Après avoir brulé quelques illustres icônes de la scène musicale, il était temps de trouver de nouvelles terres pour assoupir notre soif destructrice. Le cinéma était tout indiqué, mais sur qui jeter notre dévolu ? Mr Spielberg ? Brad Pitt ? Non, la meilleure victime sera LA figure du cinéma de ces dernières années. Illustre inconnu il y a encore vingt ans, aujourd'hui incontournable sur la scène cinématographique, je vous présente Quentin Tarantino (à prononcer avec l'accent américain, en insistant bien sur le "in")

  1. Toujours pas d'oscars : Ben oui, tout le monde vante les qualités exceptionnelles de ce cher réalisateur, n'empêche qu'il n'a toujours pas gagné la moindre petite statuette ! Même Mel Gibson en a remporté une, ca ne devrait donc pas être infaisable. Bien sûr lorsqu'on parle d'oscars, il est question de vrais oscars ! Meilleur film ou réalisateur, à la rigueur scénario, mais il va de soi qu'on n'évoque pas la statuette gagnée par cet autrichien ayant joué les trois quart de sa vie dans Derrick ou Rex, chien flic.
  2. Il a réalisé le rêve américain : Oui, il existe bel est bien ce fameux mythe du self made man. Quentin nous le prouve. Il travaille comme étudiant dans un cinéma porno pour boucler les deux bouts, avant de finir dans un vidéo club. Dix ans plus tard, il réalise Reservoir Dogs, et s'affirme sur la scène du cinéma. Tout le mérite lui revient, mais on préférerait que cela nous arrive à nous.
  3. Scénarios bidons : J'entends déjà les huées et protestations. Oui, d'accord, le scénario de Pulp Fiction n'est pas trop mal, ceci est accordé. Mais les scénarios de ses autres films tiennent sur un ticket de métro. Reservoir Dogs : Un braquage foire, on cherche la taupe. Kill Bill : une femme cherche à se venger de son ex-mari qui ne lui verse plus sa pension alimentaire. Death Proof ? Un cascadeur s'amuse à tuer des bonasses avec sa bagnole. Jackie Brown, ha pas de scénario, c'est puisé d'un roman.
  4. Il renie ce qui ne lui plait pas : Mossieur est excentrique. Et quand un de ses (soi-disant) scénarios, est réalisé par un collègue, mais que le résultat final ne lui plait pas, Tarantino rejette complètement le film. Je parle d'ici du film "Natural born killers" réalisé par Oliver Stone. Ce dernier en fait une épopée sanglante autour d'un couple à la Bonnie & Clyde. Mais Quentin n'aime pas ce que le film est devenu. Sale râleur ! t'avais qu'à pas vendre le script.
  5. Les thèmes des films ne varient jamais : C'est toujours la même chose, sex drugs & rock'n roll (ici rock 'n roll représentant la violence). Kill Bill et Inglourious Basterds reprennent le troisième thème, Boulevard de la mort étant axé autour du sexe, et Pulp Fiction un subtil mélange des trois. S'il ne se remet pas vite en question, il est condamné à sombrer dans l'oubli !
  6. Les BO sont surestimées : Soi-disant, les bandes originales de Pulp Fiction, Kill Bill, ou Reservoir Dogs sont de pures merveilles et un travail de génie. Il cependant est beaucoup plus respectable de composer une BO à partir de rien et l'intégrer au film, comme le font Hans Zimmer ou Marco Beltrami plutôt que de piller des chansons toutes faites, trouver celles qui collent plus ou moins à telle scène, et en faire la "musique" du film.
  7. Kill Bill 3-4 ? : Tarantino n'est pas un de ces réalisateurs hollywoodiens "pop-corn" grand public comme Michael Bay. Sa motivation n'est pas l'argent, mais l'amour du cinéma. Mouais mouais... Et deux nouvelles suites à Kill Bill, c'est aussi pour les mêmes raisons ? On critique bien une possible suite à gladiator, alors pourquoi Monsieur Tarantino devrait être épargné pour un même fait ?
  8. Il a réalisé un épisode des experts : C'est une impardonnable faute de goût. Il a aussi fait un épisode d'Urgences, mais c'est déjà moins grave.
  9. Les pieds : Mais qu'est ce qu'il trouve à cet partie du corps féminin ? Que ce soient ceux d'Uma Thurman, Diane Kruger ou encore Bridget Fonda, il nous en fait l'éloge dans chacuns de ses films. Ainsi qu'une longue et passionnante conversation dans Pulp Fiction. C'est bien gentil de vouloir être original, mais avant de mettre ce genre d'éléments, il ferait mieux de d'abord retravailler ses scénarios et bandes-originales.
  10. Histoire d'amour : Les sommets de la mauvaise foi (assumée a 100% ;) ) et de l'hypocrisie ont été atteints depuis longtemps, et il ne fut pas facile de trouver un dixième point. Mais Tarantino a écrit une véritable histoire d'amour : True Romance. Ce n'est pas une simple amourette incorporée dans un film d'action, mais toute l'histoire qui s'articule autour du couple Clarence-Alabama. Tony Scott l'a réalisé, et c'est un pur chef d'oeuvre malheureusement fort méconnu. Tous les éléments d'un "bon Tarantino" sont présents : un scénario simple mais surefficace, une très bonne BO, des seconds rôles aussi marquants que les principaux (Gary Oldman en mac albinos, ou Brad Pitt en junkie), ainsi que des scènes cultes (la discussion entre Christopher Walken et Dennis Hopper, et que dire de la scène finale ?) Tony en a fait une merveille, on ne peut donc qu'en vouloir à Tarantino de ne pas l'avoir réalisé.

Et vous, vous voyez d'autres raisons de détester Tarantino ?

crédits photo (creative commons) : wili_hybrid