Vous voyez un peu comment ça marche l’évolution ? Si oui, restez ici, si non, allez faire un tour sur le top des évolutions du corps humain encore en cours, vous comprendrez tout. Maintenant que tout le monde est à jour, rentrons dans le vif du sujet.

L’évolution a fait des merveilles. Au fil des années (ou plutôt des millions d’années), grâce à la sélection naturelle, les espèces se sont peu à peu perfectionnées pour devenir de belles machines adaptées à leur environnement. Tout n’est pas parfait, mais généralement, les êtres vivants sont plutôt bien dans leur milieu. Le problème, c’est que l’évolution, qui n’a pas de conscience, a aussi créé des trucs très chelous voire complètement monstrueux au cours de son processus, et ça c’est légèrement flippant. A se demander si certaines espèces ont bien fait d’évoluer. C’est de ça dont on cause aujourd’hui.

1. Le calamar géant a un pénis de 2,5m de long qu'il utilise comme une arme

Pour s’accoupler, ce ravissant animal de 18 mètres de long utilise son sexe de 2,5m de long pour perforer l’un des bras de sa partenaire et l’inséminer. C’est tellement un bourrin qu’il peut parfois se perforer lui-même et s’injecter son propre sperme. C’est vraiment le genre de trucs qui nous font penser que l’évolution porte super mal son nom.

Crédits photo (Domaine Public) : Addison Emery Verrill

2. Les ours préhistoriques faisaient la taille d'une bagnole

On estime que les ours qui vivaient en Amérique il y a plus de 500.000 ans mesuraient environ 3,5 mètres de long. C’était des monstres qui pouvaient peser 1,5 tonnes contre 600kg environ pour les ours brun aujourd’hui. Valait mieux pas les faire chier.

3. Le sexe des abeilles mâles explose quand ils se reproduisent

Après des millions d’années d’évolution, les abeilles mâles se sont totalement fait arnaquer par la génétique. Quand ces messieurs veulent copuler avec leur dulcinée, ils projettent leur sperme hyper rapidement, et leur appareil génital explose. En gros, ils passent de puceaux à eunuques en moins d’une seconde, puis ils meurent dignement. La vie leur fait un gros doigt d’honneur.

Crédits photo (CC BY 2.0) : gailhampshire from Cradley, Malvern, U.K

4. Les derniers mammouths ont vécu une période bien merdique

L’évolution n’a pas épargné les mammouths qui se sont éteints pour la plupart vers 12000 avant JC. Mais une espèce de mammouths nains a survécu encore jusque 1700 avant JC (les Egyptiens avaient déjà construit leurs pyramides depuis longtemps) sur une île au large de la Sibérie, l’île Wrangel. Et c’est là que c’était pas jojo. En nombre réduit, les bestioles ont expérimenté une bonne grosse consanguinité tout en survivant dans des conditions pas terribles. A cause de leurs accouplements incestueux, ils développaient des maladies comme le diabète, la perte d’odorat, et des dérèglements de leurs comportements sociaux, tandis que la montée des océans réduisait peu à peu leur territoire. Ça vaut vraiment pas le coup d’être le dernier survivant de son espèce.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Thomas Quine

5. Les bébés requins taureau s'entredévorent dans l'utérus de leur mère

L’évolution a fait des requins taureau de gros bourrins. Déjà, pendant l’accouplement, les mâles forcent la femelle en la bloquant dans leurs mâchoires pour la féconder. Vous pouvez oublier toute histoire de consentement, les gars ne connaissent pas ça. Mais c’est dans l’utérus de la mère que se passe le truc le plus dégueulasse : les différents rejetons des différents papas se mettent à se bouffer les uns les autres une fois sortis de leurs œufs. Et ça se déroule comme dans Koh-Lanta : à la fin, il n’en reste qu’un. Voire deux.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Albertofuego

