L’onanisme est une pratique merveilleuse. Elle connecte l’imaginaire humain et les mouvements de mains intempestifs, l’intellect et le kiki. Voilà pour sa version classique, telle que pratiquée depuis 10.000 ans. Depuis, l’imaginaire se plie souvent devant les chocs des images animées et les amours imaginaires ont des noms comme Keisha Grey ou Monica Chattoune. Mais on ne peut pas passer sa vie avec elles.

1. En gueule de bois

Si l’on ne peut ni lire, ni regarder la télévision, ni manger, ni boire, ni rester debout, ni rester allongé, ni s’habiller, ni rester nu, ni parler, ni écouter, ni sortir de son lit, ni y rester, ni être heureux, ni penser, il reste encore le porno pour obtenir un peu de répit.

2. En couple

Pourquoi faire seul ce que l’on peut faire à plusieurs ? La plupart du temps, parce que. Mais, pour le porno, il est tout de même assez plaisant de pouvoir partager ses impressions esthétiques sur les seins refaits d’une fille ou la taille du sexe d’un garçon avec quelqu’un d’autre que son ami imaginaire. Et d’en profiter pour regretter que les seins de la fille à ses côtés ou le pénis du garçon qui nous fait face ne soient pas conformes à ces nouvelles impressions esthétiques.

3. Quand on s'ennuie

Vous savez, les jeunes, le temps ça file, il faut en tirer le maximum. Il n’y a pas d’ennui, il n’y a que des activités non-trouvées, des passions encore vierges, des apprentissages que l’on ne démarre pas. Des sites pornos à rafraîchir.

4. Juste après l'acquisition d'un dispositif VR

Afin de maximiser l’ambiance tout en ayant l’impression de s’acclimater à demain. C’est quand même plus cool que de se balader dans un sanatorium désaffecté avec des zombies.

Source photo : Giphy

5. Pendant une insomnie

Tu dormais. De quoi rêvais-tu ? Tu ne sais plus de quoi tu rêvais. Mais les draps jusqu’alors si doux, cette position jusqu’alors si fraîche, cet oreiller jusqu’alors si moelleux ne nourrissent plus, désormais, que de vagues regrets intensifiés par une envie soudaine de pisser. On ne dormira plus avec toute cette agitation. Sauf peut-être dans les bras de Valentina Nappi.

Source photo : Giphy

6. Juste avant de se coucher

Variante de l’insomnie ayant pour atout principal de transformer cette vilaine sensation de gâchis lors du coucher à 21 heures faute d’autre chose à faire en activité exaltante. Prévoir de quoi éponger.

Source photo : Giphy

7. Quand la courbe de ton excitation est à son paroxysme tandis que la probabilité de coucher avec quelqu'un dans les 5 minutes est nulle

C’est, d’après les experts danois, français, américains, chinois, japonais, péruviens, ghanéens, islandais, canadiens, québécois, bordelais, pampelunais, niortais, serbes, polonais et sud-africains réunis en conseil scientifique le meilleur moment pour coucher virtuellement avec des professionnels.

8. Quand tu hésites à devenir acteur porno et que tu veux t'en dissuader

Généralement, la vision des lèvres refaites et des attitudes vulgaires des acteurs et actrices pornographiques suffisent à dissuader un jeune qui s’interroge sur son avenir d’envoyer sa candidature chez Brazzers.

9. Quand tous tes collègues sont partis déjeuner

Après tout, tu t’es tapé deux heures de réunion, trois remontrances de ton n+2, une panne d’Internet et, en plus de te refourguer le dossier Brignard, Marcellin t’a oublié au moment d’inviter le pôle à déjeuner. Nous te conseillons donc de joindre l’utile à l’agréable en te connectant à Youjizz depuis l’ordinateur de Marcellin pour déposer ta sève de vie sur le dossier Brignard.

10. Dans une boîte échangiste

Si tu es mal à l’aise ou que tu n’as rien à échanger, tu pourras te donner de la contenance en regardant d’un air imprégné le film de 1982 projeté contre le mur du fond.

Vous avez vu ? On peut parler de pornographie sans exciter personne.