À l’occasion de la sortie du cinquième opus de la saga Scream on a décidé de refaire un petit tour d’horizon pour dénicher quelques secrets de tournage et de production de cette légende du cinéma d’horreur qui existe depuis 1996. Vous pensiez tout savoir sur ces films ? On va le vérifier ensemble avec ces quelques infos assez méconnues, ce qui nous permettra d’évoquer certaines des séquences les plus flippantes de Wes Craven. Une bonne raison pour revoir les quatre premiers avant d’aller au ciné voir le dernier si vous voulez mon avis.

1. L'idée du scénario est venue à Kevin Williamson quand il gardait la maison d'un proche

Alors qu’il était seul dans la baraque d’un ami, le scénariste Kevin Williamson regardait un documentaire sur la tuerie de Gainesville aux États-Unis et sur le tueur Danny Rolling. Le fait divers lui a donné l’idée d’écrire sur un serial killer, mais c’est également un deuxième évènement survenu ce soir là qui l’a convaincu : Williamson s’est tapé une bonne dose de frayeur quand il a trouvé une fenêtre de la maison qu’il gardait ouverte alors qu’il était convaincu de l’avoir fermée. Ça commence bien.

2. Le titre original était "Scary Movie"

Et ce titre est resté jusqu’à la fin du tournage, puis on a probablement décidé de le changer parce que c’était tout pourri. On en a trouvé un meilleur inspiré d’une chanson de Michael Jackson et les frères Wayans ont pu prendre Scary Movie comme titre pour leur comédie. Et si vous trouvez que « Scream » c’est pas ouf dites vous qu’au Québec le film s’appelle Frissons.

3. D'autres acteurs étaient en vue pour les rôles principaux

Avant que Neve Campbell et Skeet Ulrich n’obtiennent les rôles principaux du premier film, on avait proposé les rôles à d’autres personnes (normal, ça se fait à Hollywood). Sydney a bien failli être interprétée par Brittany Murphy mais également Reese Witherspoon, alors que le rôle de son petit copain avait été proposé à Joaquin Phoenix. Pour les connaisseurs on avait également proposé à Jason Lee (Mallrats) le rôle de Randy, le pote rigolo.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Harald Krichel

4. Le film a été refusé par Wes Craven

Après son échec commercial du remake de Freddy, Wes Craven voulait s’éloigner du cinéma d’horreur, il a donc refusé le scénario une première fois. Le projet est passé dans les mains de Robert Rodriguez et on a même évoqué Tarantino à la réalisation ainsi que Danny Boyle et Sam Raimi. Mais finalement l’assistante de Craven, Julie Plec, l’a convaincu de faire le film et ensuite elle a quitté son poste pour aller créer la série Vampire Diaries, qui s’appelle Diarrhée de vampires au Québec (c’est faux).

5. Tous les appels téléphoniques du tueur étaient réalisés en live

Véritable marque de fabrique de la saga, les coups de téléphone du tueur ont toujours été filmés en live et c’est toujours le même acteur qui fait la voix du tueur. Roger Jackson était donc présent sur le plateau équipé d’un micro et il faisait flipper toutes les victimes en direct, ce qui donne un côté authentique aux prises et un bon ping-pong de répliques entre les acteurs. D’ailleurs Drew Barrymore a refusé de le rencontrer avant de tourner ses scènes pour bien découvrir sa voix directement en jouant.

6. Du coup la police a vraiment été contactée pendant le tournage d'une scène

Lors de la scène d’introduction du premier film, Drew Barrymore reçoit un appel téléphonique du tueur avant de commencer à paniquer et de contacter le 911. Mais comme les lignes des téléphones utilisées sur le tournage étaient actives pour que les appels soient filmés en live, elle a vraiment contacté la police à plusieurs reprises sans s’en rendre compte. À l’autre bout du fil devait se trouver un standardiste terrorisé qui se disait qu’on l’appelait parce qu’un tueur voulait buter une jeune fille et la production a été obligée de s’expliquer avec les flics au bout d’un moment.

7. "Scream 2" a été fait dans l'urgence absolue

Afin de surfer sur le succès colossal du premier film, Scream 2 a été rapidement commandé par le studio avec un tournage en juillet et une sortie en décembre 1997 (l’année suivante donc). Mais le projet aurait pu prendre beaucoup plus de retard car le scénario a fuité pendant le tournage et l’identité du tueur avait été révélée (premier leak de scénario en ligne de l’histoire du cinéma). Williamson est alors venu travailler directement sur le tournage pour réécrire des séquences au fur et à mesure de la production et changer tout le final du film.

