Crédits photo (creative commons) : Laurence Vagner

(Siège d'un géant de la confiserie, 10 octobre 1986, 9:10 AM). "Messieurs, je crois que nous avons mis au point le bonbec de demain. Vous pouvez voir le détail du concept sur ce paperboard."- "C'est incroyable!".- "Et c'est un bonbec?". -"C'est la confiserie de l'an 2000!"(...). Florilège des petits pas pour l'homme, mais des grands pas pour la confiserie. (Maj Juil 2012)

  1. Le Malabar bi-goût
    Un Malabar mi-rose, mi-jaune, mi-fraise, mi-citron... Une esthétique parfaite, un nom inoubliable... quand on a un bi-goût en main, le tatoo livré avec n'a plus aucune importance. Un coup de génie.
  2. Le Carambar
    Une référence historique, une partie de notre patrimoine à tous. Associer le meilleur moyen de se niquer les dents avec l'humour le plus raffiné de l'époque, c'était brillant. Le concept n'a pas survécu au renouvellement des blagues.
  3. Le distributeur de Pez
    Pas besoin d'avoir un bonbon élaboré pour révolutionner le marché. Il suffit parfois de mettre au point un distributeur original grâce aux technologies les plus pointues. Plus personne ne se souvient du goût de ces trucs, mais on sait tous sortir en un claquement de doigts une dragée de notre distributeur. C'est dans nos gènes.
  4. Le Mister Freeze
    Un sachet tubulaire de flotte glacée et colorée selon le nom d'un goût quelconque (cerise, coca) ou d'un composant chimique de derrière les fagots (le fameux goût "Schtroumph"). Soyons clairs : le Mister Freeze ne compte pas parmi les 5 fruits et légumes conseillés par jour.
  5. Le Frizzy Pazzy
    De la poudre dans un sachet qui éclate sur votre langue pour se transformer en chewing-gum... A l'époque, une légende dans les cours de récré voulait que si on l'avalait trop vite, le Frizzy Pazzy pouvait nous bousiller la moitié des organes. Notre fascination pour le danger a assuré son succès. L'effet Fugu, sans aucun doute.
  6. La Langue de Chat
    Il suffisait d'introduire cette languette colorée et recouverte de sucre dans sa bouche pour avoir le visage pris de convulsions et de crispations. Un niveau d'acidité vraisemblablement interdit dans la plupart des pays développés à l'heure d'aujourd'hui et des couleurs suspectes: la combinaison gagnante.
  7. La Boule de Mammouth
    Une boule de 6 cm de diamètre qui tient à peine dans la bouche d'un enfant, recouvert de couches successives d'arômes plus chimiques les uns que les autres pour finir par un chewing-gum insipide. Nécessite 6 ou 7 heures pour être fini. Aujourd'hui plus difficile à trouver que du crack.
  8. Le bâton de bois de réglisse
    On avait fait le tour des bonbons qu'on suce, qu'on croque et qu'on avale : place à la friandise qu'on "machouille". Vendu comme un remède naturel aux maladies respiratoires et comme alternative à la cigarette, ce bâton de réglisse a donné le spectacle désolant de gamins armés d'un bout de bois couvert de bave et réduit en lambeau par des dents de lait, qui aura bien préféré un Mister Freeze.
  9. Le collier de bonbons
    L'espionnage industriel tourne à plein régime, on sait que Pez prépare un gros coup, il faut proposer une alternative pour leur couper l'herbe sous le pied. Un élastique, des perles à la saccharine aux couleurs pastels, rose, jaune, bleu clair, et le tour est joué. Du beau boulot.
  10. Les Chamallows
    de son vrai nom Marshmallow, ce truc spongieux est, comme le Carambar, un Classique avec un grand "C". Cette confiserie donne aujourd'hui lieu à des recettes de cuisine consacrées, des utilisations plus originales les unes que les autres. Mais la seule et unique manière d'utiliser des chamallows est de s'en fourrer un max dans la bouche et d'essayer de dire l'alphabet. Tout le reste n'est que futilité.

Et vous, vous en voyez d'autres ?