Être une meuf, c’est cool mais ça a aussi pas mal de désavantages. Genre avoir ses règles, devoir accoucher, se faire siffler dans la rue comme si on était des petits biftecks. Et alors que les gens devraient être de notre côté et nous soutenir dans ces épreuves quotidiennes, ET BIN NON, y en a qui en rajoutent une petite (non) couche pour bien nous mettre dans le fond du trou. Parce que y a des gens qui considèrent qu’un IVG ou un accouchement, c’est pas une si grande étape dans la vie d’une femme, alors bon, on peut bien la faire souffrir un peu plus. Le compte Instagram Balance ton utérus recense des dizaines de témoignages de femmes victimes de ces violences obstétricales.

14.

View this post on Instagram

Le soir de ce fameux jour, j’ai eu très mal au ventre je perdais pas mal de sang, je savais ce qu’il se passait sans trop réaliser, je faisais une fausse couche (déni de grossesse de 17sa). Donc vous voyez la situation, je perds mon bébé alors que je ne savais même pas qu’il était là, bref, le SAMU m’emmène a l’hôpital ou on me fou dans une salle seule pendant 20/30 minutes. Puis, la porte s’ouvre ils sont 6 (stagiaires, infirmières) et la fameuse gynécologue des urgences... Elle ne me demande pas comment j’allais, ni mon prénom, rien que dalle elle me dit juste « écartez les jambes, on va faire une curetage » Dans ma tête je me dit qu’elle délirait c’est pas possible je sais pas ce qui se passe personne ne m’explique et elle me parle d’un terme que je ne connaissais pas trop à ce temps là.. Du coup je pose des questions, et elle se met en colère et me sort « fermez la ! Votre bébé est mort c’est trop tard et c’est cause de vous, arrêtez de pleurer comme une imbécile j’ai pas que ça à foutre, alors écartez les cuisses et fermez la ! » Je reste comme une conne, je ne comprends pas ce qu’il se passe et pourquoi elle me dit ça .. Du coup je commence à m’effondrer et à dire que je refuse qu’elle me fasse quoi que ce soit. De là, 4 des personnes présentes m’attrapent les jambes et les bras pour me maintenir immobile, je me débats comme je peux je cris je pleure mais personne ne fait rien.. Et c’est là que ce monstre sans cœur sans une once de compassion, violente dans ses mots et dans ses gestes, commence à me faire un curetage, sans aucune anesthésie, et cela dure .. 30 minutes. Les minutes les plus longues de ma vie, ce fut pour moi un énorme traumatisme, une douleur tellement forte, tellement brutale... Personne dans la salle n’a eu pitié de moi, n’a essayé de m’aider, de lui dire d’arrêter. Ma famille ne le sait que depuis quelques mois seulement. Suite à ça j’ai eu bcp de mal à avoir mon premier enfant (utérus boucher a cause du curetage raté). . #balancetonuterus @asso_irasf est là pour vous aider !

A post shared by Balance ton uterus (@balancetonuterus) on

Aller chez le gynéco, c’est aussi parfois se taper des remarques sexistes à deux balles. Mais rassurez-vous il y a aussi beaucoup des gynécos et sages femmes merveilleux qui font leur travail admirablement et pour qu’il n’y ait plus que ça il faut dénoncer ceux qui font du mal à leurs patientes.