theoffice-lourd
Crédits photo (creative commons) : NBC/The Office
  1. Tu dois souvent répéter tes blagues, que manifestement personne n'a entendues
    Puisque personne n'a ri, c'est qu'il faut répéter plus fort. "Non... je disais 'Comme ma bite'... hahaha... vous avez entendu ?"
  2. Tu dis quotidiennement "Si on peut plus déconner..."
    En général, c'est pour répondre à l'indignation suscitée par une blague raciste, un comportement qui pourrait s'apparenter à du harcèlement sexuel ou un "Devine qui c'est" en voiture. Mais rarement après un truc drôle.
  3. Tu penses qu'on peut sauver une blague moyenne avec une bonne imitation
    C'est une erreur. Surtout si ton imitation du Belge repose sur des "une fois" à la fin de chaque phrase. Michel Leeb, si tu nous écoutes...
  4. On t'a déjà dit à la fin d'une blague "elle est mignonne"
    Ce n'est pas un compliment. Une blague "mignonne", par définition, c'est une blague pas drôle. Ce n'est même pas une blague. Une blague racontée par Claude Sarraute est en général "mignonne". Mais jamais drôle.
  5. On prévoit toujours beaucoup d'alcool avant une soirée en ta compagnie
    Et parfois de la drogue. Certains arrivent même complètement arrachés. Alors certes, les gens rigolent, mais tu n'y es pas pour grand-chose.
  6. On dit de toi que tu as "un humour bien à toi"
    C'est-à-dire qu'il ne fait rire personne d'autre. Par exemple : "Tex a un humour bien à lui". Ça ne peut pas être plus clair.
  7. Tes amis ne partagent que très peu tes images humoristiques sur Facebook
    Ou plutôt sur "Fesse de Bouc" comme tu aimes à le dire (tu n'es d'ailleurs pas peu fier de ce jeu de mots, c'est de la trempe d'un Laurent Ruquier des grands soirs).
  8. Il t'arrive de pouffer de rire avant la chute de ta blague
    La méthode dite "d'Elie Semoun". Ce n'est jamais très bon quand on doit envoyer un signal fort à son auditoire pour lui faire comprendre que "ce que je suis en train de dire est drôle !".
  9. Tu dois parfois préciser tes intentions
    "Rhoo, ça va... "HU-MOUR"!..." A l'écrit, tu dois de la même manière spécifier "lol" ou "mdr" à l'issue d'un bon mot pour que tout le monde saisisse bien que tu fais de l'humour. Dans ton monde idéal, il y aurait des rires enregistrés à la fin de tes phrases (ou de la batterie "TaDaTschhh...")
  10. Tu colles des surnoms à tout le monde (même si personne ne te suit)
    Le monde serait si triste si on devait se contenter des Pierre, des Paul et des Sylvie. Alors que "Robocop" pour ton pote qui a eu une minerve après un accident de voiture en 2006, "La Grosse Vache" pour ta collègue qui est boulimique ou "Kojak" pour ton voisin qui suit une chimio, ça ajoute un peu de fantaisie au quotidien.