La Préhistoire, c'est tout ce que l'homme a fait avant d'avoir de quoi écrire ce qu'il a fait. Cette période s'étendant sur des dizaines et des dizaines de milliers d'années est peu connue - au contraire de l'histoire plus récente, qu'on découvre en détails à l'école. C'est dommage, car il y a de nombreux aspects intéressants et surprenants à découvrir. Et pour en apprendre davantage sur la Préhistoire et de très nombreux autres domaines, la Fondation Orange a développé, pour tous les publics connectés, des solutions pour apprendre et se cultiver à distance. Découvrez une visite guidée du très riche catalogue pour se cultiver en ligne qu’offre la Fondation Orange !

Top partenaire [?]

1. C'est super long et on ne sait pas vraiment dire quand ça commence

En gros on considère que la Préhistoire commence avec l’apparition de l’homme. Le problème, c’est que l’homme n’apparaît pas d’un coup en mode « coucou c’est moi » du jour au lendemain puisque c’est un long processus qui a abouti à la prolifération du genre sapiens par une évolution partie des singes. Généralement, on considère que le premier hominidé est apparu il y a 2,8 millions d’années en Ethiopie, suite à la découverte d’un fossile. Mais avant l’homo, l’australopithèque, dont il est issu, a très probablement commencé à fabriquer des outils. Donc où faire commencer tout ça ? C’est une question compliquée.

2. Et on ne peut pas vraiment dire non plus quand ça finit

Parce que la définition généralement admise consiste à dire que la préhistoire s’achève avec l’invention de l’écriture en 3300 avant notre ère en Mésopotamie et en Egypte. Mais là où ça ne marche pas, c’est que l’écriture n’est pas apparue partout en même temps et qu’en plus de cela certaines sociétés évoluées ont basé leur récit sur une tradition orale forte (c’est le cas notamment en Amérique). Or, on ne va pas commencer à expliquer que les sociétés précolombiennes en étaient resté à un stade préhistorique. Tout ça relève de conventions historiques et historiographiques qui n’ont d’autre réalité que celle de la recherche et des livres.

3. Âge de pierre, âge du fer et âge du bronze ne sont pas du tout sur la même échelle de temps

Si on dit préhistoire, la plupart des gens vont se souvenir d’un vague court de primaire ou de collège et se rattacher à trois périodes assez parlantes : l’âge de pierre, l’âge du fer et l’âge du bronze. En réalité, les deux GRANDES périodes de la préhistoire sont le paléolithique et le néolithique. Et l’âge de pierre correspond plus ou moins au paléolithique, soit l’âge de la pierre taillée. Le néolithique (âge de la pierre polie) est subdivisé en deux ensembles, l’âge de fer et l’âge de bronze. Or, le paléolithique commencerait plus ou moins il y a 3,3 millions d’années pour se terminer il y a 12.0000 ans, et le néolithique commencerait il y a 11.000 ans pour se terminer avec l’écriture, donc, il y a 4000 ans.

4. Homo sapiens, une histoire récente

Homo Sapiens est apparu durant le paléolithique moyen, il y a 300.000 ans en Afrique. De là, il a commencé à conquérir le monde : le Proche-Orient il y a 120.000 ans, la Chine il y a 110.000 ans, l’Australie il y a 65.000 ans, l’Europe il y a 45.000 ans (pas de quoi pavoiser pendant des siècles à dire que l’histoire, c’était nous qui la faisions). Toujours est-il que peu à peu, l’essentiel des rites que nous connaissons dans toutes les cultures vont être mis en oeuvre par des groupes un peu partout dans le monde. Les premières sépultures connues datent ainsi de l’arrivée d’homo sapiens au Proche-Orient, etc. Mais c’est lorsque homo sapiens va abandonner ses activités nomades de chasseur-cueilleur pour se sédentariser que les choses sérieuses vont commencer, au néolithique.

5. Au néolithique, les hommes commencent à cultiver la terre

Il y a tout un tas de raisons contextuelles à même d’expliquer pourquoi un jour les chasseurs-cueilleurs que nous étions avons décidé de commencer à cultiver la terre et construire des maisons. La première est probablement que l’ère glaciaire touchait à sa fin et donc qu’on avait un peu plus de visibilité sur les deux-trois années à venir ; la seconde est que la fin de l’ère glaciaire a fait disparaître pas mal de menaces, dont les mammouths. Les premiers villages permanents se développent donc il y a quelques 10.000 ans et très vite, la population suit puisqu’on a de quoi bouffer. Les premiers artisanats sont inventés et à l’échelle des villages, on commence déjà à diviser le travail (Taylor et Ford like this). Les premières tensions entre villages naissent aussitôt puisque la répartition des ressources n’est pas la même d’un lieu à un autre.

