une-nutellos
Crédits photo (creative commons) : Janine

Le Nutella, c'est sérieux. On ne déconne pas avec le Nutella, on ne joue pas avec, on ne le gaspille pas, on ne lui parle pas mal, et on essaye de lui garder une place de choix sur les étagères de la cuisine. Vous ne le saviez peut-être pas mais il existe un Ordre, l'Ordre des Nutellos, chargé de défendre les valeurs de la pâte à tartiner chocolat/noisette de par le monde. Leur vie est régie par 10 règles très simples, 10 étapes à respecter quand on veut entretenir une relation stable et sereine avec le Nutella.

  1. Règle 1 : l'achat
    Un vrai Nutellos n'achète pas n'importe quoi n'importe comment. Il sait. Il rit en passant devant le rayon des pâtes à tartiner à la noisettes, certes moins chères , mais tellement moins bonnes. Le vrai Nutellos n'achète jamais les petits et moyens pots. Aucun intérêt. Pourquoi acheter moins quand on peut en avoir plus ? C'est absurde.
  2. Règle 2 : le couvercle
    Ouvrir un pot de Nutella ça ne se fait pas comme ça, à la va-vite. Il y a tout un protocole à respecter, qui, s'il ne l'est pas, peut gâcher toute l'expérience gustative. Cette cérémonie d'ouverture se déroule comme suit : d'abord, asseyez-vous à une table, seul face votre pot de Nutella. Ensuite, tournez délicatement le couvercle jusqu'à entendre un petit craquement, signifiant que vous venez de franchir la première étape.
  3. Règle 3 : l'opercule, phase A
    Il s'agit de la phase la plus importante puisque tout ce qui vous sépare de la précieuse pâte noisetée est ce fin opercule, cet hymen doré. Là, 2 écoles s'affrontent, la première étant l'Ecole du Piqué. Armé d'un couteau, d'une cuillère, ou même à main nue, le disciple du Piqué ponctionne l'opercule d'un geste rapide et précis. Il agit ainsi à plusieurs reprises avant d'arracher les lambeaux d'aluminium. Attention cependant à ne pas piquer trop fort, toucher le Nutella étant formellement interdit par l'Ecole du Piqué.
  4. Règle 4 : l'opercule, phase B
    La deuxième école est appelée Ecole Ongulaire. Le disciple se saisit du pot et utilise l'ongle de son pouce comme un ouvre boîte, découpant de manière nette et précise l'opercule en faisant tourner le pot. Il ne lui reste qu'à arracher l'opercule. Une technique particulièrement impressionnante à observer.
  5. Règle 5 : le service
    Ne vous laissez pas avoir par le lobby (minoritaire) du Saint Couteau. Le Nutella se sert à la cuillère, quoi qu'on en dise. C'est ainsi. Les plus fervents adorateurs du Saint Couteau vous diront que la Puissante Cuillère ne permet pas d'étaler convenablement, et puis aussi qu'il en reste à la fin. Cela prouve qu'ils ne sont pas dignes d'être des Nutellos : il en reste et c'est bien là tout l'avantage puisque vous pourrez lécher la cuillère après votre dégustation.
  6. Règle 6 : la dégustation
    Ce qui est bien avec le Nutella c'est que c'est bon avec tout, tout le temps et sur tout. Ce qui n'est pas une raison pour faire n'importe quoi. Le Nutella est avant tout fait pour être étalé sur une crêpe tiède ou une tartine de pain. Les Nutellos extrémistes refusent une tartine si celle-ci n'est pas toastée et si elle ne comporte pas une fine couche de beurre salé fondu. Cependant une grande majorité des Nutellos se contenteront d'une tranche de pain frais, d'une gaufre voire de churros. Comme partout, il existe quelques hurluberlus qui n'hésiteront pas à mélanger yaourt blanc et Nutella, un écart toléré par l'Ordre des Nutellos.
  7. Règle 7 : l'écoute
    Le Nutellos doit être à l'écoute de sa pâte à tartiner. Il doit l'écouter, la regarder, la toucher, la comprendre. Ainsi, il sait que l'hiver le Nutella stocké dans une cuisine relativement froide devient dur, et qu'il faut le réchauffer quelques minutes entre ses mains avant de pouvoir se servir. De la même manière, un Nutella estival sera plus difficilement contrôlable, multipliant le risque de chutes inopinées. Le Nutella c'est avant tout une histoire de dialogue entre lui et nous.
  8. Règle 8 : la date de péremption
    Le Nutellos ne se laisse jamais surprendre par une date de péremption, parce que : a) il sait que le Nutella se conserve 800 ans (comme les M&Ms) et b) parce que "pot de Nutella entamé" = "pot de Nutella condamné". Le fan de Nutella sait précisément où sont rangés ses pots, s'ils sont ouverts et pourquoi il ne les a pas finis. Il y a une zone dans le cerveau du Nutellos qui stocke toutes ces informations et ne les efface pas, même durant un coma ou après une énorme cuite.
  9. Règle 9 : la gestion des pénuries
    Comme le fumeur, le vrai consommateur de Nutella sait où trouver sa came, même un dimanche, même un jour férié, même par temps de neige, même en temps de guerre. "Y'a une épicerie au bord du périphérique qui est ouverte jusqu'à 23h30, mais il n'ont que des pots de 220g." Le Nutellos n'achète pas son Nutella "quand il n'en a plus", mais quand le seuil des deux pots de réserve est atteint.
  10. Règle 10 : l'addiction
    Le Nutellos n'est pas un addict. C'est totalement faux. D'ailleurs il arrête quand il veut. Et pas besoin de faire d'intervention, de cacher son pot ou de l'inscrire aux Nutellos Anonymes, il sait très bien ce qu'il fait. SI. LÂCHE CE POT. LÂCHE-LE.

Alors, êtes vous un Nutellos ? Un vrai ?

Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :