Crédits photo (creative commons) : DG Jones

Ce que vous avez le droit de faire et ce qui est absolument interdit le lundi de Pâques. Il y a des règles à respecter, c'est pas parce que c'est un jour férié que c'est la fête du slip non plus.

  1. Fêter Pâques = ok
    C’est une question de tradition. Comme se couper les cheveux après une rupture difficile pour se séparer (et se purifier) de ces pointes tellement sèches et célibataires. Ou encore de dire bon appétit « en société » alors que cette formule hérétique est absolument proscrite par Nadine de Rothschild et son guide suprême des bonnes manières. Les traditions, c'est sacré ! Qu’elle soit religieuse pour certains ou l’occasion d’un remake en moins gore de la grande bouffe pour d’autres, la fête de Pâques se doit d’être célébrée gaiement. Même si vous ne savez même plus pourquoi on ne bosse pas.
  2. Se déguiser en œuf de Pâques = pas ok !
    La procédure pour confectionner chez soi un costume d'oeuf de Pâques demeure un mystère insondable sachant qu’il faut aussi prendre en compte le moyen de transport adéquat pour se déplacer ainsi vêtu (monter une poule géante en papier mâché n’est PAS la solution). Sans compter les futures moqueries et le mépris de vos amis: rappelez-vous qu’une grosse boule marron (le résultat final du costume) avec un nœud rose c’est l’équivalent d’une merde géante avec un nœud rose qui marche, donc pas un truc qu’on a envie de manger. Bref, ne souillez pas le jour de Pâques avec votre naïveté scatologique et optez plutôt pour la sélection mode tarabiscotée.
  3. Faire de la décoration sur coquilles d’œufs = ok !
    Une manière créative et ludique de faire baisser son stress encore plus efficace que le yoga ou l’acuponcture. Oui, mais laissons de côté petites étoiles et autres fioritures pour gamine et laissons galoper notre folle imagination et notre côté haineux pour jouer à créer des répliques miniatures de tous les gens qu’on n'aime pas (ex amant(e)s, membres du gouvernement, terroristes, ou autres haters variés etc.) Un jeu très amusant qui peut se poursuivre par le marathon de lancer d’œufs sur bâche en plastique avec cri de rage sur fond de death metal. Bref, un pur moment de détente entre amis tout à fait propice au festoiement de Pâques. Enjoy !
  4. Squatter la chasse au trésor des enfants = pas ok !
    Si vous êtes en âge de lire autre chose que Ratus et Mina, votre job c’est de cacher les chocolats, pas de les chercher. Bon, ceci dit, vous savez qu’on peut toujours faire des entorses au règlement donc ok pour une chasse "off" mais à condition d’y mettre du sien pour trouver des cachettes introuvables. Pas question de finir à quatre pattes derrière le canapé ou à plat ventre sous le lit la tronche dans la poussière. Non, il faut que ça soit dangereux (ou au moins dégoûtant) et pour ce faire disséminer des pièges et des indices erronés un peu partout. Il faut planquer ses petits œufs comme des horcruxes et que ça soit tellement la galère à chercher que vous en retrouviez encore, pourrissant impunément dans un recoin sombre de votre appartement, l’année prochaine.
  5. Faire une crise de foie = ok !
    Voilà une chose que vous avez le droit, que dis-je, le devoir, de faire à Pâques. Comme le champagne en période de Fashion Week, le chocolat doit vous accompagner tel un ami sucré et collant, déterminé à faire grimper votre taux de glycémie au plafond et à vous régaler de ses vertus antioxydantes et nootropiques. Vu que la modération n’est pas à l’ordre du jour vous avez interdiction absolue d’évoquer toute forme de culpabilité vis-à-vis d’un certain tour de taille en croissance positive, ou d’une montée de cellulite qui serait soudainement apparue sur votre avant bras gauche. Si tels propos sont proférés, sachez qu’une catapulte d’œuf cru est très douloureuse. Vous êtes prévenus.