Après seulement un mois de présidence, Trump et son équipe montrent déjà une très grosse maîtrise. Les mecs savent ce qu’ils font, ils ont pas le temps de niaiser. Bon, il y a bien une ou deux boulettes mais rien de bien grave, et que celui qui n’a jamais menacé la sécurité de son pays leur jette la première pierre.

1. Une photo du porteur de la valise nucléaire et son identité révélées

Richard DeAgazio, invité à un dîner avec Trump, était tellement fier de la photo qu’il avait prise du porteur de la valise nucléaire qu’il l’a postée sur Facebook. Après tout qu’est-ce qu’il risque ? C’est pas comme si ce type tenait entre les mains de quoi déclencher un conflit armé mondial. Pas besoin de protéger son identité.

Son compte a depuis été supprimé, mais le mal est fait.

2. Ils font leurs réunions dans le noir

Certains collaborateurs de Donald ont avoué avoir fait plusieurs réunions dans le noir parce « qu’ils ne parviennent pas à trouver comment allumer les lumières de la salle du conseil ». Rien à ajouter.

3. Ils règlent une crise de sécurité publique au resto, devant témoins

Alors qu’il recevait Shinzo Abe, le premier ministre japonais, une crise à base de missiles et de Corée du Nord a éclaté. Les deux hommes n’ont pas daigné interrompre leur dîner et ont tenté de régler le délire en direct et en public, n’hésitant pas à sortir des documents secret défense et à passer des coups de téléphone. Dormez sur vos deux oreilles, les secrets d’Etat sont à l’abri.

Crédits photo : Source : Le Figaro

4. Le muslim ban

C’est plus triste qu’un réel fail, puisqu’on est pas vraiment surpris qu’il l’ait fait. Mais l’exécution de ce décret est tout simplement chaotique. Après avoir décidé unilatéralement qu’un certain nombre de nationalités ne pourraient plus entrer sur le territoire sans avoir vérifié si ce décret était légal, il est passé à autre chose sans s’occuper de la mise en place. Résultat, les agents d’immigration sont complètement largués car ils doivent gérer plusieurs consignes contradictoires et s’adapter en un ou deux jours.

5. Il s'est fâché avec ses voisins directs

La diplomatie ? C’est pour les faibles. C’est dans cette optique que Trump a déclaré au président mexicain Pena Neto : « Vous avez un tas de ‘bad hombres’ chez vous. Vous ne faites pas assez pour les arrêter. Je crois que votre armée est effrayée. Nos militaires n’ont pas peur, alors je vais peut-être bien les envoyer pour régler le problème.« , après s’être énervé que ce dernier ne veuille pas payer pour le mur. Il est aussi en froid avec Justin Trudeau, même si c’est moins avéré.

6. La faute d'orthographe sur la photo officielle

Mise en vente sur le site de la librairie du congrès, la photo officielle de Trump comporte une de ses citations, comme le veut la tradition. Ce que la tradition veut moins, c’est faire une faute d’orthographe dans la photo officielle. Je ne suis pas un grammar nazi, mais ça fait quand même mauvais genre sur une image censée être aussi symbolique.

7. Les nouveaux rideaux du bureau ovale

Le candidat anti-système proche du peuple a changé les rideaux du bureau ovale pour en mettre des dorés, plus en adéquation avec ses goûts. Smart move pour se rapprocher de ses électeurs qui en ont assez de l’establishment.

8. Sa répartie

On attend pas de l’homme le plus puissant du monde qu’il se vexe parce que « une des actrices les plus surcotées d’Hollywood » se moque un peu de lui. Qu’est-ce que ça va être si le président chinois lui dit de fermer sa gueule ?

Et ça fait qu’un mois qu’il est élu. Il a plus d’un tour dans son sac.