8. Les inspirations du célèbre masque (1) : un masque de farce et attrape

Lorsque l’équipe du film recherchait des décors pour tourner elle est arrivée dans un lieu où ils ont trouvé un masque de farce et attrape qui a vraiment tapé dans l’oeil de Craven. Comme ils n’avaient pas les droits ils ont travaillé sur une version alternative et surtout en trouvant une deuxième source d’inspiration que vous allez voir dans le point suivant (j’ai le droit de le faire en deux points, c’est mon top).

9. Les inspirations du célèbre masque (2) : "Le cri" d'Edward Munch

La plus connue des inspirations est celle du tableau « Le cri » d’Edward Munch avec lequel on peut facilement trouver des similitudes. L’hommage va même plus loin puisque le titre du film est un clin d’oeil à celui du tableau mais c’est surtout toute la palette de couleur de l’image qui est inspirée de celle de la toile de Munch.

Crédits photo (Domaine Public) : Edvard Munch

10. La production détestait le masque de Ghostface et en a proposé une centaine d'autres

Lorsque Wes Craven a enfin réussi à obtenir le masque qu’il voulait, les producteurs n’étaient pas du tout, mais alors pas du tout convaincus. Ils ont embauché une équipe pour dessiner et créer plusieurs masques parce qu’ils trouvaient celui de Ghostface ridicule et pas effrayant du tout. Certains ont même demandé à ce qu’on arrête le tournage mais le producteur Bob Weinstein a accepté de continuer à filmer si on lui montrait plusieurs versions de scènes avec des masques différents. Finalement il a décidé de garder l’original et il est devenu complètement culte.

11. Le succès du film n'a pas été instantané

Sorti pendant les fêtes de Noël, le premier volet de Scream était eclipsé par deux autres films : Jerry Maguire et Mars Attack !, ce qui fait que son premier weekend d’exploitation n’a pas été très concluant. Cependant le bouche à oreille a fonctionné et le film a remporté 170 millions de dollars à travers le monde mais est surtout resté au cinéma pendant plus de huit mois, ce qui n’arrive pas souvent.

12. Robert Rodriguez a réalisé une partie de "Scream 2"

Vous vous souvenez quand on a parlé du fait que Robert Rodriguez avait presque réalisé Scream ? Eh bien il a décidé d’en rigoler et a participé à un petit bout de la production de Scream 2. Au tout début les protagonistes vont au cinéma pour voir le film fictif Stab, inspiré des évènements du premier Scream et toutes les scènes de ce faux film ont été réalisée par l’honorable Rodriguez.

13. Le film a boosté les ventes d'un système téléphonique d'identification d'appel

Dans les mois qui ont suivi la sortie du premier film les ventes d’abonnement de « Caller ID » (identifiant du correspondant) ont explosé puisqu’elles se sont multipliées par trois. Les gens étaient devenus un peu paranos il faut croire et pour éviter de mauvaises blagues téléphoniques ils ont chopé ce système payant. C’est clairement comme ces séries qui ont boosté les ventes de certains produits.

14. Le film a reçu une classification sévère en partie à cause d'une réplique

Les producteurs visait une classification Rated R, ce qui veut dire que les spectateurs de moins de 16 ans doivent être accompagnés d’un adulte. Mais au final il a obtenu un NC-17, une interdiction aux spectateurs de moins de 17 ans. Plus sévère, cette classification a été donnée à cause de de deux choses : la dose de sang utilisée dans l’introduction quand Drew Barrymore se fait tuer mais surtout à cause d’une réplique que la censure a demandé d’enlever (mais qui est restée) : « Les films ne créent pas des psychopathes. Les films rendent les psychopathes plus créatifs. »

15. Wes Craven fait un caméo super cool dans le film

Bon celui-là est méga connu mais au cas où vous l’auriez raté voici le petit caméo du réalisateur dans le film pour finir : il joue le rôle du concierge de l’établissement et est habillé exactement pareil que Freddy Krueger (lui-même concierge dans une école dans la saga des films). Un bel hommage au meilleur personnage qu’il a créé.