La paresse n’est pas une mauvaise chose en soi. Elle peut parfois permettre à des gens d’éviter la mort. Sisi, promis. On se recouche 10 minutes, et on évite de se faire écraser par un tronc d’arbre ; on prend 5 minutes de plus pour visiter une mosquée, et on échappe à un attentat ; on se bourre la gueule, et on survit à un crash d’avion. Sisi. Promis.

1. Celle qui a contrecarré les plans d'un serial killer en arrivant tard chez elle

Le 28 avril 1979, Anna Williams, 63 ans, sort avec des amis. D’habitude, elle serait rentrée tôt, mais là : la flemme. Elle était bien. Bref, au lieu de revenir chez elle vers 10 heures, elle est rentrée vers 1 heure du matin. Or, chez elle, il y avait un mec qui l’attendait, et ce mec, c’était Dennis Rader, aussi surnommé le BTK Killer, un mec coupable de 10 assassinats avec torture et tout le toutim entre 1974 et 1991. Rader avait repéré sa cible depuis des mois et comptait passer à l’acte tranquillou pilou.

Sauf qu’Anna n’est pas rentrée. Elle n’est tellement pas rentrée que Rader s’est lassé de l’attendre. Il est parti la queue entre les jambes.

2. Celui qui a évité un crash d'avion en se bourrant la gueule

En 1988, le New Yorkais Jaswant Basuta rentrait peinard chez lui après un mariage célébré en Angleterre. En avance à l’aéroport, il est bourré la gueule.

Et hop ! Quand on picole, le temps passe vite. Basuta n’a pas vu que sa porte était en train de fermer, et quand il s’en est rendu compte, il a réglé ses verres et a couru pour essayer de choper son avion. En vain. Les préposés de la compagnie Pan American lui ont opposé une fin de non recevoir, sans doute refroidis par son haleine avinée

Merde. Merde merde merde.

Sauf que le vol en question a explosé à cause d’une bombe placée dans sa soute. On était le 21 décembre 1988 et on a ensuite suspecté la Libye d’être à l’origine de l’attentat.

Ensuite Basuta a été passé à la question, parce qu’un mec qui rate l’avion dans lequel se situe sa valise et qui explose en vol, ça a le mérite d’être intrigant. Mais Basuta a été blanchi.

Crédits photo (creative commons) : Tim1965

3. Celle qui a évité le 11 septembre avec une excuse bidon pour arriver à la bourre

Un certain jour de septembre 2001, Lara Lundstrum Clarke a connu une drôle de mésaventure. Une mésaventure absolument pas crédible : elle était passé à deux doigts de se faire écraser par une bagnole en traversant la rue, puis s’était heurté à la politesse excessive du conducteur avec qui elle avait joué à « après vous, je vous en prie » pendant un temps infini. Ah. Et le conducteur en question, c’était Gwyneth Paltrow. Le pire, c’est que l’histoire est vraie.

 

Bref, tout ce bordel l’a mise à la bourre. Tellement à la bourre qu’elle a raté son RER. Tellement à la bourre qu’elle n’était pas dans les Tours jumelles, où elle travaillait, quand les avions, eux, y entraient.

4. Celui qui a déjoué un assassinat à cause d'un invité à la bourre pour le dîner

Le Tsar Alexandre II a dirigé la Russie entre 1855 et 1881. Et ça n’a pas été marrant tous les jours. Alexandre II a bien réchappé à 4 ou 5 tentatives d’assassinat par balles. Du coup, l’organisation Narodnaïa Volia, résolue à foutre un terme à la vie du Tsar, s’est dit qu’il valait mieux changer de méthode et de passer à la dynamite. Après quelques essais foirés, ils décidèrent que le mieux était encore de faire sauter le palais du Tsar. Le plan consistait donc, grâce à une complicité en interne, à faire sauter la pièce juste en dessous de la salle à manger où Alexandre prenait ses repas, de préférence à un moment où il serait en train de dîner. Or, un dîner était justement prévu avec un prince du royaume de Russie à 6 heures. Tic tac tic tac BOUM.

Sauf qu’un blizzard devait retarder tous les trains du pays ce jour-là et que le Prince en question n’était pas arrivé au palace. Et que, donc, le Tsar n’était pas dans la salle à manger. RATE.

Crédits photo (creative commons) : Неизвстен

5. Ceux qui ont tous survécu à une explosion de gaz en raison de leur retard

Le West Side Baptist Church choir, une chorale d’église de Beatrice, dans le Nebraska, bossait ses partitions tous les mercredis à 7h20 tapantes. Mais le 1er mars 1950, l’ensemble (l’ENSEMBLE) des membres de la choral est arrivée en retard.

Le truc, c’est que ce jour-là, l’église a explosé à 7h27 en raison d’une fuite de gaz titillée par un cierge. Ce qui est dingue, avec ce retard collectif, c’est qu’il a une explication pour chaque membre : le pianiste s’était endormi. Deux petites chanteuses à la croix de bois écoutaient la fin d’une émission de radio. La voiture de trois soeurs membres de la chorale ne voulait pas démarrer. Une mère et sa fille étaient occupées à aider la grand-mère à boucler la préparation d’une réunion. Un autre membre devait terminer une lettre. Etc.

Bref, un miracle.

6. Celle qui a évité un incendie grâce à la flemme

En 2012, une blogueuse qui rentrait de vacances devait déposer un texte à un ami. Beau temps, ciel bleu, fenêtres grandes ouvertes : elle avait décidé d’y aller à pied. Et puis soudain, la flemme. Une flemme carabinée, impossible de sortir de chez soi. Et hop dodo.

Et hop réveil : odeur de brûlé. Par un jeu de miroir, le soleil était en train de mettre le feu au tapis, déjà bien entamé. Si cette blogueuse était sortie de chez elle, un incendie se serait déclenché dans son immeuble.

Coup de bol.

7. Le Sultan sauvé d'un attentat parce qu'il prenait son temps

Le 21 juillet 1905, le Sultan Abdülhamid de l’Empire Ottoman devait y passer. Une cohorte de révolutionnaires arméniens outrés par les réprimandes du régime et d’aventuriers européens avaient prévu son assassinat à la bombe. 120 kilos d’explosifs avaient été placés sur le siège conducteur d’une voiture avec un retardateur d’environ 2 minutes. On avait garé la voiture devant une mosquée où le Sultan devait passer. Mais le Sultan a pris son temps pour sortir de la mosquée. Il a tellement pris son temps que la bombe a explosé toute seule, sans lui.

Crédits photo (creative commons) : Unknown

8. Quand le snooze sauve un homme d'une mort certaine

Raymond Bowling a eu raison de se rendormir. Ce résident d’Austin, dans l’Indiana, est un habitué du snooze : le réveil sonne, on se rendort 5 minutes de plus. 5 minutes qui ont retardé sa routine habituelle : lavage de dents, douche. Un vrai coup de bol, car, au même moment, une gigantesque branche d’arbre a traversé le toit de sa maison pour s’écraser dans sa salle de bain.

Et dire que certains parlent de pêché capital.

Sources : Cracked, Le Tribunal du net

Tu ne sais pas quoi offrir pour la fête des mères ? On a déniché les trucs les plus cool :