On a parfois tendance à penser que l’être humain est au summum de l’évolution, mais c’est faux. L’évolution a fait changer le corps humain, l’évolution continue de changer le corps humain, et, logiquement, l’évolution devrait poursuivre son œuvre et peut-être nous faire perdre certains membres au cours des dizaines, centaines ou milliers d’années à venir (si l’espèce survit jusque-là, même si cette affaire semble mal embarquée). Faisons un petit tour de ces chères parties de notre corps qui pourraient manquer chez nos descendants.

1. Le petit orteil

Depuis que les humains portent des chaussures, le petit orteil est de moins en moins utile pour soutenir notre corps. Et, dans l’évolution, si un membre est moins utile, il y a des chances pour qu’il finisse par disparaître. En fait, avant, les gens qui avaient de « longs petits orteils » étaient avantagés dans la vie, donc ils se reproduisaient plus facilement et transmettaient plus facilement leurs gènes, mais, aujourd’hui, cela ne leur apporte plus aucun avantage. Les gens qui ont des « courts petits orteils » se reproduisent aussi facilement que les autres. Du coup, on a constaté que les petits orteils des humains étaient de plus en plus courts, et il est possible qu’un jour des gens naissent sans petit orteil et transmettent leurs gènes de « sans orteil » à leur descendance. Ça sera plus pratique pour rentrer dans des escarpins.

Crédits photo (CC0 1.0) : Masha ivanova meow

2. Les dents se sagesse

Les dents de sagesse permettaient à nos ancêtres de mâcher des aliments plus durs. Aujourd’hui, nos aliments sont pour la plupart mous ou coupés en petits morceaux, donc les dents de sagesse ne servent plus à rien. La preuve, on se les fait souvent arracher parce que la taille de nos mâchoires s’est réduite, et un tiers des humains naissent maintenant sans dents de sagesse. Logiquement, cette proportion devrait augmenter de plus en plus, et, à terme, il n’y aura plus de dents de sagesse en ce bas-monde.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : RosarioVanTulpe

3. L'appendice

L’appendice est aujourd’hui relativement inutile. Même si certains diront qu’il sert de refuge aux bonnes bactéries de notre système digestif, il n’en reste pas moins qu’on peut vivre sans lui et qu’il était, à l’origine, utile dans la digestion de végétaux qu’on ne mange plus depuis loooongtemps. Bref, il ne sert pas à grand chose (désolé petit appendice), et est probablement voué à disparaître. Ça fera moins d’appendicites et ça on ne s’en plaindra pas.

Crédits photo (Domaine Public) : Indolences created it then alnokta translated it.

4. Le coccyx

Les rares fois où on entend parler du coccyx, c’est quand quelqu’un s’est pété le coccyx en glissant sur une plaque de verglas ou en faisant du roller. A part ça, on ne le mentionne jamais, pour la simple et bonne raison qu’il ne sert à rien. C’est un vieux vestige de l’époque où nos ancêtres possédaient des queues comme les singes, une sorte de souvenir inutile d’une époque lointaine. Donc si, par hasard, des gens venaient à naître sans coccyx, ils se reproduiraient comme tout un chacun et transmettraient leurs gènes jusqu’à ce qu’un jour plus personne ne possède cet os ridicule.

Crédits photo (Creative Commons) : BodyParts3D is made by DBCLS

5. Les poils

Pas TOUS les poils, puisque certains, comme ceux des aisselles ou du pubis, ont une utilité dans la régulation de la flore bactérienne. Mais d’autres poils, comme ceux du dos, du torse ou des bras, pourraient venir à disparaître. De toute façon, vous avez remarqué que nous en possédons beaucoup moins que nos ancêtres, et ce parce qu’en portant des fringues nous n’avons plus besoin de nous trimballer une épaisse fourrure sur le corps. L’avenir des poils semble donc tout tracé, et ça nous fera des économies en cire chaude.

Prix : à partir de 50.12 chez Redbubble

6. Les muscles qui permettent de bouger les oreilles

Vous avez tous probablement un pote relou qui, en soirée, se targue de pouvoir bouger ses oreilles et en fait la démonstration pour impressionner ses pairs, alors que vous, vous n’y arrivez pas. Eh bien s’il y arrive et vous non, c’est parce qu’il dispose encore de certains muscles permettant de bouger les oreilles alors que vous non. Mais ne soyez pas tristes pour autant : bouger les oreilles ne sert plus à rien depuis bien longtemps à notre espèce, donc ces muscles se font de plus en plus rares.

Crédits photo (Domaine Public) : Henry Vandyke Carter

7. Le muscle long palmaire

C’est un muscle qui se situe dans l’avant-bras et qui est déjà absent chez une partie de la population (environ 14% des humains naîtraient sans, sur un des bras ou les deux). Il y a de fortes chances pour qu’il finisse par totalement disparaître de l’humanité puisqu’il a été prouvé qu’il n’avait aucune action sur la force de l’avant-bras. En gros, qu’on ait un muscle long palmaire ou non, on dispose de la même force. Bye bye le muscle long palmaire, tu ne nous es plus utile.

Crédits photo (Domaine Public) : Henry Vandyke Carter

8. Le muscle arrecteur du poil

Sous ce nom étrange se cachent les petits muscles qui, à la base de chacun de nos poils, nous permettent de frissonner. D’avoir la chair de poule quoi. Avant, c’était utile de gonfler les poils quand on en avait beaucoup pour maintenir la chaleur en dessous ou pour impressionner un ennemi, mais aujourd’hui ça n’a plus aucun sens. Un jour, on n’aura donc peut-être plus de muscles arrecteurs du poil, et donc plus de chair de poule. Peut-être même qu’on devrai trouver un autre nom aux livres Chair de poule puisque plus personne n’aura la réf.

Crédits photo (Domaine Public) : Henry Vandyke Carter

Tout ça devrait de toute manière prendre des siècles voire des milliers d’années. On ne va pas évoluer aussi vite que ces chiens qui ont changé rapidement.

Sources : RTL, Sciencedirect, Wikipedia, Franceculture,