur le pot

On commence en douceur, en lui proposant le pot avant le bain, avant la sieste, après manger, bref à des moments clés de la journée. Même s’il ne fait pas dessus, ou juste quelques gouttes, ça sera déjà un début, il pourra ritualiser, et avoir des nouveaux repères.

5. Ne surtout pas l’engueuler s’il a un « accident »

Ça risquerait de le bloquer complètement, ce qui n’est évidemment pas une chose à faire. Un pipi dans le slip, ça arrive à tout le monde (même à toi, avoue), surtout au début de l’apprentissage, et ça n’a absolument rien de grave. C’est juste que si ça arrive, il faut lui expliquer que le pipi, ça se fait sur le pot.

6. Repérer une envie qui arrive

On voit bien leur tête qui change quand il y a une envie qui arrive. C’est le moment de dégainer le pot et de le foutre dessus, pile au bon moment.

7. Garde ton calme

Parce qu’au début, ça ne se fait pas comme ça, pouf par magie. Non ça peut prendre un peu de temps, ça peut aussi lui donner envie de s’asseoir sur le pot toutes les 5 minutes parce qu’il pense que c’est un jeu, mais patience, ça va lui passer et il va y arriver.

8. Pas de pression

L’école menace de ne pas prendre en charge ton môme s’il n’est pas propre à la rentrée ? Mouais, on verra, on n’y est pas encore. L’été c’est long, l’apprentissage peut-être très rapide, alors on se détend, de toute façon il ne va pas garder ses couches jusqu’à ses 18 ans.

9. Choisir des vêtements simples à enlever

On oublie les combishorts, les salopettes, et autre trucs bien chiants à retirer. Si y’a possibilité de le laisser à poil, c’est top, sinon un pantalon legging, short ou robe, c’est facile à virer, et à remettre.

10. Félicite-le

Même si c’est que trois gouttes, il faut lui montrer que c’est bien, qu’il est sur la bonne voie, qu’il peut être fier de lui et qu’il devient un grand garçon ou une grande fille. Le pot est vraiment une étape importante dans son évolution, ça marque clairement la fin de ses années de bébé, il faut qu’il soit acclamé en conséquence.

Allez bon courage, ça va le faire, pas d’inquiétude !