La censure frappe tout le monde. Elle ne concerne pas seulement les scènes de sexe au cinéma ; elle peut aussi toucher les dessins animés pour des raisons plus ou moins obscures. Ainsi, les animaux doivent-ils être habillés aux Etats-Unis parce que quand même, une vache nue, ça le fait pas et le gouvernement chinois préfère-t-il faire disparaître Winnie l’Ourson du web en raison de sa ressemblance supposée avec le président Xi Jinping. Chacun ses marottes.

1. Winnie l'Ourson censuré en Chine pour sa ressemblance avec Xi Jinping

Winnie l’Ourson était déjà dans le collimateur des autorités chinoises depuis un moment et ses films avaient été retirés des bibliothèques en raison de l’idéologie subversive dont ils faisaient apparemment l’étalage. Mais là, c’est carrément toute mention de Winnie sur les réseaux sociaux chinois qui a été bannie en raison des nombreuses analogies faites par les internautes entre le président Xi Jinping et l’ourson sympa. Xi Jinping incarne une figure présidentielle plus autoritaire que son prédécesseur, Hu Jin Tao, et n’aime pas trop qu’on se foute de sa gueule.

2. L'épisode s01e38 de Pokémon censuré au Japon en raison de son effet épileptique sur les enfants

C’est bien simple, sur les 4 millions et demi d’enfants qui ont regardé l’épisode, 700 ont eu de graves crises de type vomi, troubles de la vision ou épilepsie, et 2 se sont retrouvés à l’hôpital 15 jours. Les réalisateurs avaient utilisé un scintillement à haute fréquence de couleurs vives pour figurer une explosion dans l’hyper-espace. Depuis, l’épisode n’est plus jamais diffusé.

3. Un épisode de Steven Universe censuré en Suède pour faire taire toute ambiguïté homosexuelle

L’épisode Hit the Diamond de la série faisait figurer un dialogue ambigu sur le plan sexuel entre deux filles qui jouent au baseball. Sauf que lors de la diffusion en Suède, les dialogues ont été entièrement modifiés. Ainsi, une des filles dit à l’autre quelque chose du genre : « Je ne peux pas me concentrer car je suis trop occupée à te regarder », ce qui a été remplacé par « J’ai des problèmes de concentration ». Du coup, les internautes suédois ont lancé une pétition contre Cartoon Network, qui diffuse la série, pour les prier de ne plus faire ce genre de truc.

4. Kirikou réservé aux adultes aux Etats-Unis

Les Etats-Unis sont un pays prude : un film dans lequel on voit des nanas seins nus, c’est pas pour les enfants. Résultat, le film de Michel Ocelot s’est retrouvé interdit aux moins de 18 ans, ce qui n’a aucun sens.

5. Un épisode de Peppa Pig censuré en Australie parce qu'il montre une araignée sympa

Peppa Pig tape peut-être sur les nerfs de manière générale, mais ce n’est pas le problème aux yeux des autorités australiennes. Non, le problème, ce sont les fréquentations de Peppa. La chaîne publique ABC a ainsi censuré un épisode montrant une araignée sympa au motif que les morsures de plusieurs araignées australiennes sont mortelles et qu’il ne faudrait pas laisser entendre aux enfants que les araignées sont sympas. Franchement, ce racisme anti-araignées, ça me donne envie de lancer des pétitions.

6. La version anglaise de La Bataille des planètes transforme un méchant hermaphrodite en deux personnages distincts pour ne pas perturber les gosses

La Bataille des planètes était l’un des premiers animés japonais à s’exporter partout dans le monde, à la fin des années 1980. Sauf que les Américains ont passé leur temps à modifier la série pour ne pas choquer les chères petites têtes blondes américaines. L’un des changements les plus notables – et les plus absurdes – concernait le méchant Zoltar. Dans la version originale, celui-ci était le produit de la fusion entre deux jumeaux garçon et fille ; il pouvait en conséquence changer de genre quand il le souhaitait. Un schéma pas super classique qui ne plaisait pas aux Américains, lesquels ont donc décidé de coller une soeur à Zoltar et d’en faire une fratrie de méchants, là où un seul méchant aurait globalement suffi.

7. Les nunachakus de Michelangelo censurés dans la version anglaise des Tortues Ninja, ainsi que le mot "ninja" de peur de donner des idées d'anarchie post-apocalyptiques à la jeunesse

L’Angleterrre tatcherienne était un champ de ruines et de contestation sociale. Dans une vision très 1984 du pouvoir, le gouvernement voulait s’assurer qu’aucune vocation de syndicalisme anarchique ne naîtrait chez les petits Anglais. Surtout, il ne fallait pas fournir aux contestataires des idées d’armes faciles à faire. Et voilà comment les nunchakus de Michelangelo ont simplement disparu de la version britannique des Tortues Ninja, ainsi d’ailleurs que le mot ninja, remplacé par le mot héros. Tortues héros tortues héros, tortues héros, tortues héros tortues héros, cowambongo le cri des héros.

8. Les animaux des dessins animés des années 40 et 50 étaient retouchés pour porter des pantalons aux Etats-Unis

Imaginez un peu Titi tout nu. Ca a failli se produire, jusqu’à ce que le Code Hays s’en mêle : pas question de montrer des gens à poil dans une Amérique puritaine. Titi s’est donc retrouvé avec une fourrure jaune. Mais le plus ridicule concerne la vache Clarabelle qui, pour ne pas faire voir sa nudité de vache, s’est vue affublée d’abord d’une jupe puis carrément d’une robe à la fin des années 30 histoire qu’on ne voit pas ses nichons de vache. Les gens sont absurdes.

9. Un épisode de Ren et Stimpy censuré parce qu'il nommait le pape

La série Ren et Stimpy, qui date des années 1990, a marqué un tournant dans la production de cartoons, influençant grandement par la suite des séries comme Bob l’éponge ou d’autres productions reposant essentiellement sur l’absurde et le décalage. Dans un des épisodes de cette série pourtant très libre, il était question du pape, sauvé par les héros éponymes. Sauf que la mention du pape était problématique aux yeux des catholiques américains. Au final, dans la version diffusée de l’épisode, il n’est jamais clairement dit qu’il s’agit du pape, mais d’un « petit homme étrange au chapeau pointu ». Blasphème.

10. Dans la série des années 90, Spiderman n'avait pas le droit de donner des coups de poing

Spiderman n’avait tout simplement pas le droit de frapper les gens. Ça donne des scènes de combat absurdes au cours desquelles il ne se passe rien sur le plan du combat. Comme toute mention de la mort était aussi prohibée, on se retrouve avec un oncle qui part au Canada au lieu de se faire buter et avec des blasters qui paralysent sans tuer. Bref, de la bonne grosse censure absurde.

Et encore, je me suis censuré plein de fois pour ne pas citer les Télétubbies dans ce top.

Sources : Le point, Cracked, Screenrant, Le Parisien, Europe 1, Le Figaro, Le Monde