6. Les femelles hyènes accouchent par leur clitoris

Vous le saviez peut-être déjà, les femelles hyènes ont un clitoris démesuré qui laisse croire qu’elles possèdent un pénis quand on les observe. Le truc pendouille entre leurs jambes comme une zigounette. Mais si ça s’arrêtait là, ce ne serait pas bien méchant. Seulement, le clitoris des hyènes est aussi l’endroit par lequel elles urinent et, surtout, accouchent. Les bébés hyènes, qui font 1 ou 2 kilos, doivent donc passer par ce truc hyper étroit qui finit, la plupart du temps, par se déchirer au moment de l’accouchement. C’est hyper douloureux pour la mère et le machin met des semaines à cicatriser. Elles ont fait quoi pour mériter ça les hyènes ? Enfin, à part s’en prendre à Simba, elles ont fait quoi ?

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Charles J. Sharp

7. Il existe un pinson vampire

Quand on pense aux vampires, normalement on se représente des chauve-souris (et encore, la plupart sont sympa), mais sûrement pas des petits oiseaux tout mignons. Eh bien pourtant, il existe un petit pinson vivant dans les Galapagos qui a évolué pour se nourrir du sang d’autres animaux. Ses proies préférés sont des gros oiseaux marins qu’il vient ouvrir par derrière avec son petit bec acéré avant de boire leur sang alors qu’ils sont bien vivants. Généralement, l’odeur attire plein d’autres pinsons vampires qui viennent participer au festin. Les images sont assez dérangeantes à observer, on vous prévient.

8. Les concombres de mer sont capables de s'éviscérer pour faire fuir leurs prédateurs

« Concombre de mer », c’est un nom qu’on qualifiera de « rigolo », mais quand on voit des holothuries (de leur vrai nom) en photo, ça donne déjà moins la pêche. Ces trucs ignobles vivent au fond des océans et ont développé une technique particulièrement dégueu pour échapper à leurs prédateurs : elles sortent tous leurs organes, par la bouche ou par l’anus, pour les faire flipper. Parce qu’en plus d’être visuellement effrayante, cette technique permet aux autres animaux de profiter de la puanteur interne du concombre de mer. Ensuite, l’holothurie régénère ses organes, mais ça prend du temps, et puis on ne va pas se mentir : c’est ignoble.

9. Les rats-taupes kidnappent les enfants d'autres colonies

Déjà, vu leur gueule, les rats-taupes font partie de ce que l’évolution a produit de plus flippant, mais laissons le physique de côté. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est leur attitude. Les rats-taupes adorent attaquer d’autres colonies de rats-taupes pour étendre leur territoire, et, quand ils mènent leurs attaques, ils épargnent les jeunes de moins de 2 semaines pour les élever comme leurs esclaves. Les bébés rats-taupes grandissent et se tapent les tâches toutes pourries comme l’entretien des galeries. C’est aussi, et surtout, un moyen pour les ravisseurs de ramener un peu de diversité génétique dans leur colonie : les esclaves ont parfois le droit de s’accoupler avec leur reine pour éviter trop de consanguinité. Merci la vie.

Crédits photo (Domaine Public) : Chomez

10. Un champignon transforme des fourmis en zombie pour survivre

Finissons par une jolie histoire qui vous empêchera peut-être de dormir. Cette histoire parle de l’Ophiocordyceps unilateralis, un champignon vivant dans des milieux tropicaux qui a développé une technique particulièrement affreuse pour se reproduire. Le petit champi attend patiemment sous forme de spores dans la forêt qu’une fourmi viennent le respirer. Un mois plus tard, il s’est assez développé dans le corps de la fourmi pour en prendre le contrôle. En gros, il la dirige un peu comme on dirige une marionnette, mais de l’intérieur. Il la force à monter à une tige de plante puis à s’agripper en hauteur avec ses mandibules. La fourmi meurt là, et la tige du champignon sort de sa tête, se développe, puis disperse de nouveaux pores qui seront respirés par d’autres fourmis. Et ainsi de suite. L’évolution c’est mieux que les films d’horreur en fait.

Crédits photo (CC BY-SA 2.5) : Harry C Evans, Simon L Elliot, and Robert W Barreto

Et pour encore plus de trucs sur l’évolution, allez voir les théories de l’évolution derrière les changements du corps humain.