Devenir parent est le changement le plus radical, le coup de vieux le plus sournois qui puisse vous tomber dessus ; et puisque la parentalité est à ce jour irréversible, il nous semble bien avisé de partager quelques bons conseils sur l’urgence de vivre des trucs que vous ne pourrez plus jamais faire une fois l' »heureux » (qui a inventé cette expression totalement à côté de la plaque) événement qui s’apprête à survenir.

1. Des galipettes sur la banquette arrière

Aucun doute, jamais une banquette arrière ne sera aussi dégagée qu’avant l’arrivée d’un bébé, livré en série avec son siège auto, son kit de change, et son miroir de surveillance. À bon entendeur, si vous êtes adepte de gymnastique rythmique et sportive sur banquette, il est temps de passer la seconde.

2. Porter vos vêtements fétiches

On ne parle même pas ici de votre capacité ou non à retrouver votre morphologie pré-marmot. Non, le péril le plus sournois pour votre garde-robe réside plutôt dans l’assaut répété des vagues de renvois lactés que votre rejeton ne manquera pas de vous déverser dessus – sans prévenir, le fourbe. Foutu pour foutu, quitte à ne ressembler à rien, gardez donc vos tutus pour des moments plus opportuns.

Source photo : Giphy

3. La randonnée de 3 semaines au Népal dont vous rêvez

Consolez-vous, certains parents ne coupent le cordon qu’une fois sur leur lit de mort. Estimez-vous donc heureux si, dans l’appréhension de ne pas voir votre enfant grandir pendant 2 ou 3 semaines, vous vous rabattez, pendant ses 5 premières années, uniquement sur des vacances en famille, entre amis avec enfants, ou si vous n’avez ni famille ni amis, en club de vacances. À vos sacs à dos !

4. Vivre sans voiture

Vous l’apprendrez bien assez vite, un bébé nécessite 20 fois son volume en affaires, peluches non comprises, dès qu’on veut le déplacer. Et puis, sérieux, vous voulez vraiment qu’il se fasse tousser dessus dans les transports en commun ? Sans parler des frotteurs ! Et pour les anti-écologistes, vous découvrirez les joies de faire des tours de pâté de maison en bagnole pour endormir le petit.

5. Les soirées resto-bar-club à 2

Ce qui est encore simple à organiser, abordable et sans trop de conséquences, peut vite, avec un enfant en bas-âge, devenir un piège pour votre santé, vos finances et votre équilibre psychologique. Visez plutôt : à vos dépenses de la soirée, ajoutez 70€ de babysitter ; à vos heures de sommeil nécessaires, retranchez celles que votre enfant ruinera dès son réveil ; aux pleurs habituels de Junior, ajoutez la crise que provoquera votre haleine de lendemain de fête. Cocktail explosif garanti. Alors, on remet ça ?

Source photo : Giphy

6. Être le centre de l'attention

L’arrivée de votre héritier marquera la fin d’un chapitre de votre vie où vous en étiez encore le héros. Vous pensez que votre statut de parent a renforcé votre attractivité ? La preuve, tout le monde vous mate et vous sourit dans la rue ! Bizarrement ça ne marche que lorsque vous portez votre bébé en kangourou… Rendez-vous à l’évidence, même votre propre mère a détourné son attention sur lui.

7. Profiter de vos habitudes honteuses

Ne comptez pas instaurer la règle « Ce qui se passe à la maison reste à la maison ». L’enfant parle, répète, trahit, car il aime raconter les exploits de son parent, ce héros. À moins que vous ne vouliez que tous les élèves de la classe de votre enfant, leurs parents et l’ensemble des instit’ de l’école vous connaissent comme « le papa de Martin, qui arrive à ronger ses ongles de pieds », il va falloir changer de mode de vie.

8. Déménager en province si vous vivez à Paris

Pour ceux qui pensent ne déménager de Paris que sous la contrainte, sachez que celle-ci met seulement 9 mois à débarquer. À moins d’être attiré par le charme de la chasse à la place de crèche, l’épaulé-jeté de poussette en escalier, la déprime du logement et le relais 4 x praticiens médicaux non conventionnés, courage, fuyez !

9. Le combo sommeil / grasse mat’

Dès le premier jour où vous annoncerez votre parentalité prochaine, le mantra de la réserve de sommeil à stocker vous sera répété jusqu’à écœurement. À juste titre. Malheureusement il vient en conflit avec un autre conseil, celui de sortir autant que possible avant l’arrivée du marmot. Boire ou dormir, il faut choisir.

10. Pouvoir jurer à chaque phrase

On aura beau essayer toutes les intonations possibles, punaise ne véhiculera jamais la puissance de putain, mince n’apportera pas la même profondeur de sens que merde. Improvisez donc un syndrome de Tourette et ouvrez les vannes avant l’arrivée de jeunes oreilles innocentes. Allez, merde, quoi, lâchez-vous !

Vous attendez un enfant et ce Top vous a découragés car vous vous êtes rendu compte que vous manquez de temps et ne serez pas prêt d’ici l’échéance ? Pas de problème ! Topito vous indique aussi les 10 meilleurs lieux pour abandonner son enfant.