Parfois, pour satisfaire sa soif de grandeur, l’Humanité se voit contrainte de se séparer d’une partie d’elle-même. Mais, hé, ça vaut le coup, après on peut faire passer des gros camions qui font vroum. On fait pas d’omelettes sans casser des œufs.

Je ne parlerai pas d’un éventuel chantier actuel qui aurait lieu dans le but d’accueillir une hypothétique compétition sportive en 2022, car si un tel chantier existait, il ne serait pas fini et pourrait grimper dans les statistiques.

1. La grande muraille de Chine - 1 à 10 millions

Difficile de dire exactement combien de morts ont été enregistrés pendant la construction de ce joli petit muret car on n’a pas retrouvé le document excel qui les recensait. Mais cette construction s’étale quand même sur 15 siècles et les mecs de l’époque n’avaient pas de casque de chantier ni de gants de protection alors forcément, il y a du dommage collatéral, qu’on estime entre un et dix millions de victimes. Super les travaux de l’époque, bravo, je vais en parler à l’inspection du travail, ça va pas se passer comme ça.

Source photo : Giphy

2. Le canal de Suez - 120.000

Cocorico, la France rayonne une nouvelle fois dans le monde : le responsable de ce formidable projet se nomme Ferdinand de Lesseps et c’est un bon Français de France. Parmi ses exploits, on trouve notamment le travail forcé de centaines de milliers de pauvres équipés de pelles rudimentaires pendant 10 ans. Assez peu de médecine du travail et de congés payés sur le chantier. Mais bon on s’en fout un peu, c’est des Égyptiens, ils ont déjà construits des pyramides alors c’est pas un fossé un peu plus grand que la moyenne qui devrait leur faire peur. Par contre on va pas les laisser exploiter le canal eux-mêmes, ils sont même pas blancs, ils ne sauraient pas quoi en faire.

Source photo : Giphy

3. Le chemin de fer qui relie la Birmanie au Siam - 100.000

Ce chemin est construit en 1942-1943 par les japonais pour ravitailler leurs soldats. Et à l’époque leur truc c’était pas les robots et les playstations, c’était plutôt les génocides et les massacres. En un an, ils construisent 400 km de rails après avoir lancé une vaste campagne de recrutement. L’annonce ressemblait à ça « Votre profil nous intéresse si vous êtes vivant et que vous ne voulez pas qu’on vous tue ». Ils ont d’ailleurs un peu menti sur cette annonce parce qu’il y en a un paquet qui ne pourront plus jamais mettre cette expérience sur leur CV après ce chantier. Environ 90.000 locaux et entre 10.000 et 15.000 de leurs propres soldats pour être exact. Il faut dire que les Japonais, très intelligents par ailleurs, ont oublié que même les ouvriers ont besoin de dormir et de manger. Un jour ils oublieront leur tête, ces étourdis.

Source photo : Giphy

4. Le canal de Panama - 30.000

A ne pas confondre avec le canal de Paname, celui-là tous ses morts c’est des parisiens qui avaient trop bu de bière aux premiers jours de l’été et qui sont tombés dedans. Bref, la France commence le chantier, par le même Ferdinand qui avait fait Suez, et on a vu que la protection des ouvriers, surtout les non français, il a des trucs plus importants à faire, comme se couper les ongles. Du coup, il commence son chantier en embauchant des locaux sans trop leur demander leur avis. Mais là, ça se goupille pas si bien qu’en Egypte, et après environ 25.000 personnes qui bénéficient d’une rupture définitive du contrat sans indemnités, le chantier n’a presque pas avancé. Les amerloques reprennent alors le chantier là où il a commencé et le terminent, non sans reprendre les même techniques de RH que le bon vieux Ferdinand, faisant monter le Deathcount à 30.000. Evidemment, c’est des locaux, les américains et français blancs sont trop occupés à faire des trucs importants là dans des bureaux, vous pouvez pas comprendre, vous mangez des Tacos.

Source photo : Giphy

5. L'autoroute de Kolyma - Au moins 15.000

Staline savait comment rendre les prisonniers utiles à la société : en les impliquant dans les grands travaux. Voilà, c’est ça qu’il fallait faire, madame Taubira. Bref, la région de Kolyma est une des plus froides du monde avec des températures atteignant les -70°C. Mais ce n’est pas ça qui freinera la grandeur de la Russie, du coup il faut construire une autoroute. Forcément, même si le Russe est solide, c’est pas des conditions de travail, ça. Des milliers d’hommes meurent sur le chantier, et ils sont incorporés à la route, ce qui lui vaut le doux surnom de « Route des os ». Mais le gros des victimes intervient lorsqu’une flotte de cargos amenant au moins 12.000 prisonniers est prise dans la glace et doit y rester tout l’hiver, ce gros coquin de Staline ayant refusé l’aide américaine. Ne pas manger pendant tout un hiver, par des températures négatives, c’est pas bon pour la santé, croyez-moi mon frère a fait médecine.

