En 2022, la Coupe du monde de football doit se dérouler au Qatar. Sur le principe, on n’a rien contre. Mais comme on le sait depuis plusieurs années, il y a beaucoup d’éléments qui ne vont pas et qui font de cet événement un vrai scandale. Que ce soit pour des raisons éthiques ou sportives, cette Coupe du Monde est une aberration, et on ferait bien de tous lui dire non. Surtout quand on voit les nouveaux chiffres publiés par Le Guardian… On se donnera plutôt rendez-vous en 2026.

1. Des milliers d'ouvriers ont trouvé la mort sur les chantiers de la Coupe du Monde

Ils sont nombreux à mourir d’arrêts cardiaques liés à un stress thermique. Pour le dire autrement, ils meurent parce qu’on les fait bosser 10h en plein cagnard de 45°. On compte environ 2700 morts entre 2012 et 2018, ce qui est juste un énorme carnage. Participer à la Coupe du Monde ou en mater les matches à la tv, c’est aussi cautionner ça.

2. Le Qatar masque toutes ces morts accidentelles en "morts naturelles"

C’est ce qu’a récemment révélé Le Guardian. Le Qatar ne pratique pas d’autopsies sur les migrants morts sur les chantiers et déclare donc qu’ils sont morts naturellement. C’est quand même une grosse blague quand on sait dans quelles conditions ils font travailler des personnes qui essaient juste de survivre et n’ont pas d’autre choix que de bosser ici.

3. Les droits des travailleurs, d'une manière générale, n'y sont pas respectés

En plus d’embaucher des immigrés sous-payés et de les faire bosser dans des conditions extrêmes de chaleur, les Qataris bafouent leurs droits en les faisant parfois travailler jusqu’à 14 heures par jour et en supprimant leurs pauses. Est-ce qu’on a envie d’approuver ça ? Non, on n’en a pas envie.

4. On ne sait pas bien si la Kafala est toujours tolérée ou non

La Kafala, c’est une sorte de règle qui lie un travailleur expatrié à son patron, et qui le place plus ou moins sous la tutelle de ce patron. L’employeur peut donc abuser de la situation de son employé, en l’empêchant de s’en aller ou en ne le payant pas. Le Qatar avait annoncé vouloir abolir cette pratique en 2016, mais il y a un an elle existait toujours et beaucoup de travailleurs en faisaient les frais. Aujourd’hui, on ne sait pas trop où ça en est, mais ça a de toute manière duré trop longtemps.

5. Le Qatar construit des énormes stades qui resteront probablement inutilisés après la Coupe

On parle d’un pays qui ne s’intéresse pas particulièrement au football et qui ne remplit pas ce genre de stade habituellement. Donc c’est bien beau de construire ces monstres d’architecture pour un événement (avec toutes les morts d’ouvriers dont on a déjà parlé), mais si c’est pour ne plus rien en faire derrière, c’est carrément absurde. Apparemment l’un des huit stades est entièrement démontable et recyclable, mais ça veut dire que les sept autres ne le sont pas et que c’est juste un coup de comm’.

6. La Coupe va se dérouler entre le 15 novembre et le 15 janvier

Pour des raisons évidentes de chaleur atroce en été, l’événement est décalé en hiver pour que les joueurs ne meurent pas sur le terrain. C’est bien. Sauf que nous on va devoir mater les matches en plein hiver et qu’on va se geler les miches. Traditionnellement, les Coupes du Monde se déroulent entre juin et juillet, et on peut célébrer les matches dehors à poil. Comment on va faire quand il fera -5° chez nous et qu’on voudra célébrer un triplé de M’bappé contre l’Allemagne ? On le fera en doudoune, avec un verre de vin chaud à la main, et ça c’est nul.

7. Ça va foutre le bordel pour les autres compétitions de foot

C’est bien sympa de décaler la Coupe du Monde pour cause de chaleur, mais normalement les footballeurs jouent en club entre mi novembre et mi janvier. Le championnat français, par exemple, va sûrement devoir commencer plus tôt fin juillet 2022, et finir plus tard en été 2023. Ça sera encore plus le bordel dans d’autres championnats, comme en Premier League. C’est aussi pour ça qu’on a toujours mis les Coupes du Monde en été et que c’était bien comme ça.

8. Il y a de gros soupçons de corruption autour de l'attribution de la Coupe du Monde au Qatar

Bien sûr, on va respecter la présomption d’innocence des concernés, mais les soupçons sont quand même bien soupçonneux

Par contre on sait pas ce qu’on va faire à la place.