Chaque année en France, on produit en moyenne 800 millions de tonnes de déchets. C’est bicou. Alors on peut trier hein, ça peut toujours aider, mais globalement la seule solution pour ne pas produire de déchets, bah c’est de ne pas en produire. Simplement, c’est pas si évident. Nos habitudes nous permettent difficilement de réduire notre production de déchets, c’est pourquoi il faut apprendre petit à petit à changer son comportement à la base. Et pour cela, voici nos conseils les plus avisés.

1. Acheter des produits en vrac au maximum

Eh oui parce que le meilleur moyen de ne pas produire de déchets c’est encore de ne pas en acheter. Donc chopez des petits sacs en toile , faites vos courses en vrac en glissant tout ce dont vous avez besoin dans les petits pochons. Adieu les sacs plastiques, adieu les emballages qui servent à rien.

2. Développer une passion malsaine pour les bocaux

Alors oui forcément, qui dit vrac dit bocal. Même pas besoin d’en acheter, il y a plein d’aliments qu’on achète déjà en bocal, il te suffit de te fendre d’un pot de haricots verts pour en récupérer le précieux récipient. Perso moi j’en suis déjà au stade où je bois du thé et des jus uniquement dans des bocaux en verre récupérés de divers pots de cornichons. Et franchement, on me juge à peine.

Source photo : Giphy

3. Préparer ses plats soi-même

Logique en fait. Si tu prépares ta bouffe c’est que tu n’achètes pas des plats préparés et ça, c’est déjà pas mal. Alors oui ça demande deux minutes de concentration pour faire mijoter le bordel mais si tu es bien organisé, tu peux te préparer en avance ta bouffe pour toute la semaine. Non seulement c’est mieux pour toi (tu réduis ta quantité de sels et de sucres ajoutés de manière stupéfiante) mais ça te coûtera moins cher et en plus, tu produis moins de déchets.

4. Ramener sa bouffe au boulot

Quand on bosse dans un bureau, on est vite pris dans la spirale infernale du ticket restaurant > commander à bouffer le midi > utiliser des couverts et des récipients jetables > jeter la moitié de son plat servi dans une trop grande portion. Alors gardez vos tickets restau pour faire des courses, et ramenez donc vos plats préparés avec amour.

Source photo : Giphy

5. Bannir tout ce qui est vaisselle jetable

Ça tombe sous le sens mais on le rappelle quand même. Tout ce qui est couverts, baquettes, boîte en plastok, paille, gobelets… Et puis par extension les bouteilles de flotte en plastique (un peu con puisqu’on a de l’eau potable à disposition !), et puis tous les produits emballés mais surtout suremballés. Bref quand on commence à se pencher sur le sujet je vous assure qu’on devient vite très énervés devant un étalage d’emballages inutiles.

6. Réparer ses trucs plutôt que de les jeter à la poub's

Là encore, voilà un réflexe qu’on a perdu depuis trop longtemps. Un téléphone foireux ? Ça part à la poubelle. Une machine à laver ? Aux encombrants ! Un vélo déraillé ? Direction la déchetterie si on n’a pas le cœur à l’abandonner misérablement dans la rue. Non seulement ça te coûte une blinde cette course idiote à la consommation mais en plus c’est pas bon du tout pour la planète. Un peu de patience donc, essaie de réparer toi-même, demande conseils ou le cas échéant demande de l’aide. Ça te coûtera toujours moins cher que d’acheter un produit neuf. Tu peux aussi rentrer dans des logiques de prêt, il existe plein de sites de voisinage (comme Share voisins) qui proposent aux particuliers de se prêter des objets pour éviter d’acheter inutilement.

7. Essayer d'utiliser les pelures et tout plein de déchets organiques qui peuvent certainement être mangés !

Bon, de préférence, il vaut mieux qu’ils soient bios pour éviter de te faire un bouillon de pesticides. Mais les pelures, les fanes de radis, les feuilles de choux ou de poireaux, bref tous ces trucs qui finissent habituellement à la poubelle peuvent être réutilisés dans la cuisine pour des chips, du bouillon, de la confiture, c’est pas les idées qui manquent.

8. Fabriquer ses propres produits d'hygiène maison

On vous en parlait il y a peu alors vraiment vous avez toutes les clés en main ! Liquide vaisselle, éponge, nettoyant au sol, nettoyant de fenêtres… Tout… TOUT peut être préparé à la maison : ça coûte moins cher, c’est moins polluant et ça produit moins de déchets. Vraiment à part la flemme, rien de justifie qu’on ne s’y colle pas !

9. Oublier les films plastiques étirables et l'aluminium

Là encore c’est une passion qu’on a pour protéger nos aliments. Mais inutile de s’encombrer de ces matériaux très merdiques qui finissent dans des gosiers de dauphins. Il te suffit d’une seule charlotte en tissu pour protéger tes plats et c’est bien suffisant. Et puis si vraiment t’es un warrior, tu peux aussi apprendre à te passer de frigo puisque ce truc non seulement consomme un max d’énergie mais t’incite malgré toi à produire des déchets. Mais bon ça c’est pour le level supérieur.

10. Mettre en place un compost chez toi

C’est pas toujours évident quand on vit dans un appart, surtout si on n’a pas un petit balcon qui permet de disposer de mini-bac en extérieur. Pour ceux qui peuvent donc, il existe un peu partout en France des réseaux de compost qui permettent de récolter les déchets organiques et d’en faire de l’engrais. Si tu ne peux pas stocker un bac chez toi tu peux toujours essayer de prendre contact avec ton syndic pour en installer un dans la cour et faire profiter de cette démarche à tout ton voisinage. YAY, VIVE LES MOUCHES !

Source photo : Giphy

Le jour où on jettera notre poubelle à la poubelle, ce sera le comble. Bon et sinon tu peux aussi arrêter d’acheter des vêtements neufs, porter une moon cup, te laver moins les cheveux (voire plus du tout ?), apprendre à coudre, à jardiner etc. Bref il y a a pas mal d’étapes à franchir avant de changer complètement ses habitudes, ça prend du temps il faut être patient avec soi-même et avec les autres) mais déjà si vous faites un petit effort vous pourrez prétendre à une place en classe éco pour le paradis des écolos (garanti sans gluten).

Source : Toits alternatifs, Famille Zéro Déchet, Un truc par jour, Ma conscience écolo, Marie Claire