Le principe de la théorie du complot, c’est que c’est une explication complotiste plaquée sur une réalité avec l’idée qu’il y en a qui tirent systématiquement les ficelles. La plupart du temps, c’est faux, mais pas toujours. Les Etats-Unis ont une longue et belle histoire de grand complotisme mondial particulièrement efficace pendant la guerre froide avec des histoires absolument terrifiantes. Ouais en fait, je comprends que parfois on doute quand on lit ça.

1. L'Opération Himmler

L’Opération Himmler a servi de prétexte à l’Allemagne nazie pour envahir la Pologne et ainsi donner le coup d’envoi de la Seconde Guerre mondiale. Le truc était simple : Himmler était mandaté par Hitler pour simuler une attaque polonaise sur une station de radio allemande, prendre les employés en otage et diffuser un message en polonais invitant les habitants de la Silésie à prendre les armes contre Hitler. Ensuite, on laissa sur place douze morts issus des camps de concentration et déguisés en Polonais pour fournir des coupables à la presse et aux autorités. On les appelait des « conserves ».

Le lendemain, Hitler prétendit qu’il s’agissait d’une attaque polonaise et en profita pour déclencher la campagne de Pologne.

Crédits photo (creative commons) : Grimmi59 rade

2. L'Opération Ajax

En 1953, les Etats-Unis et le Royaume-Uni détachèrent des hommes de la CIA et du MI6 dans le but de renverser le premier ministre iranien, Mohammad Mossadegh, et de le remplacer par le général Fazlollah Zahedi. Ils reprochaient à Mossadegh ses campagnes de nationalisation, notamment des compagnies pétrolières. Par ailleurs, le pays se trouvant au bord de la faillite en raison d’une pénurie de production pétrolière, Mossadegh envisageait de se tourner vers le bloc de l’Est. Bref, tout ça déplaisait beaucoup aux Occidentaux. CIA et MI6 s’appuyaient sur des membres du parlement et du clergé, ainsi que sur le Shah, pour organiser l’opération comme s’il s’agissait d’un bouleversement interne. Sauf que Mossadegh se maintint au pouvoir et que le Shah fut contraint de fuir le pays. On organisa alors d’immenses manifestations pro-Shah sous la houle de Zahedi qui finit par accéder au pouvoir en renversant Mossadegh. Il s’agissait de la première opération organisée par la CIA pour renverser un gouvernement élu.

3. Le Coup d'Etat au Guatemala

Après le succès de l’opération Ajax, les Américains ne se sentaient plus péter. Or, ils avaient un autre problème de taille : au Guatemala, la réforme agraire menée par le gouvernement Arbenz menaçait les intérêts américains, notamment ceux de la United Fruit Company, dont le directeur de la CIA de l’époque était actionnaire. La CIA se rapprocha donc du colonel Castillo Armas, un haut-dignitaire de l’armée exilée, à qui elle fournit des moyens pour monter une armée de libération s’appuyant sur une campagne de propagande très bien huilée. Castillo Arma attaque le pays le 17 juin 1954, mais avec ses 400 mercenaires, il a un peu l’air d’un con et toutes ses opérations échouent. Sauf que Arbenz commence à avoir peur que cet échec n’amène les Etats-Unis à intervenir directement par eux-mêmes et finit par ordonner à l’armée de laisser avancer les rebelles. Castillo Armas prend le pouvoir. Et la CIA, pour se justifier, cherche à établir les preuves de l’affiliation de l’ancien régime à l’URSS : sans succès.

4. Le projet MK-Ultra

Entre 1951 et 1975, la CIA a mis en place un projet illégal, le projet MK-ULTRA, visant à établir des recettes de manipulation mentale sur des sujets. Révélé en 1975, l’existence de ce projet a fait scandale. La CIA s’appuyait sur une trentaine d’universités au sein desquelles des sujets de tout horizons qui n’avaient absolument signé aucune décharge se voyaient administrer à leur insu des médicaments, et notamment du LSD, de manière à forcer et étudier le mécanisme de dissociation psychologique. Outre ces trucs horribles, la CIA diffusera aussi dans le métro de New York des bactéries cachées dans des ampoules pour étudier leur vitesse de propagation et se servira de camps d’été pour effectuer des expériences affreuses sur les enfants. Et tout ça est avéré.