6. Au néolithique, on a domestiqué des animaux

Au départ, il s’agissait de les bouffer. Et on a eu la même intuition géniale à peu près partout dans le monde. Mais assez rapidement, on s’est rendu compte qu’on pouvait aussi devenir potes avec des animaux. Au Proche-Orient, on trouve des traces de domestication de félins dès 10.000 à 8.000 ans avant notre ère. Ce qui est marrant, c’est qu’il y a un peu deux salles deux ambiances : d’un côté une lente adoption des méthodes agricoles et sédentaires par des populations jusqu’alors nomades et de l’autre l’arrivée de populations déjà néolithisées et donc familières des techniques agricoles dans des régions du monde encore peu peuplées. C’est en gros ce qu’il s’est passé en Europe.

7. En Europe, homo sapiens a été en compet' avec Néandertal

La lignée de Néandertal se sépare de sapiens il y a environ 650.000 ans. L’homme de Néandertal fréquente plus volontiers les comptoirs d’Europe et d’Asie que d’Afrique et les cousins se perdent plus ou moins de vue. Mais quand sapiens débarque en Europe, à compter d’il y a 120.000 ans, il tombe sur Néandertal qui maîtrise déjà tout le terrain. On ne sait pas exactement ce qui est arrivé aux Néandertaliens de suffisamment pas cool pour qu’ils finissent par disparaître il y a 30.000 ans. En revanche, on pense qu’une raison pourrait expliquer cette extinction : la compétition née avec sapiens pour la recherche de nourriture. Certains historiens font un parallèle avec la domestication des loups, devenus des chiens, et utilisés pour la chasse ; l’aide des chiens aurait donné un avantage décisif à sapiens dans cette lutte pour la survie.

8. Certains animaux actuels existaient déjà en l'état bien avant le début de la préhistoire

C’est le cas notamment des éponges (760 millions d’années, tout de même, elles ont connu les dinosaures les bougres), des méduses, de certains scorpions, requins ou oiseaux (notamment la grue du Canada). Autant dire qu’ils ont dû bien gérer pour survivre à tout ce qu’il s’est passé en autant d’années et ne pas être détruites par les mammouths et par les hommes. Parlons-en, d’ailleurs, des hommes : il chassaient des animaux que l’on connait, des rennes, des ours, des chevaux ou des bisons. Bref, rien que de très connu. Même si j’ai jamais bouffé de renne, perso.

9. Les hommes se sont rapidement fabriqué des fringues

La plupart du temps, il s’agissait de récupérer les peaux des animaux tués lors de la chasse afin de se protéger des rigueurs de l’hiver. Mais certaines de ces tenues ou parures pouvaient être plus évoluées que nous le pensons. Il existait dès le néolithique des tenues traditionnelles ou rituelles (certains vestiges en témoignent) qui peuvent avoir ou non témoigné de l’apparition des premières religions il y a 40 à 50.000 ans.

10. L'étude de la préhistoire est une discipline récente

C’est au début du XIX° siècle que les hommes ont commencé à envisager l’étude de l’histoire humaine ancienne. L’essor des sciences naturelles permet un regard distinct sur cette période que personne ne considérait. L’archéologie préhistorique commence réellement à compter des années 1850-1860 et bénéficient d’une médiatisation importante, notamment pour leur caractère exotique. A noter que jusqu’au début du XX°, il s’agira d’une science à part, développée en marge de l’académie et dévolue à des passionnés souvent considérés comme fous.

Je me demande si j’aurais plutôt été chasseur ou cueilleur, moi.

Si la Préhistoire, et l'Histoire en général vous passionnent ou que vous avez envie d'en découvrir plus, la Fondation Orange a développé des solutions pour apprendre et se cultiver à distance ! Histoire de l'Art, Art moderne et contemporain ou encore des espaces dédiés à la Photographie ou à des artistes tels que Picasso, si on profitait du confinement pour approfondir nos connaissances dans des domaines culturels variés ? Découvrez une visite guidée du très riche catalogue pour se cultiver en ligne qu’offre la Fondation Orange !