back to

Même si il existe toujours, le réseau social MySpace n'est plus que l'ombre de lui-même. Pourtant, à l'époque de sa gloire, il était « the place to be », le réseau social incontournable qui faisait la pluie et le beau temps sur l'internet mondial. De Metallica à votre voisin de pallier, en passant par la nana canon à laquelle vous n'aviez jamais osé adresser la parole, tout le monde ou presque, était sur MySpace. Même si Facebook remplit tout à fait son office, il est ainsi légitime d'être nostalgique quand on repense à notre vieil ami...

  1. Tom Anderson
    Fondateur de MySpace, Tom devenait automatiquement votre premier ami quand vous vous inscriviez à MySpace. De quoi se sentir désiré et rassuré sur le réseau social, alors précurseur en la matière. Rien à voir avec Mark Zuckerberg, qui n'a jamais pris la peine de passer une tête pour nous saluer à notre arrivée sur Facebook. Vu l'état de MySpace aujourd'hui, on ne peut pas vraiment dire que la démarche de Tom ait payé, mais que voulez-vous ? Tout se perd de nos jours, même les règles les plus élémentaires de savoir-vivre.

    tom
  2. La musique d'accueil
    Sur MySpace, réseau social plébiscité par les musiciens, il était possible de choisir une musique afin d'accueillir vos visiteurs. Pas sur Facebook. Alors que vos amis pénètrent sur votre journal Facebook dans un silence de mort, vos connaissances pouvaient entrer sur votre MySpace au son du Eye of The Tiger de Survivor ou du Final Countdown d'Europe. La classe !

    welcome
  3. Le top amis
    Sur MySpace, il était possible de classer ses amis. Une bonne façon d'annoncer la couleur à vos proches quant à la place que vous leur accordiez, comme Sheldon dans The Big Bang Theory. Sur MySpace, la sincérité était mise en avant. Rien à voir avec l'hypocrisie qui règne en maître sur Facebook.

    sheldon
  4. Le côté précurseur
    N'oublions jamais que c'est MySpace qui a inventé la plupart des fonctionnalités de base des réseaux sociaux. Se faire des amis, poster des commentaires, poster des vidéos de chats, écouter de la musique... De l'eau a coulé sous les ponts mais il ne faut pas oublier d'où nous venons.
  5. Le nom
    MySpace, soit « Mon Espace », nous faisait nous sentir chez nous, comme protégé dans un cocon confortable. Facebook, soit « Livre de visage », reste énigmatique, voire un peu méprisant quant à ses adhérents qu'il considère in fine comme une vulgaire collection de tronches, conformément à ses origines universitaires, où il n'était qu'un trombinoscope pour fils à papa pétés de thunes.
  6. Le fond d'écran
    Quel plaisir de choisir une belle image en fond d'écran. MySpace proposait à ses utilisateurs une vraie liberté. Vous souhaitiez retrouver l'ambiance de votre chambre d'ado en mettant une photo de Pamela Anderson dans Alerte à Malibu ou un cliché de Limp Bizkit (oui, MySpace, ça commence à dater) ? MySpace vous permettait de faire tout ce que vous vouliez.
  7. Le côté bariolé
    Se balader sur MySpace signifiait exposer ses yeux à toutes sortes de profils chatoyants, où les GIF animés, vidéos et autres photos bouffaient la moindre parcelle de l'écran, dans un style anarchique en somme tout unique. À l'heure de l'internet bien propre et bien rangé, rêver à un retour du bordel n'a rien de déraisonnable.

    myspace
    Source photo : uxbooth
  8. La confidentialité
    Au beau milieu des années 2000 quand MySpace régnait sans partage, les questions relatives à la protection de nos informations personnelles n'étaient pas encore au centre des préoccupations. Pouvoir s'inscrire sur MySpace avec un pseudo, et non avec son nom et prénom, comme Facebook l'encourage, donnait une agréable impression de créer un alter-égo virtuel.
  9. Tout le monde était sur MySpace
    Leader sur le marché, MySpace n'a certes pas autant fédéré que Facebook, mais vu qu'il était seul, tous ceux qui étaient susceptibles d'être présents sur le net étaient sur MySpace. Beaucoup plus simple qu'aujourd'hui, où la multiplicité des réseaux a formé une espèce de jungle hostile dans laquelle il est facile de se perdre.
  10. La possibilité d'ajouter des modules externes
    Une option géniale pour ceux qui géraient un tant soi peu le langage html, qui permettait d'insérer des modules et ainsi de personnaliser sa page à la manière d'un blog. En somme assez différent du côté « verrouillé » de Facebook.
  11. (bonus) Myspace est toujours vivant
    Malgré les prophéties.

  12. Et vous, regrettez-vous MySpace ?