Il y a plusieurs catégories de films : ceux qui sont régulièrement réédités en différents formats au gré des évolutions technologiques, ceux qui sont aujourd'hui introuvables, trésors perdus de la glorieuse histoire du 7ème art et ceux qui ont été jugés assez bon pour remplir les rayons des vidéos clubs dans les années 80 mais qui constitueraient une insulte au DVD s'ils étaient adaptés sur disque. Preuve qu'à une certaine époque, on était un peu moins regardants sur les séries B et que le processus darwinien de la vidéo a fait son œuvre : chaque seuil technologique élimine les brebis galeuses de la génération précédentes. Heureusement, on vous en a retrouvé :

  1. The Terrornauts de Montgomery Tully (1967)
    Pour mettre la main sur une copie de ce film, il faudra débourser entre $30 et $50 et se tourner vers les éditions étrangères. L'histoire a pourtant tout pour plaire : des scientifiques se font enlever par des extraterrestres qui les embarquent dans une autre galaxie. Là bas, les prisonniers feront des découvertes sur le danger que court l'espèce humaine. Voilà, c'est ça, tout était déjà dans le titre. C'est vrai que le robot extraterrestre qui apparait dans la bande-annonce devait faire pitié, même 10 ans avant la sortie du premier Star Wars.

  2. Un Zoo la Nuit de Jean-Claude Lauzon (1988)
    Parfois, ce n'est pas une question de qualité : ce film québécois a récolté des prix à gogo, mais peu d'éditeurs ont eu envie de copier le synopsis de ce film à l'arrière d'une jaquette de DVD : un ancien taulard, violé en prison, et pourchassé par la police dans une histoire de cocaïne retrouve son père (mourant, forcément) et décide de lui offrir une dernière chasse à l'orignal, dans un zoo, sur une chanson de Jacques Brel. Youhouuu! C'est la fête!

  3. La Couronne de Fer (1941)
    Cette relique permettrait de maitriser des pouvoirs magiques, ce qui explique que plusieurs rois se battent pour l'obtenir. Ce "Trône de fer" d'autrefois, en version italienne n'est pas disponible en DVD (et personne ne s'en plaint) mais est accessible en italien par tranche de 15 minutes sur Youtube, pour les courageux :

  4. Science Crazed (1991)
    Du cinéma d'auteur d'horreur. Un scientifique un peu taré injecte un sérum à une jeune femme pour qu'elle soit enceinte et accouche dans les heures qui suivent. Mais l'opération donne naissance à un monstre qui tue tout sur son passage. Là encore, on trouve l'intégralité de ce navet sur Youtube. Comme quoi internet, c'était peut-être pas indispensable.

  5. Cross de Philippe Setbon (1987)
    La filmographie de Michel Sardou n'est pourtant pas bien épaisse. Mais puisque Philippe Setbon avoue lui même sur son blog qu'il n'a jamais revu son premier film et qu'il est rétrospectivement surpris du bon accueil critique qu'il avait reçu, on attendra patiemment sa prochaine diffusion sur la TNT. Même si on se doit de voir un film avec Roland Giraud.

  6. The Keep de Michael Mann (1983)
    Quand Heat est sorti, on parlait du "nouveau Michael Mann", parce que Michael Mann, en 1995, c'était déjà une pointure. Mais pourquoi au fait ? En tout cas, pas pour The Keep, un film d'horreur qui se passe dans la Roumanie d'après-guerre où sévit un être malfaisant appelé Radu Molasar. Musique de Tangerine Dream, ambiance gothique, le film est un bide commercial et critique. A savourer en VHS.

  7. The Wild Life de Art Linson (1984)
    Un film sur les jeunes en 1984. Le problème des films générationnels, c'est qu'ils vieillissent vite, mais pourquoi se priver du premier film de la délicieuse Sherilyn Fenn, la vénéneuse Audrey Horne de Twin Peaks ? Officiellement, un problème de "crédits musicaux". Il y aurait donc des artistes qui refusent que leur musique soit distribué avec un son correct ? Rassurez-vous si vous n'avez pas de magnétoscope, le film est sorti en Laser Disc.

  8. The Dark Side of the Moon de D.J. Webster (1990)
    En se promenant tranquillement en orbite, une équipe trouve dans l'espace le corps d'un mec disparu depuis des années dans le triangle des bermudes. Qu'est-ce qu'il fout là ? Apparemment, ce serait l'œuvre de Satan (carrément). Allez hop, direct en VHS, pas de DVD.

  9. (bonus) The Star Wars Holiday Special de Steve Binder (1978)
    Un téléfilm sorti un an après le premier Star Wars. Ok, le film n'est pas sorti en VHS officiellement, mais des enregistrements TV ont permis une fuite sur internet, alors que George Lucas souhaitait que toutes les copies soient détruites. Un nanard devenu culte chez les fans de Star Wars.

  10. (Vrai bonus bien) La Classe américaine de Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette (1993)
    Même pas de VHS pour cette comédie culte : le film est passé deux fois à la télé en 15 ans, et c'est la bonne volonté des fans (autrement appelés "pirates") qui a permis d'élever cette ovni au statut d'œuvre culte. La preuve que le peer-to-peer, ça n'est pas mal comme système.

Et vous, vous avez jeté votre magnéto ?

Crédits photo : Lost Tulsa