Les traces de personnes consommant leur propre urine remontent à l’Antiquité. Aujourd’hui, si le monde occidental ne s’intéresse pas du tout à l’urinothérapie, il n’en va pas de même pour certaines médecines asiatiques qui recommandent la consommation quotidienne d’urine pour prévenir certaines maladies et en guérir d’autres. Malheureusement, les études sur la question sont très limitées, et les informations que nous délivrons donc ici sont à prendre avec précaution. A priori, boire son pipi ne peut pas faire grand mal à faible dose, mais de là à faire l’apologie du binge drinking d’urine, il y a un fossé qu’on ne franchira pas.

1. Le jet est un bon détecteur du cancer de la prostate

La puissance du jet permet d’établir un diagnostic préalable au cancer de la prostate ; si l’on a un jet puissant, a priori, tout se passe bien ; si le jet est tout petit, il y a des chances pour que des trucs déconnent. Après pas d’angoisse inutile non plus, tu as le droit d’avoir un petit jet, ça ne veut pas dire que tu vas mourir dans les 3 jours.

2. L'urine est stérile et bonne pour certains problèmes de peau

Madonna confie pisser sur ses pieds pour essayer de guérir ses mycoses. Plusieurs études convergent pour dire que l’urine est bonne pour la peau, le traitement de l’acné, des boutons – pas tellement pour l’odeur, par contre. Mais cela reste un champ assez éloigné de la dermatologie.

Source photo : Giphy

3. L'urine pourrait permettre de produire de l'hydrogène

Et donc éventuellement de faire tourner des bagnoles. Mais en l’état actuel des recherches, un plein, pour une voiture, nécessiterait 400 pipis, ce qui n’est pas hyper pratique. On pourrait toutefois en tirer une source d’énergie à terme.

4. L'urine est un bon fertilisant

L’urine contient du phosphore ou du potassium, des éléments très utiles pour faire pousser fruits et légumes. Il ne serait pas absurde de recycler l’urine et de s’en servir pour faire pousser diverses plantes, surtout à l’heure où les engrais naturels connaissent un certain retour de hype.

5. Les adeptes de l'urinothérapie assurent que l'urine ingérée est bonne pour la circulation sanguine

Il n’existe aucune étude scientifique sérieuse sur le sujet, mais l’urinothérapie est une pratique adoptée par pas mal de monde, notamment sur le continent asiatique. Certains assurent aussi que l’urine ingérée peut permettre de guérir l’asthme, par exemple. Cela sous-entend de boire son pipi quand même. Oh le mec il boit son pipi, haha, il boit son pipi.

Source photo : Giphy

6. Une chercheuse britannique affirme que l'urine rend la peau plus douce

Au Telegraph, elle a affirmé que mélanger un peu d’urine avec sa crème hydratante rend la peau très douce. Et qu’en boire pourrait permettre de combattre la fatigue. Bon bon bon.

7. Toujours selon les adeptes de l'urinothérapie, boire son urine permettrait de prévenir les cancers

L’urine contient 3000 substances dont, apparemment, certaines qui permettraient de prévenir les cancers ou les hépatites par ingestion régulière et régulée. Dont acte.

8. L'urine n'est pas stérile, et c'est tant mieux

Des recherches récentes ont fait valdinguer l’idée reçue selon laquelle l’urine serait stérile. Elle contient en réalité des bactéries en nombre suffisant pour former un microbiote urinaire, lequel joue un rôle protecteur contre le développement d’infections urinaires. Faire pipi revient donc à se protéger contre les infections éventuelles.

Source photo : Giphy

9. L'urine peut fournir des cellules souches

Il serait possible de prélever des cellules souches en bon état dans l’urine, ce qui éviterait de devoir effectuer des prélèvements sur les embryons humains, lesquels sont un sujet récurrent de débat au sein des comités d’éthique.

10. Ça fait vachement de bien de pisser quand on a super envie

Et ça, c’est quand même l’essentiel.

Par contre, mollo sur la boisson, hein ; non seulement il n’est pas conseillé du tout du tout de boire l’urine des autres, même si on a envie de tester la manœuvre, mais surtout, l’urine contient 2,5% d’urée, une substance potentiellement toxique. À bon entendeur.

Sources : 20 minutes, Medisite, Sciences et avenir