Top partenaire [?]
liar
Crédits photo (creative commons) : Kozumel

Le charme du poker repose, selon la Théorie des Jeux, sur l'asymétrie de l'information. Vous connaissez vos cartes au contraire de vos adversaires. Vous allez tout faire pour induire vos adversaires en erreur et les contraindre à se coucher malgré la faiblesse de votre jeu. C'est le principe du bluff. Une arme redoutable qui s'applique aussi dans la vie de tous les jours, ou comment bluffer peut vous sauver la peau.

  1. Lors d'un entretien d'embauche
    "Je vais être honnête avec vous, j'ai reçu d'autres propositions très intéressantes."
    Bien tenté. Faire jouer la concurrence, c'est la base d'une négociation réussie. Méfiez-vous quand même, en voyant le blanc d'un an et demi dans votre CV, votre potentiel futur employeur pourrait être effleuré par l'idée que vous vous foutez un petit peu de sa gueule.
  2. Lorsqu'une baston se profile
    "Fais gaffe, j'ai fait du taekwondo dans ma jeunesse."
    Le bluff "arts martiaux" est peut-être le plus délicat à manier, car il exige d'ajouter quelques détails pour être crédible. Par exemple, "j'ai mon 3ème flocon en karaté" est un bluff raté. Pour ne pas prendre de risque, évoquez votre séjour en prison au Mexique, le poing américain que vous avez peut-être planqué dans votre froc ou vos relations au Ministère de l'Intérieur. Dans le doute votre adversaire va flipper et se rétracter. Sinon, tant pis pour vous.
  3. Lors d'un contrôle de police
    "Vous comptez me verbaliser avec ce stylo non-règlementaire? A vos risques et périls..."
    Montrez que le code de procédure de la Police Nationale n'a pas de secret pour vous et qu'au moindre faux pas, ce fonctionnaire de police pourrait se retrouver sur la paille. Par contre, le classique "donnez-moi votre matricule", ça ne marche plus. Quant à "Je suis de la maison", ce n'est plus du bluff, c'est du suicide.
  4. Lorsque votre moitié vous lance "tu sais quel jour on est ?"
    "Bien sûr... et attends-toi à une belle surprise!"
    Gros coup de bluff : vous auriez pu désamorcer la grenade tout de suite en expliquant qu'avec votre boulot, tout ça, ça vous était sorti de l'esprit. Vous auriez essuyé une bonne engueulade et on n'en parlait plus. Là, à vouloir gagner du temps, vous déclenchez le compte à rebours et dans les heures à venir, vous aurez décroché une réservation dans un restaurant méga-classe, vous aurez trouvé un cadeau bien cher et aurez préparé un discours inoubliable. Vous êtes dans la merde.
  5. Lors de l'oral du Bac
    "Kafka avait ce bon mot : 'Chtel bych pokracovat v dobre kase', et je pense que ça résume bien ce cas de figure..."
    Avant toute chose, il faut retenir que cette technique est valable pour tous types d'examen oral. Ici le bluff est roi, la seule règle d'or c'est qu'il ne faut jamais, o grand jamais, hésiter. Exemple : vous recevez une question sur un auteur dont ne vous connaissez même pas le nom, corrigez tout de suite le professeur sur la prononciation "je crois que ça se dit 'Tolstéi' dans son pays...". Puis, sans lui laisser le temps d'en placer une, embrayez immédiatement avec une anecdote totalement inventée sur la jeunesse de l'auteur. Ensuite, enfoncez des portes ouvertes avec une belle assurance, "Il faut se remettre dans le contexte de l'époque, ça a énormément choqué!", c'est un 13/20 assuré, minimum.
  6. Lorsque vous avez oublié votre chéquier au restaurant
    "Garçon! J'ai trouvé une mouche dans mon potage!"
    Vous avez déjà sur la table votre petit carnet "Notes - Guide Michelin", et vous exigez de parler au chef. Il y a une petite chance qu'on vous offre votre repas et qu'un commis se prenne un gros savon sous vos yeux. Et il y a aussi une possibilité non négligeable que vous passiez le reste de votre soirée à faire la vaisselle sous la surveillance du personnel de l'établissement armé de couteaux aiguisés. A voir si vous êtes un vrai joueur.
  7. Lorsque vous draguez
    "Stéphanie, c'est ça ? Non ? Cécile ?... Note moi ton prénom quelque part avec un numéro, je t'appelle si j'ai le temps..."
    Vous n'avez pas les bonnes cartes ? Vous êtes le seul à le savoir. Feindre l'indifférence est une tactique comme une autre, même si, en étant honnête, il faut bien convenir que ça ne suffit pas. Laisser entendre que vous êtes très demandé lors de vos sorties pourrait susciter la curiosité, mais en général, c'est le meilleur moyen de rentrer seul en gardant une certaine dignité. C'est toujours ça de pris.
  8. Lorsque vous négociez une autorisation de découvert avec votre banque
    "Je suis sur un TRÈS gros coup..."
    Attention, vous n'êtes certainement pas le premier à essayer de faire croire à votre banquier que leur prudence est en fait de la trouille et que s'ils en avaient un peu plus dans le ventre, on serait tous millionnaires. "Ce que vous appelez un 'découvert', j'appelle ça un 'investissement' très rentable, la balle est dans votre camp". Appuyez-vous sur quelques parallèles audacieux, expliquez-lui que Mark Zuckerberg a aussi tiré le diable par la queue pendant quelques mois et qu'il pourrait regretter toute sa vie de ne pas vous avancer quelques malheureux milliers d'euros. Sur ce, vous sortez du bureau sans regarder derrière vous. Vous venez de gagner une semaine de répit. Maintenant, arrêtez de dépenser votre argent n'importe comment.
  9. Lorsqu'on fait face au "physio" à l'entrée d'une "soirée privée"
    "Je connais le patron..."
    Si le videur est sceptique, balancez un prénom au pif, "j'ai été invité par Angelo", statistiquement, il y a 73% de chances qu'un des organisateurs de la soirée s'appelle Angelo. Pour les plus gros bluffeurs, une perruque colorée, une tenue 100% cuir et un accent exotique, allez-y franchement, claquez la bise au mec à la porte, "Heeey, tou vas bien... y'a du monde ce soir ?" et rentrez sans marquer d'hésitation. On ne va pas vous mentir : stratégie risquée.
  10. Lors d'une partie de scrabble
    "Sérieusement ? Tu vas vérifier dans le dictionnaire si 'kwez' ça existe ?"
    Si vous avez l'air de ne pas en revenir de l'inculture de votre camarade de jeu, "t'as le droit de ne pas être calé en bricolage, mais même un enfant de 5 ans s'est déjà servi d'un kwez à pistons... Mais vas-y, vérifie, fais perdre du temps à tout le monde...", avec un peu de bol, vous liquiderez vos lettres merdiques en un coup. Ne le faites pas à chaque tour, on peut bluffer une fois mille personnes, vous connaissez la suite.

Vous bluffez souvent ?

Fan de poker, vivez de nouvelles aventures avec Everest Poker ... avec pour les plus heureux, le fameux Roi de cœur à la Rivière.

Découvrez le dernier spot de pub Everest Poker et son making-of :

Le making-of du "Roi à la rivière" tourné en Thaïlande :

Advertisement