Salut les nazes. Alors vous savez quoi, moi perso j’ai lâché mon MP3 il y a à peine quelques mois. Voilà je vous le confesse. Il y a peu, j’étais encore là en train d’écouter musiques et podcasts téléchargés illégalement (dans d’obscurs dossiers traînés d’ordi en ordi depuis 15 ans) sur mon petit SanDisk (ultra moderne puisque je pouvais le clipser sur mon pantalon). Alors voilà, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

1. À l'époque, 512 Mo de stockage sur son MP3 c'était énorme

Sur mon premier MP3 c’est simple je pouvais mettre maximum 20 chansons. Et c’était déjà totalement ouf. 3 ans plus tard on pouvait mettre 100 chansons, puis 500 puis 1000. Bon après c’était chiant parce qu’on n’avait pas forcément 1000 chansons en stock à caler dans ce petit lecteur mais peu importe, pour le principe on voulait une capacité de 8 Go et rien d’autre.

Source photo : Giphy

2. Les gens cool avaient un écran qui s'allume

Et même qu’ils pouvaient changer la couleur de la lumière en fonction de leur mood ce qui poussait le concept de style à son paroxysme.

3. Les gens pas cool n'avaient même pas d'écran

Ils faisaient défiler leurs chansons à l’aveugle. L’enfer absolu sur terre. Ces personnes étaient de toute évidence les moins respectées de la cour de récré du collège. Beaucoup ont mal tourné.

4. Tu savais exactement combien de fois il fallait appuyer sur le bouton "suivant" pour arriver à ta chanson coup de coeur

La mémorisation de l’ordre des chansons prenait en moyenne 60 % de ta masse cérébrale. C’est pour ça que tu avais des mauvaises notes à l’école ou que parfois tu oubliais ton numéro de carte vitale ou ton prénom.

5. Les morceaux mal tagués avec des numéros bizarres

Parce que tu téléchargeais illégalement une quantité astronomique d’albums ou tu utilisais des CD pour « extraire » leurs chansons. Sauf que certains titres n’apparaissaient pas de manière très lisible comme les CD extraits qui ne s’affichaient que en « piste 1 », « piste 2 » etc. C’était chiant parce que comme tes titres étaient automatiquement rangés par ordre alphabétique, il fallait attendre parfois la toute fin de la liste pour écouter ces mystérieux titres enregistrés sous le nom de « $$$/8£9**%%wanabe ».

Source photo : Giphy

6. La sensation d'avoir le futur dans sa poche

Et mépriser totalement les MP4. Une technologie dans laquelle tu ne voyais résolument aucun avenir. Et puis quoi encore, des MP5 aussi ? Non mais attendez, soyons sérieux deux minutes.

7. La perfection totale des premiers iPod avec leur molette centrale

C’était un peu comme toucher de la soie et du velours en même temps. On était presque tentés de changer de chansons juste pour avoir le plaisir malsain de tâter cette molette.

8. Quand tu achetais un MP3 avec un album déjà intégré dans la playlist

Summum du bon plan. Non seulement tu étais dans la légalité la plus totale parce que pour une fois dans ta vie tu n’avais pas téléchargé illégalement ces chansons, mais en plus tu avais l’impression agréable de vraiment niquer le système avec cette petite combine pas du tout mise en point sur le plan marketing pour susciter ton désir d’achat.

Source photo : Giphy

9. Les plus malins avaient le MP3 clé-usb

Seuls les vrais savent. USB is the new black. Enfin était the new black.

10. Des soirées entières de piraterie adolescente sur eMule

Le pire quand on téléchargeait illégalement c’est qu’on téléchargeait de la merde. Parce que, comme pour les films, plus un truc était téléchargé illégalement plus il était accessible donc ça limitait considérablement tes perspectives de découvertes musicales. Le comble de la honte c’est quand tu as reçu un courrier de Hadopi parce que le 12 décembre 2006 à 15h37 tu as téléchargé « Ma meilleure amie » de Lorie.

Source photo : Giphy

Et vous vous rappelez quand pendant deux semaines on a eu une phase mini-disque ?