Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de jambes, ou pas de mains, ou une barre dans la colonne vertébrale, ou qu’on mesure 1 mètre 10, ou qu’on est complètement dingo, qu’on n’a pas de talent. Rien ne corrèle d’ailleurs le talent à la bonne marche physique, si ce n’est le caractère pratique de pouvoir se rendre à des expos pour rencontrer des gens, ce qui est difficile quand on n’a pas de jambes. En tous les cas, en matière picturale, l’histoire prouve qu’on peut très bien peindre avec les pieds sans pour autant peindre avec les pieds.

1. Henri de Toulouse-Lautrec

C’est le problème des familles nobles : elles sont souvent consanguines. Le frère de Toulouse-Lautrec meurt très jeune et Henri, lui, se voit diagnostiquer la pycnodysostose, une maladie qui affecte le développement de ses os. Tronc de taille normale et membres super courts. Toulouse-Lautrec culmine à 1 mètre 52. Toulouse-Lautrec s’installe à Montmartre en 1884 et en devient un personnage et un chroniqueur pictural. Moulin-Rouge, cabarets, il peint la vie trépidante de la fin du XIX° siècle, puis chope la syphilis parce qu’on n’est plus à ça près. Il meurt à 36 ans.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Frida Kahlo

Dans son enfance, Frida se tape la polio : son pied reste à une taille enfantine, sa jambe ne se développe pas normalement, elle boite et on la surnomme d’ailleurs la boiteuse. Puis, en 1925, alors qu’elle a 18 ans, elle est victime d’un accident de bus. Grièvement blessée, elle voit son abdomen transpercé par une barre en métal et sa colonne vertébrale endommagée, plusieurs de ses os fracturés. Elle reste 3 mois à l’hôpital, apprend la peinture et la pratique via l’autoportrait. Toute sa vie, Frida Kahlo devra porter un corset de maintien. La suite, on la connaît.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Van Gogh

Le dingo de service – c’est un peu exagéré, mais c’est ce qu’on en retient. Le peintre néerlandais était atteint (le diagnostic est apocryphe) de troubles bipolaires que l’alcool n’arrangeait pas. Il souffrait de psychoses, d’hallucinations et d’accès bizarres, comme cette fois où il a été retrouvé chez lui avec l’oreille tranchée (probablement par ses soins). Ce qui est sûr, c’est que les problèmes mentaux de van Gogh ont influencé sa peinture et ses expérimentations picturales. D’autant qu’une thèse soutient qu’il aurait été soigné à la digitaline, une substance à même d’expliquer le virage jaune dans sa peinture vers la fin de sa vie. Van Gogh s’est suicidé à l’âge de 37 ans.

4. Pietro Domenico Olivero

Né handicapé des deux jambes à Turin, en 1679, Pietro Domenico Olivero a énormément peint la société turinoise de la Renaissance. Protégé par les Savoie, il leur livrait de nombreux tableaux de commande. C’est un peintre important de l’Italie à la fin de la Renaissance, même si sa renommée n’est pas si importante en France.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

5. Ary Renan

Fils handicapé d’Ernest Renan, Ary naît en 1857 et consacre sa vie à la contemplation du monde. Egalement poète, il voyage en Afrique du Nord et en Orient et nourrit de ses expériences ses carnets de voyage et de dessin. Proche du mouvement symboliste, Renan a été l’un des inspirateurs de Dali et un peintre important de la fin du XIX°.

Crédits photo (creative commons) : CC BY-SA 3.0

6. Martin Verstappen

Verstappen naît à Anvers, en 1773, avec une main droite atrophiée. Droitier, il doit apprendre à peindre de la main gauche et obtient un beau succès au début du XVIII° grâce à ses paysages. Verstappen se consacre en effet exclusivement à la peinture paysagiste, d’inspiration classique et légèrement antique.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. Achille Emperaire

Pote et compagnon de route de Cézanne, qui l’a peint, Achille Emperaire était un genre de Jean-Michel Padechance de la scène artistique au XIX°. Emperaire est né bossu, minuscule, et veut arriver. Il s’installe à Paris où il vit dans une misère absolue et se fait jeter de partout. Et alors qu’il doit exposer, il voit les toiles prévues pour le Salon rongées par du vernis. Bref pas de bol pas de bol pas de bol. Il retourne à Aix, où il vit, peint et meurt dans un relatif anonymat.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

8. Louis Joseph Cesar Ducornet

Ducornet était vraiment handicapé : né sans bras, il peignait avec les pieds qui ne disposaient que de 4 orteils chacun. Mais il savait y faire avec ses pieds. Il ne pouvait pas marcher et se déplaçait sur le dos de son père. Tout au long de sa carrière, il a reçu de nombreuses commandes, y compris du roi Louis XVIII et reçu les plus belles critiques de ses contemporains. Pas mal.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

9. Narcisse Virgilio Diaz de la Pena

Orphelin à 10 ans en 1817, Narcisse Diaz de la Pena perd une jambe après avoir été mordu par une vipère. Il se rapproche de l’Ecole de Barbizon et se passionne pour les paysages. Il se rapproche des impressionnistes et attire l’admiration notamment de Van Gogh. Bref, comme sur des roulettes (rapport au fait qu’il a pas de jambes).

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

10. Aimée Rapin

Artiste suisse née sans bras en 1868, Aimée Rapin réalise 4000 portraits, notamment des personnalités importantes de l’époque, de Suisse et d’ailleurs. Bref comme vous l’aurez remarqué, je sais pas grand’chose sur elle.

Si tu prends ma place, prends mon handicap.

Source : Wikipédia