Vous avez joué avec lui au fond du jardin à faire semblant de gagner la coupe du monde après avoir planté une superbe frappe contre la porte du garage. Lui, c'est votre frère. Mais votre complicité sur le terrain n'a malheureusement jamais dépassé votre portail. Pour ceux qui suivent, c'est aller un peu plus loin puisque c'est la fratrie qui a fait carrière dans le foot professionnel, au point même parfois de jouer ensemble sous le même maillot. Zoom sur 10 grands frérots, enfin 20 du coup, qui ont fait carrière.

  1. André et Jordan Ayew : les plus "tendance" du moment. Deux fiers descendants d'une légende de l'OM, Abédi Pelé, efficaces, décisifs, résolument tournés vers le but, et capables d'éclipser les errances du recrutement marseillais de l'inter-saison : les frères Ayew sont le tube du moment. Et la preuve que le centre de formation de l'OM n'est pas qu'une légende urbaine de plus.
  2. Filipo et Simone Inzhagi : deux grands buteurs italiens aux fortunes diverses mais qui se retrouvent dans leur hobby préféré : mettre des pions à l'OM en Ligue des Champions. Filippo met un doublé en 2010 au Vélodrome, Simone en plante 4 avec la Lazio en 2000. Bientôt une tribune Inzaghi au Parc des Princes ? Bon bien sûr faut aimer les buts un peu raccro...
  3. Socrates et Rai : une même génération peut illuminer deux époques brésiliennes. L'élégance de Raï a succédé à la barbe hirsute de Socrates, mais les deux frangins ont montré pendant près de deux décennies que le plus beau football vient forcément du Brésil. Ils n'auraient pas un troisième frangin un peu plus jeune par hasard ?
  4. Zlatko et Zoran Vujovic : les plus "ressemblants". Des frères c'est bien, des jumeaux c'est encore mieux. Surtout quand ils ont des prénoms dignes des pires méchants dans James Bond. Zlatko et Zoran ont contribué aux belles années bordelaises dans les années 1980. On disait simplement "Vujovic", pour éviter de se planter à chaque fois.
  5. Gabriel et Diego Milito : papa Milito peut être fier de ses garçons : le premier joue à l'Inter, le deuxième au Barça, et il y a déjà deux Ligues des Champions au-dessus de la cheminée. Seule ombre au tableau : Claude Puel qui a déclaré que Diego n'était pas supérieur à ses attaquants début 2009. On parle quand même de Piquionne, là. Et ça, pour un père, c'est dur à avaler.
  6. Gary et Phil Neville : "The Neville Brothers" ont fait de super chansons, Gary et Phil ont eux été les chevilles ouvrières de Manchester United, dans un style beaucoup moins lyrique, voire un chouilla bourrin. Le premier lance maintenant ses dernières forces à Everton, le second a d'ores et déjà annoncé sa retraite (ouf). On a cru que le temps s'était arrêté, tant on a eu l'impression de toujours voir les deux frères sur le terrain en regardant du foot anglais.
  7. Les doublettes hollandaises : dans l'autre pays du fromage, on prend l'habitude de rajouter l'initiale du prénom sur le flocage des maillots tant la tendance à jouer entre frangins est répandue. Frank et Ronald de Boer, Ronald et Erwin Koeman, René et Willy Van de Kerkhof ont ainsi tous lutté pour se faire un prénom. Et pas tous avec le même succès. Autant on se souvient des frappes de mules de Ronald Koeman, autant Erwin n'a dû faire qu'entendre toute sa vie "comment va ton frère ?"
  8. Sylvain et Joris Marveaux : pour comparer efficacement la qualité des centres de formations, rien ne vaut l'expérience : prenons deux joueurs au patrimoine génétique similaire et avec la même expérience à l'AS Ménimur, un sympathique quartier de Vannes. On en met un en formation à Nantes (Joris) et l'autre à Rennes (Sylvain), et on regarde ce que ça donne. Non, Nantes, c'est plus ce que c'était.
  9. Bruno et Benoît Cheyrou : la famille idéale pour les quizz de fin de repas : quel Cheyrou est champion de France? Lequel est passé par Liverpool? Lequel a joué en équipe de France? Lequel a joué à Chypre? Lequel est passé par Marseille (attention il y a un piège...) ? Un modèle de fratrie et de gendre idéal-milieu de terrain à la française.
  10. Stéphane et Wilfried Dalmat : d'un côté, l'un des plus gros mercenaires du football français avec 54 clubs en 10 saisons (à peu près), de l'autre, un des futurs plus gros mercenaires du football belge. Deux salles, deux ambiances, les Dalmat se ressemblent bien: s'installer et aller chez Ikéa pour construire leur petit cocon, c'est pas leur truc. Eux, faut que ça bouge.
  11. (Bonus) Les frères Malouda : Deux carrières diamétralement opposées : le premier, Florent, est étincelant depuis plusieurs saisons avec Chelsea, le deuxième, Florent aussi, curieusement, est archi-nul avec l'équipe de France. A croire qu'ils n'ont pas reçu la même éducation.

Et aussi Brian et Michael Laudrup, Bonaventure et Salomon Kalou, Fernando et Patricio D'Amico, Valbuena et Messi... Et vous, vous en voyez d'autres ?

Crédits photo (creative commons) : auteur

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :