A l'occasion de la sortie de Glass Sword, le tome 2 de la série Red Queen de Victoria Aveyard, on a voulu mettre en avant ces femmes qui ont marqué leur époque et ont, volontairement ou non, changé la face du monde. Parce que Mare Barrow, l'héroïne de Red Queen, fait partie de ces femmes hors du commun. Bon OK, elle a un pouvoir unique qui l'aide à lutter, mais tout de même !

Top partenaire [?]

Vous n'êtes sans doute pas sans savoir qu'en matière de droit des femmes et d'égalité des sexes, il y a eu quelques années/siècles/millénaires de vide intersidéral. Heureusement, même en ces temps sombres, il y a eu des femmes qui ont eu le courage de faire ce qu'elles avaient envie de faire et de se battre pour sortir de leur condition. Des femmes qui ont vraiment la classe et qui méritaient bien un petit top.

  1. Rosa Parks
    Cette petite couturière de l'Alabama est devenue célèbre le 1er décembre 1955 en refusant de céder sa place dans le bus au blanc qui la lui demandait. Cette infraction - oui, infraction - lui a valu d'être arrêtée, jugée et inculpée de désordre public. La faute à pas de chance pour les ségrégationnistes, Rosa a contacté ses petits copains et quelques jours plus tard Martin Luther King prenait la tête d'un mouvement de protestation en faveur de l'égalité ethnique et de l'émancipation des minorités.

    Rosaparks

    Crédits photo (creative commons) : USIA
  2. Malala
    Quand vous à 17 ans vous étiez en train de réviser le bac français et de mettre sur pied un plan machiavélique pour vous taper le beau gosse de terminale B, Malala elle décrochait un prix Nobel de la Paix, tout simplement. Prix Nobel quand même bien mérité après six années de lutte contre les talibans et en faveur de l'éducation des filles au Pakistan. Une prise de position qui lui a quand même coûté une tentative d'assassinat parce que figurez-vous que les Talibans ne sont pas des gens très ouverts d'esprit.

    22419395331_1ba8fa0afb_z

    Crédits photo (creative commons) : PRODFID
  3. Aung San Suu Kyi
    Dans la catégorie femmes politiques qui ont la classe, Aung San Suu Kyi c'est un peu ce qui se fait de mieux. En 1988, quand la junte militaire prend le pouvoir dans son pays, la Birmanie, elle crée son parti d'opposition. Parti qui est très largement élu deux ans plus tard lors d'élections démocratiques. Sauf que forcément la junte militaire n'étant pas chaude bouillante pour laisser la place, ces braves gens décident de placer Aung San Suu Kyi en résidence surveillée et de l'empêcher d'exercer la politique. Elle sera libérée en 2010 et élue député en 2012, 22 ans après sa première victoire aux élections.

    aung

    Crédits photo (creative commons) : Claude TRUONG-NGOC
  4. Cecilia Payne
    Née en Angleterre en 1900, Cecilia se passionne pour l'astronomie dès son plus jeune âge. Mauvaise nouvelle : à l'époque en Angleterre, les postes de chercheurs ne sont pas ouverts aux femmes. Elle part donc aux Etats-Unis, à Harvard, où elle découvre que les étoiles sont composées à 98% d’hydrogène et d'hélium (rien que ça). Le professeur Henry Russell la dissuade alors de publier le résultat de ses recherches, lui expliquant que le monde n'est pas prêt, et puis il publie lui-même un article sur le sujet en affirmant que c'est lui qui a fait la découverte. Il semblerait que c'est officiellement ce qu'on appelle un gros connard.

    Cecilia_Helena_Payne_Gaposchkin_(1900-1979)_(3)

    Crédits photo (creative commons) : Smithsonian Institution from United States
  5. Jeanne d'Arc
    Même si on est en droit d'être un peu dubitatif sur ces histoires de voix divines dans le jardin de papa, on est bien obligés de reconnaître qu'il fallait une certaine force de caractère pour se barrer de la maison à 16 ans, réussir à parler au dauphin, gagner sa confiance et finir à la tête d'une armée vêtue d'une armure d'homme. Le tout en étant une femme au beau milieu du XVe siècle qui n'est pas connu pour la grande ouverture d'esprit de ses contemporains.
  6. George Sand
    Si elle est surtout connue pour La Mare au diable et ses lettres olé olé avec Musset, il ne faut pas oublier que George Sand a eu un rôle plus qu'important dans l'évolution du droit des femmes. Déjà parce qu'elle a fait un gros fuck aux bienséances en prenant un pseudonyme masculin et en osant porter des vêtements d'hommes, mais aussi parce qu'elle a été l'une des premières à défendre le fait qu'une femme puisse avoir un autre objectif dans la vie que le mariage. Sympatoche la Georgette.

