Quand on voit quelqu’un à l’hôpital dans une série ou au ciné, c’est que ça sent la merde : soit parce que le mec va mourir, soit parce que ça veut dire qu’on est en train de mater une série qui se passe dans un hôpital et qu’on a donc une vie particulièrement triste. Mais tout ça, c’est du flanc, dans la réalité, aller à l’hôpital, c’est juste comme aller à l’école, c’est un peu chiant mais pas bien méchant. Et les clichés du cinéma sur la pratique hospitalière sont innombrables.

1. Les accouchements, ça va pas du tout

Accoucher, c’est pas marrant. C’est long, chiant et très très très douloureux, on chie pendant (enfin quand on est une femme en train d’accoucher) et il ne suffit pas de 3 ou 4 poussées pour venir à bout du processus. Par ailleurs, il n’y a pas SYSTEMATIQUEMENT de complications à l’accouchement (du genre le bébé qui s’étrangle avec le cordon) : en réalité, ça arrive une fois tous les cent accouchements, contrairement à ce que montre la télé.

2. Hey oh la stérilisation !

Dans la plupart des séries médicales, on voit les médecins opérer en urgence sans prendre le temps de changer leurs gants ou leur charlotte : c’est quand même la meilleure manière de refiler la mort à tout le monde. Même si le mec est en urgence mortelle, il vaut mieux se donner les moyens de ne pas lui refiler une infection que de risquer de le tuer en le sauvant trop vite.

Source photo : Giphy

3. Ressusciter quelqu'un dont le coeur s'est arrêté ? Heu... Mouais

En gros le mec est en PLS. Electrocardiogramme plat : on y va pour le massage cardiaque et pour le défibrillateur et… Merde ça marche pas. Allez, on réessaie ! ALLEZ BORDEL ! Ca y’est ! Il revit ! Ouf, on était dans le coin.

En réalité, la réanimation ne marche que dans… 5% des cas. Déso les séries.

4. D'ailleurs, le défibrillateur...

Et bah ça se fait jamais sur un lit. Il faut le faire sur une surface dure et ne pas oublier que les réanimations cardiaques, et bah ça pète les côtes et ça fait vomir. On le voit peu, ça, à la télé.

5. Ah et d'ailleurs, la réanimation, hein, puisque je vous tiens...

Et bah le patient ne se réveille pas d’un coup en sursaut, en fait. Il reste comateux pendant des heures, voire des jours, voire finit par remourir. Le mec qui se réveille d’un coup et OUF ON N’EST PAS PASSÉ LOIN MAIS VAS-Y JE SUIS CHAUD ON VA FAIRE UN TENNIS, ça n’existe pas.

6. Ah et l'électrocardiogramme plat, tant qu'on y est...

Et bah ça existe pas. En gros si la ligne est plate, c’est que la machine n’est pas branchée. Et d’ailleurs, si le mec est vraiment avec une ligne plate, le défibrillateur ne marchera pas : le défibrillateur ne marche en réalité que si le coeur se comporte de manière erratique et saute partout.

7. Non, personne ne baise à l'hôpital

N’en déplaise à Grey’s Anatomy, personne ne s’isole dans la pièce où les drogues sont rangées pour baiser rapidou après un gros coup d’adrénaline. Parce qu’il faut remplir des papiers et qu’il fait froid, à l’hôpital.

8. C'est pas parce qu'on est admis aux urgences qu'on va être opéré

Dans les séries, des chercheurs ont calculé que 71% des patients passent recdi de la case urgences à la case opération. Dans la réalité, seuls 25% des patients admis aux urgences terminent sur le billard.

Source photo : Giphy

9. Les mecs prennent grave racine à l'hôpital

Plus de 50% des patients que l’on voit dans une série médicale restent au moins une semaine à l’hôpital parce que putain ils en ont réchappé de peu avec cette histoire de défibrillateur et tout et tout. En réalité, la plupart des patients rentrent chez eux bien plus rapidement : seuls 20% des hospitalisations durent plus d’une semaine (et en général c’est que ça risque pas de bien se terminer).

10. On meurt peu à l'hôpital

Alors que dans les séries, qu’est-ce que ça crève ! 22% des mecs meurent dans Grey’s Anatomy après avoir été hospitalisés, contre… 7% dans la réalité. Franchement, vivre dans une série, c’est ultra-dangereux, en fait.

Ca part en post-prod à la morgue.

Sources : Huffington Post, Quora