La grossesse nerveuse, c’est un peu l’inverse du déni de grossesse. En gros, une femme est persuadée être enceinte, en a tous les symptômes, mais il n’y a aucune fécondation, aucune grossesse, rien du tout. La grossesse est somatisée, tellement imaginée qu’elle en devient réelle pour celle qui pense être enceinte. Et parfois, même si les preuves de la non-grossesse sont là, elles ont du mal à y croire, tant les symptômes sont présents.

1. Ça touche plus que de femmes que l’on ne pense

1 femme sur 22000, ce qui n’est pas rien. Sujet assez tabou puisqu’il touche une cause psychique, c’est pourtant un phénomène bien réel qui ne devrait pas être ignoré. La grossesse nerveuse, ou pseudocycles, n’est pas un phénomène à traiter à la légère.

2. Les symptômes sont identiques à ceux d’une vraie grossesse

Absence de règles, nausées, vomissements, et même parfois un ventre gonflé jusqu’à avoir la taille d’un ventre de 8 mois de grossesse. La nature et le cerveau font des trucs assez impressionnants.

3. Ça peut être dû à une volonté forte d’avoir un enfant

Une partie des femmes qui sont touchées par une grossesse nerveuse sont celles qui désirent plus que tout tomber enceinte, ou bien les femmes plus mûres qui, à l’approche de la ménopause, ont besoin d’avoir une dernière grossesse, pour se prouver qu’elles sont encore jeunes.

4. Ou au contraire, à une peur phobique de tomber enceinte

L’inverse du dernier point, la grossesse nerveuse peut aussi toucher les femmes qui ont une peur panique de tomber enceinte, et qui somatisent les symptômes de la grossesse tant elles ont peur que ça leur arrive. Un peu comme quand on fréquente une personne qui a une gastro, et qu’on a la gerbe à son contact, alors que tout va bien.

5. Ça vient de l’hypothalamus

Cette glande du cerveau régit l’ovulation de la femme, et, en cas de grand stress autour de la maternité, ne sécrète plus les hormones nécessaires au déroulement du cycle menstruel. Et pouf, ça fout le bordel dans tout le corps et ça fait croire à la femme concernée des choses qui sont fausses.

6. Tous les mammifères sont concernés

Les humains ne sont pas les seuls qui peuvent être touchés par ce phénomène, tous les mammifères sont dans le même panier. Il a été déjà observé sur des femelles des montées de lait sans grossesse, en étant au contact de femelles avec des petits, ou prêtes à donner vie.

7. Ça peut toucher également les hommes

Et c’est ce qu’on appelle plus communément la « couvade ». Les hommes, soucieux de leur futur rôle de père, peuvent avoir le ventre qui gonfle, des nausées, des fringales, bref toutes ces particularités touchant les femmes enceintes, alors que bon, s’ils n’ont pas d’utérus, y’a quand même peu de chances qu’ils puissent avoir un alien dans le bide.

8. Certains profils sont plus susceptibles d’être touchés par ce phénomène

Les femmes ayant vécu des fausses-couches, des avortements, des grossesses n’allant pas jusqu’au terme, des pertes d’enfants en bas-âge, sont plus susceptibles de faire une grossesse nerveuse que les autres.

9. Seuls les preuves peuvent stopper cet état

Le seul moyen de pouvoir mettre un terme à cet état de « fausse » grossesse, c’est d’être confronté à la vérité en douceur, de voir un test de grossesse négatif, de passer une échographie et de constater qu’il n’y a pas de cœur qui bat, de réaliser que tous ces symptômes n’avaient pas lieu d’être.

10. Un accompagnement psychologique doit être fait

Car ce n’est pas un événement qui doit être ignoré, au contraire. Une grossesse nerveuse n’est pas là sans raisons, sans traumatismes sous-jacents, et il est important de consulter des médecins qui pourront prodiguer un suivi psychologique adapté à la situation.

Et vous, vous connaissiez ce phénomène ?