    george

    Crédits photo (creative commons) : RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
  7. Angela Davis
    Communiste aux Etats-Unis pendant la Guerre Froide, Angela Davis est surtout connue pour son rôle plus qu'important dans la lutte pour les droits des afro-américains. Affiliée aux Black Panthers, elle se retrouve en taule suite à une vaste histoire de tentative d'évasion. Libérée après 22 mois, elle poursuit ses études de philo jusqu'à devenir prof à l’université de Californie. Pour en arriver là, elle aura dû se battre contre pas mal de politiciens, d'universitaires, contre le FBI et même contre les autres militants afro-américains qui ne voyaient pas d'un super bon œil le fait qu'une meuf devienne leader du mouvement.

    ADN-ZB / Koard  11.9.72 Berlin: Erich Honecker empfing Angela Davis. - Der Erste Sekretär des ZK der SED, Erich Honecker, empfing am 11.9.72 die amerikanische Bürgerrechtskämpferin Angela Davis. Während dieser Begegnung überreichte er der Vertreterin des anderen Amerikas die Einladung für die Weltfestspiele der Jugend und Studenten 1973 in der DDR-Hauptstadt.

    Crédits photo (creative commons) : Bundesarchiv Bild
  8. Les Sœurs Mirabal
    C'est l'histoire de trois filles belles et intelligentes dans la République dominicaine de la fin des années 40. A l'époque le pays est dirigé par le dictateur Rafael Trujillo. Ce dernier invite les filles à un bal et jette son dévolu sur l'une d'entre elles, Minerva. Elle refuse, refuse encore et encore puis se retrouve jetée en prison parce qu'elle fricote avec un communiste. Une fois libérées, elle et ses sœurs épousent des opposants au régime. Le 25 novembre 1960 elles sont assassinées par la milice du dictateur alors qu'elles rendent visite à leurs maris en prison. La goutte d'eau qui fait déborder le vase pour la rébellion puisque moins d'un an plus tard Trujillo est assassiné à son tour.

    mirabal-sisters

    Source photo : awayshegoes
  9. Élisabeth Ire
    Qui n'est pas la maman d'Élisabeth II (c'est toujours bien de préciser), mais la reine d'Angleterre de 1558 à 1603. Et qui était sacrément moderne pour son époque puisque malgré la bonne grosse pression qu'on lui foutait elle refusa toute sa vie de se marier et mena une politique plutôt ouverte et sans persécution religieuse. Résultat : on l'associe souvent à l'âge d'or du Royaume d'Angleterre. Et c'est qui qui a la classe ?

    elizabeth

    Crédits photo (creative commons) : National Portrait Gallery
  10. Hedy Lamarr
    Actrice adulée au moment de l'âge d'or hollywoodien, Hedy Lamarr fait scandale en 1933 en simulant, entièrement nue, un orgasme dans le film Extase (qui porte donc bien son nom au demeurant). Ajoutons en cela que quand elle n'était pas sur les plateaux de tournage, le dada d'Hedy c'était de bosser sur des systèmes de communications ultra-perfectionnés. Et comme elle était pas trop naze, elle a fini par inventer la fameuse "technique Lamarr" qui a été pas mal utilisée par l'armée américaine.

    Crédits photo (creative commons) : Lion-Eagle Films

Morale de l'histoire : dire merde, ça paye.

BONUS : Mare Barrow
L'héroïne de la saga Red Queen, du haut de ses 17 ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Mais au moment où elle se rend compte qu'elle est dotée d'un pouvoir hors du commun, tout change pour Mare, qui va devoir apprendre à gérer ces pouvoirs, et voir sa vie changer du tout au tout. Pour retrouver les aventures de Mare Barrow, découvrez vite Glass Sword, le deuxième tome de la série Red Queen !

redqueen