C'est l'été, il fait beau, il fait chaud, tu vas prendre des coups de soleil sur les pieds et, comme chaque année, tu vas enchaîner les conneries. C'est pour cette raison - et parce que nous avons un grand cœur - que nous te prodiguerons dans le Guide de l'Eté durant toute la période estivale quelques conseils pour éviter de rentrer à la maison avec un bras en moins et un enfant en plus. La bise et bon été !

Top partenaire [?]

Ahahahahahahah ce qu’on s’amuse viens ! Je t’arrose ! Viens ! Tu m’arroses ! Ahahahahahahah ! Et maintenant, on lutte dans une posture légèrement homoérotique. Ahahahahahah ! C’est tellement amusant ! Ahahahahahah ! Et maintenant, je vais te couler pour de vrai jusqu’à ce que tu deviennes tout bleu ! Ahahahahahahahah !

1. Bien appuyer sur les épaules

On ne peut pas se permettre de couler un pote en l’attrapant par les jambes. D’abord, parce que ça ne fait pas assez mal, ensuite parce que les jambes se situant dès le départ de l’action dans l’eau, il y a un fort risque de glisser au moment où on les empoigne. Une vraie bonne coulée qui donnera à ton pote l’impression qu’il va mourir commence par une pression intense exercée sur les épaules de l’autre, dans un mouvement d’enfonce-toi sinon je t’éclate la clavicule. C’est comme ça.

Source photo : Giphy

2. Bien s'assurer que le pote en question ne porte ni masque, ni tuba

Le but n’est pas de l’envoyer découvrir les profondeurs du grand bassin mais bien de l’obliger à suffoquer comme une merde dans l’eau chlorée. Couler un pote équipé pour la plongée n’a donc pas d’intérêt. Choisissez préférentiellement un ami un peu chétif, voire malingre, portant lunettes correctrices et légèrement effrayé par l’eau. C’est plus drôle.

3. Pratiquer la balayette en même temps que l'on appuie sur les épaules

C’est lors de la perte d’équilibre que se joue l’immersion définitive. Parce que ses pieds ne touchent plus terre, l’ami se retrouve obligé de se noyer. C’est la seule et unique manière d’obtenir un résultat probant. On fera donc un geste de faucheuse avec sa jambe droite sur les mollets de sa cible de façon à assurer sa bascule vers les profondeurs de la pistoche.

Source photo : Giphy

4. Une fois le pote sous l'eau, bien lui appuyer sur la tête

C’est là que se joue tout le nœud de la blague. Si l’on n’appuie pas bien sur la tête de sa victime, celle-ci risque de réussir à regagner la surface pour trouver un peu d’air. On aura donc tôt fait de bien immobiliser son crâne en exerçant une pression régulière dessus à l’aide de ses deux mains. Pour renforcer encore le côté ludique, on pourra, une première fois, permettre à son pote d’aller chercher un peu d’air avant de le renvoyer dans les profondeurs en espérant que, n’ayant pas terminé son inspiration, il soit tenu de boire la tasse. Amusant.

5. Bien s'assurer qu'on risque pas de se faire couler en retour

Arborer une imposante toison pectorale permet souvent de décourager les malheureux qui souhaiteraient s’aventurer à essayer de vous rendre la pareille. Des dents en or, un poing américain, une mise à l’épreuve de 7 ans pour coups et blessures sur représentant de l’ordre public peuvent aussi être des atouts si vous ne voulez pas mordre la poussière chlorée. En désespoir de cause, le fait d’être en fauteuil roulant peut vous permettre d’éviter ce genre de petites contrariétés généralement réservées aux personnes valides.

Source photo : Giphy

La pistoche, c’est un espace de jeu pour délinquants.