Source photo : Giphy

6. Le canal mer Blanche-mer Baltique - 12.000

Entre 1931 et 1933, ce bon vieux Staline veut faire un grand canal pour relier ces deux mers. Pas de problème, il a des méchants prisonniers politiques qui veulent du mal au communisme et au peuple russe sous la main. Pour leur faire la bite, Staline les fait creuser un fat canal entre ces deux mers, à marche forcée. Du coup pas beaucoup de repos, et les heures sup’ ne sont pas très bien payées. Et quand il fait froid, qu’on mange pas, et qu’on se fait taper à longueur de journée, on meurt. Faites l’expérience chez vous si vous ne me croyez pas.

Source photo : Giphy

7. Le tunnel de Hawks Nest - 500 à 5.000

En 1931, aux Etats-Unis, des ouvriers sont occupés à creuser un tunnel. Jusqu’ici, tout va bien et en plus c’est une très bonne série. Sauf que paf ! Ils tombent sur de la silice, un matériau qui peut provoquer la silicose, une maladie pulmonaire pas jojo, si on en respire la poussière. On leur dit pas grave, continuez à creuser tout ça et putain désolé on a pas de masque à gaz, vous avez qu’à retenir votre respiration. Ils ont pas dû tous écouter ce sage conseil parce qu’il commencent à tomber comme des mouches. On ne sait pas exactement combien sont morts parce que beaucoup d’entre eux se sont barrés en cours de travail. Bah bravo les syndicalistes. Tout ça pour avoir une prime de pénibilité.

Source photo : Giphy

8. Le chemin de fer transcontinental des Etats-Unis - 1.500

Revoilà les Américains, ils nous avaient manqué. Au milieu du XIXème siècle, ils décident de poser une ligne de chemin de fer entre Council Bluff et San Francisco, soit 2500 kilomètres. Et comme les Etats-Unis c’est le pays des opportunités, on est assez peu regardants sur le profil des travailleurs, du moment qu’ils font de jolis rails qui font passer de jolis trains. Du coup, la très grande majorité des ouvriers est constituée d’immigrés illégaux et de prisonniers, dont beaucoup n’ont pas 18 ans. Et là, c’est toujours pareil : on oublie que les ouvriers sont des êtres humains alors on oublie de s’occuper d’eux, du moment qu’ils ont des marteaux et des clous. Vu le statut de ces travailleurs, on a pas forcément recensé tous les décès, et le véritable chiffre est probablement nettement supérieur au chiffre officiel.

Source photo : Giphy

9. Le canal Erié - 1.000 à 2.000

Ce canal relie les Grands Lacs américains à l’océan Atlantique, sur une distance de 583 kilomètres. Ça fait un sacré chantier. Mais pourquoi le confier à des gens expérimentés ? Des stagiaires chefs de projets feront très bien l’affaire et ça sera une belle expérience à mettre dans leur rapport. Le projet est donc chapeauté par deux juges, un ingénieur amateur et un prof de maths. Mon évier fuie, je vais en parler à mon comptable, il devrait pouvoir réparer ça. Et là, surprise : leurs estimations sont très éloignées de la réalité, leur préparation encore pire. Plus de 1.000 ouvriers meurent de la malaria, et probablement au moins autant parce que personne ne sait exactement comment placer de la dynamite pour creuser dans de la roche et pas dans des êtres humains. Lalalalala, il ne peut rien nous arriver d’affreux.

Source photo : Giphy

10. L'autoroute de Karakoram - 1.000

Quand la Chine et le Pakistan ont décidé de construire une autoroute entre les villes de Abbottabad et de Kashgar, ils ont eu besoin de main d’oeuvre. Ça tombe bien ces deux pays en ont tellement que s’ils en perdaient un peu, ils ne le sentiraient même pas. Alors c’est parti pour 1.500 kilomètres de route dans les montagnes. Oups, un glissement de terrain, 35 morts. Pas grave. Tiens, un éboulement, 19 morts. Bah, on en a d’autres. Répétez l’opération des dizaines de fois, et cette autoroute commence à ressembler à un cimetière.

Source photo : Giphy

Mais quand même, ça fait de belles autoroutes.

Sources : Gizmodo, Interest in Engineering, Wikipédia

Hey, on vient de sortir notre premier jeu de société ! Commande-le dès maintenant.

Sinon, si tu cherches des idées pour Noël ? On a déniché les cadeaux les plus cool du web :