Sarko n’aime pas les ennemis. En revanche, Sarko le répète à qui veut l’entendre : il aime la France. Par extension, Sarko n’aime pas les ennemis de la France, surtout s’ils sont intérieurs. En creux, dans ses discours sur les élites (dont il ne fait évidemment pas partie), les bobos, les religieux et les immigrés se dessine un portrait du bon Français qu’il oppose sans trop de manières à celui d’un ennemi protéiforme. Et en reliant les points, on obtient ça.

1. Tu vas au marché acheter des oeufs bio avec un panier en osier

C’est quand même dégueulasse, ça, hein, d’aller acheter des œufs bio produits en circuit court. Surtout avec un panier en osier MERDE. Non mais vous m’avez entendu ? Un panier. EN OSIER. EN OSIER.

Source photo : Giphy

2. Tes ancêtres n'étaient pas gaulois

Alors comme ça, MONSIEUR refuse de reconnaître que ses ancêtres étaient gaulois, MONSIEUR n’est pas comme tous les autres Français, MONSIEUR revendique sa propre identité, mais MONSIEUR a-t-il ses papiers, au moins ?

3. Tu penses que la France peut accueillir toute la misère du monde

Bah oui, bah oui, bien sûr, frontières ouvertes, venez tous, venez nous voir, on vous accueillera et on grossira le nombre d’assistés qui pompent les caisses de l’Etat pendant que d’autres se lèveront aux aurores pour travailler, eux et passeront devant tous ceux qui profitent de la Sécurité sociale pour boire du mauvais rhum en se faisant des petites soirées à la belle étoile.

Source photo : Giphy

4. Tu as honte de vouloir gagner de l'argent

Hein ? Ca te ferait mal de monter que t’as réussi, donc tu préfères échouer. Tu préfères rouler en vieille Golf GTI qu’en belle Mercos. Tu préfères échouer. Les Américains ont un mot : « loser », pour des gens comme toi. Mais les Français, eux, préfèrent faire comme si tout était normal.

5. Tu tries tes déchets et prends le réchauffement climatique en compte

Ah bah ça c’es typique de la culpabilité que les ennemis de l’Etat essaient de revendiquer comme étant française : c’est ça, trie tes déchets, essaie de limiter ton empreinte carbone, vas-y culpabilise-toi mais CA FAIT DES ANNEES QUE LE CLIMAT CHANGE MERDE, c’est pas fini de se flageller, comme ça ! L’industrie c’est bien ! Le travail dur ! Le travail à l’usine ! Avec des heures sup’ ! Le travail ça pollue ! CA POLLUE ! Il faut polluer !

Source photo : Giphy

6. Tu es gay et veux quand même te marier

Non mais attends, quand je pense à la chance, la CHANCE que tu as de vivre en France, un pays où on peut vivre et assumer son homosexualité jusque dans les plus hautes sphères de l’Etat ! Et toi, TOI, tu voudrais te marier ? Un sacrement de Dieu ! Blasphème ! Tu crois que les Gaulois se mariaient après s’être enfilés ?

7. Il porte un burkini

Plus pour longtemps. Plus pour longtemps. Dès que je prends le pouvoir, hein BAM réforme constitutionnelle. BAM. Et on verra si tu continueras à porter ton maillot une pièce moche importé du pays des kangourous. Tu consommes même pas français, tu me dégoûtes.

8. Tu fais primer les valeurs sur le bon sens

J’en entends, à gauche, à droite, à gauche surtout, (rires) qui ne souhaitent pas qu’on fasse de la détention préventive pour les fichés S sous prétexte que ce ne serait pas constitutionnel. Laissez-moi rire : nous sommes en guerre. EN GUERRE. Les valeurs, ça va un temps ; il faut être réaliste. C’est une question de BON SENS. Ceux qui disent l’inverse veulent secrètement la destruction de la France.

Source photo : Giphy

9. Tu n'as pas écouté le dernier album de Carla Bruni

Voilà un exemple de femme, ma femme, qui a décidé de quitter son Italie natale pour épouser la tradition culturelle de la chanson française. Un exemple à donner dans toutes les écoles, notamment musulmanes ; et quand je pense que certains refusent d’écouter cette musique qui symbolise à elle seule toute la belle diversité de la France moderne. Ceux-là, je les appelle des ennemis intérieurs, ‘voyez.

10. Tu n'a pas dit ouvertement que tu aimais la France et pourtant tu ne veux pas la quitter

Si tu veux échapper à toutes les catégories sus-décrites, il vaudrait mieux que tu lances de toi-même une campagne de Not in my name en écrivant et partageant que tu aimes la France sur Facebook. Sinon, difficile de te distinguer des autres, des traîtres ; je te conseille d’agir vite. Tic tac.

Vive la République, vive la France.