Régulièrement, après un fait divers sordide, les jeux vidéo sont montrés du doigt comme les racines du mal, ces objets du diable qui banalisent la brutalité et désacralisent le respect de la vie humaine. Car pour beaucoup : Jeux Vidéo = Doom et violence virtuelle => violence réelle, dans l’esprit malléable et fragile de notre jeunesse. Mais ce serait occulter les bienfaits de ce genre de loisirs, qui ne sont pas nécessairement violents et qui peuvent s’avérer plus stimulants qu’une soirée de visionnage de la TNT. Certains chercheurs se sont penchés sur le sujet :

1. Les jeux vidéo développent le volume de la matière grise

Pour avoir un énooooorme cerveau, nul besoin d’avaler des encyclopédies, il suffit de jouer à Super Mario. C’est en substance la conclusion d’une étude allemande qui a collé un groupe de joueurs devant une Nintendo 64 pendant 30 minutes par jour pendant deux mois. Cette croissance développe l’orientation spatiale, la formation de la mémoire, la mise en place de stratégies, ainsi que sur les facultés motrices. Une phrase étrange dans la présentation de l’étude : l’envie de jouer au jeu vidéo témoigne d’un désir d’accroître son volume cérébral. « On fait un Call of Duty? J’ai super envie de me faire pousser le cerveau ! ».

2. Les jeux vidéo réduisent la douleur et le stress

Une étude de 2010 nous apprend que la pratique du jeu vidéo a permis à des patients contraints de suivre une chimiothérapie à surmonter le stress et d’être mieux préparé à mener le combat contre la maladie. Plus surprenant, des grands brûlés, selon la même source, ont mieux composé avec la douleur en se plongeant dans les joies des mondes virtuels sur console.

3. Les jeux vidéo améliorent les résultats scolaires

Si vous refusez de céder aux demandes de votre gamin par crainte que les jeux prennent le pas sur les devoirs, vous faites fausse route : selon une étude menée par un chercheur de Niort, un enfant disposant d’une console chez lui a 4 fois moins de chances de redoubler que son camarade privé de jeux vidéo. Si le chercheur estime que les qualités développées par la pratique de ces jeux ne sert finalement à rien d’autre qu’à jouer au jeux vidéo, il souligne qu’un gamin qui parvient à rester concentré et immobile pendant des heures de jeux aura moins de mal à subir les interminables heures de cours sans penser à la récré.

4. Les jeux vidéo développent les aptitudes sociales

Bon, là dessus, les deux chercheurs publiés par l‘American Psychologist sont un peu moins convaincants, puisqu’ils mettent dans le même sac Farmville et World of Warcraft après avoir cité comme référence Angry Birds quelques lignes plus haut. Néanmoins, leur argument est que la tendance des jeux à être coopératifs, même hyper-violent, se traduit dans le comportement des joueurs afk.

5. Les jeux vidéo accélèrent le processus de décision

L’Université de Rochester n’est pas peu fière de sa trouvaille : on a besoin de 25% de moins de temps pour prendre une décision importante quand on est rompu aux jeux vidéo. La pratique vidéoludique développerait la capacité de répondre un problème donné par un algorithme en le découpant en questions plus simples.

6. Les jeux vidéo ralentissent le processus de vieillissement

L’Université de l’Iowa a peut-être trouvé le secret de la vie éternelle : 2h de manette par jour, ça vous garde un cerveau bien vif à l’abri de l’oeuvre destructrice des années qui passent. Même si le test a été mené avec un jeu spécialement conçu pour l’expérience (donc pas Animal Crossing). C’est dit, après 50 ans, on arrête les sudoku et les mots fléchés, on se met à Fallout New Vegas avant de manger.

7. Les jeux vidéo aideraient les enfants dyslexiques à lire

L’Université italienne qui a pondu cette étude a utilisé une méthode originale. Des enfants ont été séparés en deux groupes, les premiers jouaient à un truc chiant, genre le monopoly en ligne, et les autres à un truc un peu plus vivace, en l’occurence Rayman. Et il se trouve que ces derniers ont montré de meilleures aptitudes en lecture au terme de l’expérience. La capacité de ces jeux à rapidement exiger l’attention des joueurs semble bénéfique, et la réflexion, ça va bien 5 minutes, mais ça ne suffit pas.

8. Les jeux vidéo améliorent la vue

Enfin, pas tous, seulement Medal of Honor. C’est encore à l’Université de Rochester, où apparemment on a que ça à foutre, qu’on a trouvé ça. Il semblerait que la recherche d’un ennemi à descendre ou la trouille des snipers développent les aptitudes visuelles. Si aucun ophtalmo ne vous a dit « continuez à passer 16h par jour devant votre PC, et dans un an, vous n’aurez plus besoin de lunettes », c’est que l’info n’est pas encore passée.

9. Les jeux vidéo réduisent les souvenirs douloureux

En tout cas le jeu Tétris, d’après une étude britannique. On a demandé à des cobayes de visionner un film traumatisant et à la moitié d’entre eux de jouer au célèbre jeu sur Game Boy au cours des jours suivant. Et surprise, les gamers ont moins de flashbacks horrible après avoir empiler quelques briques. Tetris, mieux que l’alcool pour oublier.

10. Les jeux vidéo rendent plus intelligents (enfin pas tous, faut pas rêver non plus)

Une université à Londres a mené une expérience élémentaire : faire jouer un groupe de personnes à Starcraft, jeu de stratégie en temps réel et un autre aux Sims, simulateur de vie. Et bien croyez-le ou pas, les gens qui ont joué au jeu de stratégie ont ensuite montré une plus grande flexibilité cognitive, la capacité à passer efficacement d’une tâche à une autre, que ceux qui ont joué au jeu complètement con. Ça valait bien le coup de leur filer une bourse de recherche pour parvenir à cette conclusion.

Bonne nouvelle, vous avez désormais le droit moral d’autoriser vos enfants à jouer aux jeux vidéo pendant le confinement. Et si vraiment vous ne pouvez vous y résoudre, on vous a trouvé plein d’activités à faire avec un enfant pendant le confinement et les meilleurs jeux de société à faire en famille.

Sources : Ranker, et le HuffPost.