Ouais ouais, la restauration c’est difficile, les gens se saignent, c’est dur de se maintenir à flot, la cuisine, c’est une passion, pas seulement un business, le but c’est de faire plaisir aux gens et aussi de gagner de l’argent mais c’est pas le but premier, ouais ouais. OK ON DIT PAS QUE C’EST PAS VRAI. Mais bon. Parfois il y a de l’abus sur les prix quand même.

1. Les vendeurs de panini

On a dit du pain surgelé, une tomate surgelée aussi, de la mozza surgelée. 5 balles. C’est bien parce qu’il est 4 heures et que y’ a que ça d’ouvert, mais niveau prix c’est quand même un peu élevé.

2. Les vendeurs de crêpes

Lait, farine, œuf. Ensuite Nutella. 3,40 minimum. C’est même pas le prix de tout le saladier de pâte à crêpes chez toi. A ce prix là autant payer vraiment le prix des choses et aller dans une bonne crêperie. Bon après c’est vrai que c’est chiant de faire des crêpes aussi.

3. Tous les restos dans le coin du boulot qui ont tous passé le moindre plat à 8 euros, soit le prix moyen du ticket resto

Il paraît que la concurrence a pas le droit de s’entendre en France ; alors on pourrait m’expliquer pourquoi le sandwich kurde, le Bo bun, le menu à la boulangerie, le menu au McDo, le hamburger soi-disant meilleur de cent mètres plus loin, l’assiette végétarienne du bout de la rue et le lot de deux tacos ont comme point commun de coûter exactement le prix d’un ticket resto pour surtout ne pas faire d’avoir ?

4. Les kebabs

Frites surgelées, viande agglomérée de chutes de viandes, pain prix pouce en l’air, salade surgelée dégueulasse, sauce en bidons. 5,50 pour ça et 2 balles la barquette de frites, c’est un peu cher, mais en même temps ça reste un plaisir coupable en soirée.

5. Les vendeurs de churros

Selon Marmiton : 25 cl d’eau, 60 g de beurre, 60 g de sucre en poudre, 225 g de farine, 2 œufs = 45 churros. Le tout doit donc coûter allez : 2 euros. Donc 2 euros divisés par 45, ça nous fait 0,044 euro le churros. Soit une barquette de 12 à 53 centimes d’euros. Certainement pas à 6 euros. Bon après faut rentabiliser la machine vous me direz…

6. Les vendeurs de popcorn

On parle de maïs, genre le truc le plus répandu sur terre. Vendre ça 4 euros au ciné, c’est comme si une assiette de riz blanc coûtait 4 euros au restaurant chinois. C’est cher, mais en même temps en France une partie de ce que vous achetez en nourriture dans un cinéma va directement au Centre National de la Cinématographie, donc quelque part vous financez le cinéma français avec votre bol de popcorn.

7. Le pain au chocolat aux amandes

Vous savez comment on fait un pain au chocolat aux amandes ? On prend le pain au chocolat de la veille, on fout des amandes dessus, puis on le repasse au four. Ensuite, le pain au chocolat passe de 0,95 centime à 1,50. Bon, en terme de commerce ça reste un coup de maître cela dit.

8. Les pizzas

Un margarita, c’est de la mozza, de la pâte à pizza (farine, sel, levure, eau), du coulis de tomate et du basilic. Vu qu’en plus personne ne met jamais de basilic dessus, c’est donc de la mozza, de la pâte à pizza et du coulis de tomate. Soit certainement pas un truc qui peut coûter 10 balles. Heureusement, dans certaines pizzerias le produit vaut le coup. Mais d’ailleurs, psychologiquement, tu dirais que tu es quelle pizza toi ?

9. Les bagels

Allez 12 balles pour un pain troué au milieu, trois feuilles de salade, un peu de sauce et du roast-beef. Allez, 12 balles. Troué au milieu, le pain, hein. Difficile de défendre le produit quand même.

10. Les salades

C’est marrant : alors qu’il y a la même chose dans une salade et dans un sandwich, la salade coûte le double du sandwich. Bon, on est un peu de mauvaise foi, les doses ne sont pas les mêmes dans la salade quand même.

11. (Bonus) Le thé

Un sachet à 0,2 centime. De l’eau chaude. Prix de revient : 0,2 centime. Prix de vente : 4,50 dans les cafés. La plus grande arnaque de la terre. Mais c’est quand même super bon.

Une blanquette pour 9 balles, par contre, ça vaut.