Popularisés en 2007 avec l’apparition du premier iPhone, les applications sont omniprésentes sur nos smartphones. Initialement leur but était noble : améliorer la productivité et faciliter la récupération d’informations comme le courrier électronique, le calendrier électronique, la météo etc.. Sauf que l’Homme, dans sa volonté de tout simplifier et de tout mesurer, a développé des applis pour tout. Censées nous aider à devenir des êtres meilleurs elles nous plombent vers le fond. Certaines sont à la limite du harcèlement, quand d’autres nous provoquent carrément des crises de panique.

1. L'appli de ton compte en banque

C’est ton conseiller bancaire qui t’a sommé de l’installer à votre dernier RDV mais tu n’y vas pas trop. Quand ça arrive c’est pas pour un petit check de contrôle mais pour voir ce qu’il te reste pour survivre ce mois-ci. Résultat : 134€ alors qu’on est le 20 et qu’il est censé te rester le double. Tu descends la liste de tes dépenses et tu te sens comme une petite merde d’avoir dépensé 40€ en chaussettes de Noel parce que c’était mignon. Le reste de tes dépenses est tout aussi futile et t’as envie de t’étrangler avec tes nouvelles chaussettes.

2. L'appli qui mesure ta fréquence cardiaque

Ça part d’une bonne intention quand tu l’installes : prendre ton pouls pour voir si tu es en bonne santé. Tu es rassuré de voir que tout va bien puis tu t’amuses à faire des paris avec tes potes sur leur fréquence cardiaque « Toi je pense que tu seras à 80 battements par minute, toi plutôt 56 (on s’occupe comme on peut hein). Sauf qu’après ça vire en obsession et tu prends ta fréquence cardiaque 20 fois par jour, tu t’aperçois avec horreur qu’elle peut varier de 50 battements entre deux mesures. Tu te retrouves à taper dans google « gros changement de fréquence cardiaque selon les heures, anomalie du pouls » et tu bades en allant sur Doctissimo.

3. L'appli qui mesure ton temps passé devant les écrans

Elle est là afin de veiller à ne pas rester trop longtemps sur ton portable, tu as même mis une limite de 1h à ne pas dépasser sur les réseaux sociaux car tu sais que c’est ton point noir. Limite que tu ignores royalement dès que tu reçois le message t’indiquant que ça fait plus d’une heure. Ainsi quand tu consultes ta fréquence quotidienne et ton total hebdomadaire d’écran tu t’aperçois que tu passes en moyenne 3h par jour sur ton portable soit 21h par semaine. Presque un jour entier de ta semaine est consacré à ça. C’est pas Black Mirror mais bien la réalité.

4. Yuka

Trop cool de pouvoir scanner tout ce que tu manges, moins cool de s’apercevoir que tu manges que de la merde. Même tes chips de bananes que tu croyais hyper healthy t’ont trahi. Tu n’as plus foi en rien.

5. L'appli qui compte tes calories

Une appli bien stressante quand tu remplis scrupuleusement la liste de tout ce que tu as mangé par jour mais qui l’est beaucoup moins quand tu oublies tous les pains au chocolat du goûter.

6. L'appli pour méditer

Petit bambou et tous ses semblables offrent bien des promesses de paix intérieure. Elle fait partie de nos astuces pour trouver le sommeil. Mais est-ce-que Petit Bambou a déjà permis à quelqu’un de s’endormir après 2h30 d’insomnie ? Si cette personne existe qu’elle se manifeste car pour moi le bruit du vent et de la pluie qui tombe pour se relaxer sont les pires mensonges de la société.

7. impots.gouv

La simple vue de cette application provoque des crises de panique c’est pourquoi elle est très peu installée. Ceux qui l’ont font exprès de ne pas la regarder, c’est pourquoi elle se trouve généralement sur la 4e page d’accueil, là où l’on ne va jamais avec toutes les applis poubelles qu’on peut pas supprimer. Les plus ingénieux la range dans le dossier « angoisse » où se trouve aussi celle de leur compte en banque.

8. Duolingo

L’appli qui t’agresse pour que tu viennes travailler tes langues. Tu progresses pas en anglais mais tu deviens un maître dans l’art et la manière de foutre la pression à une personne innocente.

9. L'appli des transports en commun

À chaque fois que tu l’ouvres c’est pour savoir s’il y a des travaux sur ta ligne, donc non sans angoisse car quand tu penses qu’il y en, il y en a.

10. L'appli qui compte tes pas

Elle te renvoie à ta sédentarité de citadin qui ne marche pas assez parce qu’il prend sans cesse les transports, ou pire Uber. Et comme tout bon citadin de mauvaise fois tu te déculpabilises en disant que ça doit pas être très précis leur calcul et qu’en plus ça compte pas les pas que tu fais sans ton téléphone. Ça pourrait être un bon argument s’il n’était pas tout le temps dans ta poche.

Comme il est bon de ne pas tout savoir.