4c9357cf42e54
source photo : C'est arrivé près de chez vous

Et dire qu'avant ce film Benoit Poelvoorde ne pensait pas devenir acteur. Qu'est-ce qu'on aurait perdu... Ce film aussi drôle qu'inquiétant a fait l'effet d'une bombe quand il est sorti en 1992 et a acquis une réputation mondiale (Tarantino notamment lui voue un culte) et c'est tout à fait mérité. L'archétype même du film que l'on cite et cite encore jusqu'à plus soif. Chapeau bas amis belges on appelle ça un chef d'oeuvre.

  1. "Tour à tour finaud, tour à tour polisson, tour à tour gangster, mais tour à tour généreux. Quelque soit le montant que tu me demanderas Rémi, toujours, je dis bien toujours, Benoît y pourvoira."
  2. "Ah ! Les saligauds. Un veilleur de nuit noir. Si ça c’est pas un coup dans le dos. C’est dégoûtant, ils se croient tout permis ces gens là."
  3. "Un petit quidam, ça ne fait pas de vague... Tu tues une baleine, t’auras les écolos, t’auras Greenpeace, t’auras le commandant Cousteau sur le dos !"
    Mais décime un banc de sardines, j’aime autant te dire qu’on t’aidera à les mettre en boîte !
  4. "Gamin ! Gamin ! C’était pour rire gamin, tu vas pas rester tout seul dans ce bois !"
  5. "ET MAMIE TROMBLON ? ELLE S’EST DÉJÀ FAIT TROMBLONNER MAMIE TROMBLON ? "
    Tu vois Rémy, dès que je suis entré, j'ai tout de suite remarqué la boite de Sédocar... Médicament pour les cardiaques ! Tu économises une balle, et en plus c'est propre.
  6. "Quelle horreur, ça me dégoûte. Ils se croient tout permis ces gens. C'est comme ce ciment, tu peux être sûr que c'est un ciment hongrois, la loi de l’éternel provisoire, hein ? "
    Et tu peux être sûr qu'ils mettent beaucoup plus de sable qu'ils ne mettent de ciment. Ça, c'est certain. Hein hein ! C'est des économies de bout de chandelle et après les murs se lézardent, ça, c'est certain. Il y a des fissures, tout le bazar. Enfin, j'ai été coulé deux Maghrébins ici dans la colonne nord, hein ? Attention, je les ai tournés vers la Mecque. Tu peux être sûr que dans deux ans on verra leur trou du cul, ça, c'est certain. Bon, allez, on va aller couler le Mobutu là-bas. Regarde-moi ça, en plus il était beau garçon. En tout cas, je vous préviens que je ne touche pas à ça. Ça, le sida Rémy, le sida, les singes verts, je n'y touche pas. Prends-le par les caoutchoucs si tu le prends, mais moi je n'y touche pas. Encore, regarde-moi ça. Pourquoi les habiller en jaune si on ne doit pas les voir ? Enfin encore heureux qu'il n'y ait pas des chiens ! Car en général, ils sont entourés de molosses. Et... ça je n'aime pas. Tu sais que les noirs s'entendent très très bien avec les animaux, c'est très connu ça. Ils ont une façon de leur parler.
  7. "Pigeon, oiseau à la grise robe/dans l’enfer des villes/à mon regard tu te dérobes.../Tu es vraiment le plus agile."
  8. "Regarde moi ça. Dans dix ans, cette petite garce sucera des bites comme sa mère. Oh, tu imagines comment la nature est bien faite ? ... Incroyable, ça. Elle n’en sait rien encore. Si ça tombe, elle n’a pas vu la couleur d’un gland..."
  9. "C'est terrible comme tu as mauvaise haleine, toi Rémy... Tu devrais faire attention, près du nez des gens car c'est désagréable au possible !"

  10. "Des vieux pauvres, ça n’existe pas. Radins, oui. Pauvres, non."
  11. "Qu’est-ce t’attends, peau d’couille ? Le ressac !"
  12. "Malou ! Nichons !"
  13. "Une larme de gin, une larme. Une rivière de tonic... Et ensuite la p’tite victime, composée d’une petite olive, d’un p’tit morceau d’sucre et d’un p’tit bout d’ficelle. Et nous avons : Le P’tit Grégory."
  14. "Ils avaient pensé installer des cerisiers du Japon tout le long des allées... Du style cité balnéaire Anglaise ! ... Est-ce que tu crois qu’ils l’ont fait ?"
    ... Est-ce que tu crois qu’il l’ont fait ? Si si ! Ils l’ont fait mais ils se sont arrêté là et c’est ça qui est dommage... C’était de la poudre aux yeux... Ils ont jeté de la poudre aux yeux. Les gens ont, les gens ont dit oui... Mais non ! Moi j’ai été observateur,j'ai remarqué qu’ils s’étaient arrêté...REGARDE ! Qu’est-ce qui te choque la première fois que tu vois ça ? La première chose qui te saute aux yeux ? Les briques ! C’est les briques rouges ! Et le rouge c’est la couleur de quoi ? Le rouge c’est la couleur du sang, le rouge c’est la couleur des indiens, c’est la couleur de la violence ! Hein ? Alors que le fléau de notre société, et tout le monde s’accorde à le dire, est la violence, ils vont te foutre des briques rouges ! Mais le rouge c’est aussi la couleur du vin mon vieux, et vin, qui dit vin dit pots-de-vin ! Parce que tout ça c’est magouilles et compagnie, c’est politico euh... Je-ne-sais-pas-trop-quoi mais tu vois ça c’est des histoires de fric ! Parce que tout ça, c’est magouilles et compagnie. C’est politico -euh- je ne sais pas tout quoi, mais tu vois, ça, c’est histoires de fric. Et ça, ça me désole. Attention ! Tu vas n’importe où avec ta caméra. Les gens, ils aimeraient pouvoir s’arrêter et dire : "tiens, quel beau parterre !", "quelle magnifique asymétrie !" et "oh, quelle belle tonalité de brique !". Mais on ne leur en donne pas l’occasion non plus ! Alors ils préfèrent rester devant leur téléviseur, et c’est dommage. Moi, personnellement, si j’avais dû concevoir ce genre de chose, j’aurai vu une habitation, tu vois, de plain-pied, avec de grands parterres, très aérés, un peu à la Frank Lloyd. Typiquement dans l’esprit des habitations japonaises. Parce que ces gens-là, malgré tous leurs défauts, avaient compris beaucoup de choses. Hein."

T'as tout compris Rémi ?

Source : Des génies