Source photo : Giphy

5. COINTELPRO

Le programme COINTELPRO était une opération de la CIA menée jusqu’aux années 1970 pour perturber, ralentir, discréditer toutes les organisations politiques radicales sur le sol américain pour peu qu’elles soient considérées comme hostiles aux intérêts nationaux. Outre des organisations communistes ou d’extrême-droite, la CIA infiltrait également des groupes comme le Mouvement pour les Droits civiques, les Black Panthers, ou la Women’s Rights Organization. Le pot aux roses fut révélé suite à un cambriolage réalisé dans les locaux du FBI en 1971 et le programme fut interrompu et fit l’objet d’une commission d’enquête.

6. L'empoisonnement de l'alcool pendant la Prohibition

Pour éviter l’utilisation d’alcool de contrebande pendant la prohibition, le Département du Trésor américain décida d’ajouter des produits chimiques toxiques à l’alcool à brûler, lequel était utilisé par les bars clandestins pour fabriquer de l’alcool pendant la prohibition faute d’accès à l’alcool normal. Le but était de décourager les gens de boire en tuant des gens au hasard par empoisonnement alcoolique. 1000 personnes moururent rien qu’à New York et le gouvernement estima que c’était pas une si bonne idée, après tout.

7. L'étude de Tuskegee sur la syphilis

Menée dans l’Alabama entre 1932 et 1972, cette étude avait un but simple : étudier les évolutions de la syphilis quand elle n’est pas traitée. Les autorités décidèrent donc de recruter des Noirs qui n’avaient pas accès à la pénicilline et, au lieu de les soigner, de les observer pendant qu’ils souffraient et mouraient. Les participants se voyaient refuser tout traitement. En revanche, on leur offrait 1000 dollars en cas de décès pour les funérailles : cool. Le truc a éclaté en 1972 quand un médecin a dénoncé l’existence du programme à la presse.

8. Le coup d'Etat du 11 septembre 1973 au Chili

Il est désormais avéré que Pinochet a bénéficié de l’aide des Américains pour renverser le gouvernement Allende. Avant le coup d’Etat, des notes internes font état de budgets colossaux visant à destituer Allende et à alimenter la presse pour le déstabiliser en interne. Dès 1970, Nixon expliquait vouloir destituer Allende en asséchant l’économie chilienne et en organisant un coup d’Etat. Les Etats-Unis maintiennent avec le Chili des partenariats ciblés, notamment sur la formation des militaires… Vous voyez où je veux en venir ? En gros, les Etats-Unis ne sont pas intervenus directement le 11 septembre 1973, mais ils ont préparé le terrain pendant 3 ans pour permettre au coup d’Etat de réussir.

9. Le grand scandale des tramways américains

Dans les années 1930, presque toutes les villes américaines disposaient de tramways assez efficaces et seuls 10% des Américains disposaient de bagnoles. Or, entre 1936 et 1950, la National City Lines, une organisation fondée par des grosses entreprises de l’automobile, rachètent tous les réseaux de transport public et remplacent les tramways par des bus General Motors qui ne marchent pas bien. Certains estiment que l’opération visait à promouvoir la bagnole et à exercer une activité monopolistique. Un procès a eu lieu en 1974 au cours duquel General Motors a été condamné pour conspiration à une amende ridicule.

Source photo : Giphy

10. L'affaire des couveuses au Koweït

Le 14 octobre 1990, une fille que les médias surnomment l’infirmière Nayirah témoigne devant le Congrès américain en larmes. Elle explique que les soldats irakiens qui viennent d’envahir le Koweït entrent dans les maternités, sortent les bébés des couveuses et les jettent sur le sol où ils meurent. Entre autres trucs bien bien durs. Le discours est retransmis partout dans le monde et l’opinion publique soutient l’intervention militaire américaine au Koweït.

Seul problème, c’était absolument bidon. La fille avait été coachée et il ne s’agissait pas d’une infirmière, mais de la fille de l’ambassadeur du Koweït aux Etats-Unis.

Bidon bidon bidon.

On nous cache tout, on nous dit rien.

Source : Ranker, Wikipédia,